Eaux minérales : voici pourquoi Volvic, Evian, Badois, La Salvetat ont disparu des rayons

Certaines eaux minérales se font rates dans les rayons de certains supermarchés. On vous explique pourquoi.

© Getty Images
Publicités

Les négociations sur le tarif de l’eau entre l’enseigne Intermarché et le groupe Danone ont été un échec il y a un mois et demi. Ainsi, les rayons se vident de plus en plus dans la région de l’Occitanie. À la place des eaux minérales Badoit, La Savetat, Volvic ou encore Evian, les clients trouvent un message d’information. Quand ce n’est pas la guerre en Ukraine, l’approvisionnement ou le climat qui pose soucis, ce sont les conflits commerciaux entre géants de l’agroalimentaire… Entre inflation et pénurie, les courses alimentaires sont devenues un calvaire.

Des eaux minérales en pénurie dans le rayon Boissons ?

Chez Intermarché, voici le message que les clients découvrent à la place de leurs eaux minérales : « Le groupe Danone a décidé de ne plus nous livrer ses eaux car nous refusons leur augmentation de prix de 22 %« . Un vide de packs d’eau dans le rayon boissons ! Le conflit a démarré fin août suite à une mésentente commerciale avec la société Danone. Jusqu’à présent, ce problème de prix n’était pas visible des consommateurs. Mais, l’information circulait déjà dans la presse spécialisée de l’agroalimentaire. En effet, le 25 août dernier, l’alerte a été donnée par « plusieurs adhérents d’Intermarché » qui dénonçaient « des hausses de prix à deux chiffres non justifiées ».

Après Intermarché, le groupe Casino est aussi concerné par ce conflit avec Danone

Après Intermarché, dont 4 sur 5 sites étaient en pénurie d’Evian, les magasins Casino ont aussi été impactés. En effet, le 11 octobre dernier, le Web Grande Conso affirmait que la querelle concernait aussi Casino. Selon le spécialiste Rayon Boissons, « la branche eaux de Danone a réalisé un très bon troisième trimestre. En données comparables, le chiffre d’affaires des marques telles qu’Evian, Volvic ou Badoit a progressé de + 11,9 % ces trois derniers mois par rapport à la même période l’an passé, tiré par une croissance en volume de + 8,3 % ». Ainsi, rien n’explique cette hausse de prix d’achat pour les distributeurs ?

En 2020, un problème sur les eaux minérales avec Nestlé

Ce n’est pas la première fois que les eaux minérales posent des soucis sur le marché. En effet, en 2020, il y avait eu des problèmes sur l’usage de certains bassins de production d’eau minérale. Par exemple, à Vittel dans les Vosges, l’agence de l’eau souhaitait préserver ces bassins en modernisant ses installations, mais aussi en diminuant les prélèvements de Nestlé Waters. Alors, un véritable bras de fer avait commencé entre les deux entreprises aux ambitions bien différentes.

À l’époque, cinq associations ont porté plainte contre Nestlé Waters pour dénoncer neuf captages illégaux. La nappe des grès du Trias inférieur (GTI) dans les Vosges a donc été surexploitée pendant des dizaines d’années et risquait d’être asséchée. La modernisation des réseaux publics est indispensable pour éviter de gaspiller des ressources, mais aussi de limiter les captages du géant. « Nous soutiendrons tout projet contribuant à une gestion pérenne des ressources en eau dans les Vosges », déclarait Françoise Bresson, la directrice de la RSE et de la communication de Nestlé Waters.

Pour préserver le GTI, le groupe a réduit ses prélèvements, mais s’est tourné vers d’autres réservoirs. En somme, un problème qui se déplace et une course sans fin vers les eaux minérales. Nous ne sommes pas à l’abri que l’entreprise dépose de nouvelles demandes de captage. Mais, les associations environnementales sont déjà contre certains captages existants. Alors, elles veillent au grain et sont à l’affut de la moindre action

Publicités