Affaire Buitoni : voici la somme colossale réclamée par les victimes auprès de Nestlé

Les familles des 55 enfants contaminés en février par des pizzas Buitoni, exigent réparation...

© France Télévisions-Affaire Buitoni : voici la somme colossale réclamée par les victimes auprès de Nestlé

Il y a quelques jours, l’avocat Pierre Debuisson vient de déposer une assignation pour faute lourde de Nestlé devant le tribunal judiciaire de Nanterre. Réclamant une réparation à hauteur des drames humains, face au plus grand scandale alimentaire des 30 dernières années. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

L’affaire Buitoni, un drame humain

Tout le monde se souvient de cette histoire. Le 18 mars dernier, éclatait l’affaire Buitoni. Kelig, 2 ans et demi, et Nathan, 8 ans, sont décédés après avoir mangé une part de pizza Buitoni de la gamme Fraîch’Up. Gravement contaminés par la bactérie Escherichia coli, d’autres enfants ont dû être hospitalisés et gardent à ce jour des lésions au niveau des reins, du cœur, du foie ou encore du cerveau. On parle d’une histoire, qui a fait 55 victimes en tout.

Me Pierre Debuisson, chargé de leur défense a assigné en justice Nestlé, la maison mère de Buitoni. Et l’avocat souhaite pas moins de 250 millions d’euros au nom de 55 victimes : »Même si rien ne ramènera à la vie Nathan et Kelig, les deux enfants décédés dont je représente les proches, même si rien ne permettra aux survivants de guérir de leurs séquelles, il est nécessaire de réparer financièrement le préjudice de familles » (…) « à la hauteur de ces drames humains ».

Des manquements en matière d’hygiène dénoncés depuis plusieurs années

Contacté par nos confrères du JDD, Me Pierre Debuisson explique pourquoi il a demandé cette somme. Et selon lui, les juges du tribunal de Nanterre sont tout à fait capable de condamner la maison mère de Buitoni à cette somme. Tout simplement parce que Nestlé réalise 80 milliards de chiffre d’affaires, 15 milliards de bénéfices et 8 milliards de dividendes. L’assignation pour faute lourde pointe deux choses. La première, c’est l’obligation de proposer des denrées alimentaires de qualité et exempt de toute toxicité.

Mais ce n’est pas tout. Me Pierre Debuisson note également le manque de réactivité de l’entreprise à propos de laquelle il y avait eu plusieurs avertissements et signalements. Pour rappel, plusieurs salariés de l’usine de Caudry dans le Nord, d’où a éclaté le scandale sanitaire Buitoni, ont dénoncé des manquements en matière d’hygiène qui dateraient de plusieurs années. Ce qui ne joue pas du tout en faveur de la marque de pizza.

Le père de Nathan veut que Buitoni soit condamné

Pour Yohan Aïech, le père du petit Nathan, 8 ans, mort pendant l’hiver 2022, le drame est continu. Et il demande à ce que l’entreprise soit condamné : »Nestlé a gâché nos vies, il faut qu’ils payent. Pour les autres parents, la plainte est surtout pour les autres. En effet, ils ne veulent plus que ce genre de chose se reproduise : »Nous faisons ça pour qu’aucun enfant ne finisse plus à l’hôpital pour un simple bout de pizza« . Reste à savoir maintenant, comment cela va se terminer. Affaire à suivre.