Retraite : voici dans quel cas il est préférable de retarder son départ

Depuis 2019, la débat sur la reforme des retraites agite l'Assemblée nationale. Aujourd'hui, Objeko décide d'enquêter sur les situations où le décalage de date est avantageux. C'est parti, suivez le guide !

© AFP
Publicités

En France, le mot retraite fait grincer des dents. Emmanuel Macron tente par tous les moyens de la réformer, sans succès. Aïe, ça pique !

La retraite comme vous ne l’avez jamais lue

Adhérent à la retraite complémentaire Agirc-Arrco, on a une excellente nouvelle à vous fournir ! Tout d’abord, on tient à vous faire une petite piqûre de rappel sur la méthode de calcul de votre pension de réversion. Saviez-vous que chaque année de travail mérite d’être mentionnée, y compris celle où c’était le calme plat ? Ce n’est donc plus la peine de placer tous vos jetons sur les vingt-cinq meilleures. Et contrairement à votre entourage familial et amical qui n’a pas d’autre choix que de se baser sur le plafond de la Sécurité Sociale, vous pouvez gagner des points dans les deux cas de figure décrits ci-dessus. Accrochez-vous, nous rentrons dans une zone de turbulences !

Maladie et retraite sont-elles compatibles ?

Plus le temps passe, plus notre santé décline. En fin de carrière, une période d’absence peut tout remettre en question. À hauteur de 90%, votre employeur a pour mission de « compléter » ce que la Sécurité sociale vous verse. Dans les faits, tout va dépendre de la durée de l’arrêt maladie et votre ancienneté. Si Objeko devait résumer, pendant les trois premiers mois, il n’a pas trop d’incidence sur le quotidien du  futur accessible à la retraite. Tout ce qu’il a à faire c’est de mettre cartes sur table avec les différents acteurs.

Une fois cette date franchie, l’employeur devrait se dédouaner de toutes responsabilités. Sauf si la convention collective mentionne qu’il doit continuer à payer son salarié. On l’aura compris, tant l’arrêt maladie est validé par votre médecin traitant, il n’y aucune raison de l’interrompre et d’envoyer votre dossier à votre caisse de retraite. Et pour cause, en faisant de nombreux essais sur des simulateurs en ligne, on se rend compte qu’on percevra nettement plus d’argent de cette façon qu’avec la pension officielle prévue. Pour ceux qui ont travaillé à la sueur de leur front, c’est un comble ! D’ailleurs, pour l’instant, la règle est aussi simple qu’un jeu d’enfant : vous gagnez un trimestre tous les deux mois. Pour ceux qui n’avaient pas encore atteint le quota, c’est l’occasion de mettre tout à plat.

Le cas des chômeurs décrypté

Dès votre soixante-deuxième bougie, Pole Emploi vous convoque. Si vous avez le nombre de trimestres nécessaires, votre agent ne vous versera plus rien et transmettra votre dossier à votre caisse de retraite. À l’inverse, si vos 36 mois sont épuisés, mais que vous n’avez pas l’âge légal ou que vous êtes en recherche active, vous allez continuer à percevoir une allocation. C’est magique ! Une fois encore, le montant va au-delà de vos espérances. Vous l’avez compris, cela mérite largement de prendre quelques renseignements auprès des organismes concernés. Quoi qu’il arrive, Objeko sera toujours là pour vous. Notre leitmotiv est de tout vous décrypter afin de vous aiguiller sur la bonne piste. Suite dans le prochain épisode et à bientôt pour de nouvelles aventures au pays des procédures !

Publicités