Arnaque au compteur kilométrique : voici la méthode pour ne pas vous faire piéger

Vous venez d'acheter une automobile et vous avez déjà un doute sur le compteur ? Pas de panique, la rédaction d'Objeko sait exactement comment débusquer cette arnaque !

© Pixabay
Publicités

Quelle fierté de s’offrir sa première voiture d’occasion ! Cependant, l’arnaque est fréquente. Voici comment ne pas tomber dans le piège.

L’arnaque du compteur kilométrique, plus courante qu’on le croit !

Chaque année, les spécialistes de la Fédération Internationale de l’Automobile estiment que les ventes de voitures d’occasion augmentent. En effet, à cause de la crise sans précédent que nous traversons, il convient de faire quelques petites économies de budget. D’ailleurs, la récente pénurie de carburant a permis de commercialiser nettement plus de modèles électriques. Qu’on se le dise, Objeko n’a pas pour objectif de vous faire les louages d’un système plutôt qu’un autre. Préoccupée par la multiplication de ce genre d’arnaque, la rédaction a décidé de tirer la sonnette d’alarme.

Que s’est-il passé pour que les forces de l’ordre se sentent totalement dépassées par ce phénomène ? Objeko tente de vous donner une réponse. Ce qui est évident, c’est que les fauteurs de trouble ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Constatant que l’arnaque fonctionne, ils n’hésitent pas à la propager aux quatre coins de l’hexagone. C’est parti, on vous explique tout dans les moindres détails.

Trois astuces pour repérer l’arnaque

Grâce à des sites tels que l’Argus, on peut avoir accès au prix d’une voiture gratuitement et en quelques clics. Donc, plus que jamais, pour esquiver l’arnaque, nous vous invitons à comparer avec les annonces du modèle de vos rêves.

Une fois que vous avez pris rendez-vous avec le vendeur, vous devez enfiler votre costume de Sherlock Homes. Après avoir regardé les kilomètres, vous constatez que l’automobile semble avoir peu roulé. Par contre, les autres accessoires (sièges, pneus, pommeau de vitesse, selles, pédales, volant) ont une drôle d’apparence. On dirait presque qu’ils ont pris un coup de vieux !

D’ailleurs, si vous le voulez bien, revenez un instant sur le compteur. Si jamais les chiffres vous semblent non alignés ou qu’ils ont une couleur étrange, il ne fait aucun doute que le revendeur essaie de vous tomber dans un piège. Le débrancher fait partie de la liste d’escroqueries les plus fréquemment citées par les victimes d’arnaque. En somme, ouvrez l’œil !

Des professionnels à votre écoute

Chez les assurances, on a d’ailleurs senti le filon de ce type d’arnaque. Aussi, un contrat spécial de vente d’automobiles de seconde main est à présent disponible. En cas de pépin, vous avez droit à une franchise judiciaire assez conséquente pour effrayer l’escroc. Et si jamais vous avez le moindre doute, votre garagiste pourra vous donner son diagnostic dans l’heure. Habitué à réparer toutes sortes de panneaux, le compteur n’a pas de secret pour lui !

Face à l’ampleur du phénomène, le gouvernement réagit

Grâce à la plateforme HistoVec, on peut avoir accès aux archives des contrôles techniques. Avec cette information en poche, l’arnaque va glisser sur vous. Du reste, si jamais vous avez signé un contrat avant le démarrage de l’année 2022, vous avez entre deux et cinq ans pour porter l’affaire devant les tribunaux. Par contre, si vous l’avez acheté avant cette date, l’État vous laisse (à peine) dix-huit mois pour vous manifester.

Pour la personne qui a mis en place cette arnaque, la justice prend les conséquences qui s’imposent. Deux ans de prison et 300.000 euros d’amende devraient freiner ses ardeurs. En tout cas, après votre dépôt de plainte, n’hésitez pas à multiplier les preuves. Plus il y en a, mieux c’est !

Publicités