Affaire Cédric Jubillar : Les nouvelles déclarations fracassantes de son fils sur la nuit de la disparition peuvent tout changer

Les avocats de Cédric Jubillar viennent de demander une nouvelle remise en liberté pour leur client, accusé du meurtre de Delphine Jubillar, sa compagne et mère de ses deux enfants. Jusqu’à présent, toutes ces demandes ont été refusées. En parallèle de cela, Me Laurent Boguet, l’avocat des enfants du couple, a fait quelques révélations à l’occasion d’un entretien qu’il a accordé à La Dépêche. Des révélations qui indiquent que le fils de Cédric n’a pas les mêmes souvenirs que son père concernant la nuit de la disparition de Delphine.

Delphine Jubillar
Source : Facebook

Une femme disparaît 

Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar disparaît. D’après son mari, Cédric, elle quitte le domicile pour ne plus revenir. Elle emporte avec elle uniquement son téléphone portable. Le lendemain, Cédric prévient la police et l’enquête commence alors. Mais rapidement, et comme très souvent dans ce genre de cas, les enquêteurs commencent à suspecter Cédric. Le 18 juin 2021, il est mis en examen pour meurtre aggravé. 

Son avocat déplore que de nombreuses pistes n’aient pas été creusées davantage. On pense notamment à cet homme qui a avoué à son ex femme avoir tué Delphine, ou encore la femme de l’amant de Delphine, qui était au courant que son mari avait une liaison. Les indices contre Cédric seraient suffisamment probants pour que les demandes de remise en liberté soient refusées. Et alors que ses avocats viennent tout juste de faire une nouvelle demande, Me Laurent Boguet, l’avocat des enfants, s’est entretenu avec La Dépêche. L’occasion pour lui de faire quelques révélations. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Actu-Mag.fr (@actumagfr)

La version du fils de Cédric est différente 

Interrogé par les policiers, Cédric a donné sa version de la nuit de la disparition de sa femme. Mais sa version n’est pas tout à fait la même que celle de son enfant. Il a en effet indiqué que, durant la nuit, des chiens ont aboyé tandis que sa fille a pleuré. « Mais Louis n’a rien vu. Il n’entend pas les chiens aboyer ce soir-là ni sa petite sœur pleurer vers 3h50, comme le précise son père. Ce soir-là, il a entendu des gros mots et décrit une scène que l’on peut assimiler à une dispute. Entre ses parents, il décrit des chamailleries. Et ce qu’il ressort de tout ceci c’est que ses parents ne s’aimaient pas d’un amour franc » explique Me Boguet.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par mediasinfos (@mediasinfos)

Jubillar: Des disputes récurrentes entre Cédric et Delphine ?

D’après son avocat, le témoignage de l’enfant est important pour l’enquête et peut être utilisé. « Dans le cas de Louis, on peut admettre qu’un enfant puisse se souvenir potentiellement d’événements et les restituer à sa manière. Il dit que ses parents se disputaient souvent ». Pour les enquêteurs, le témoignage est d’autant plus pertinent qu’ils sont convaincus qu’il n’a pas été influencé par le père de l’enfant : « Louis, interrogé deux fois en un mois, a livré des éléments alors que les gendarmes n’ont pas d’avis préconçu et aucune certitude à cette époque. Il ne peut pas y avoir de manipulation »

Selon Me Laurent Boguet, Louis est « resté nuancé dans ses propos et il est capable de prudence. Ses auditions ont été filmées. Entre ses parents, il décrit des chamailleries. Et ce qu’il ressort de tout ceci c’est que ses parents ne s’aimaient pas d’un amour franc ». 

A la recherche de la vérité 

Tout ce qui importe pour l’avocat actuellement, c’est que tous les « éléments de ce dossier soient présentés de manière objective. L’heure est à la collecte d’éléments. Nous sommes dans une quête obstinée de la vérité. C’est le meilleur service que l’on puisse rendre à ces enfants et il n’y aura pas de demi-vérité« .

« C’est l’avenir de ces enfants qui est en jeu. On leur doit la vérité, au-delà de leur souffrance, il faut qu’ils sachent ce qui s’est passé« .

Cette histoire qui passionne les français ne semble pas avoir encore dit son dernier mot. L’enquête est toujours en cours et, si aucun retournement de situation n’arrive, Cédric Jubillar sera prochainement jugé pour le meurtre de Delphine Jubillar. Il devrait attendre son procès incarcéré puisque ses demandes de remise en liberté n’ont à l’heure actuelle pas été acceptées. Cette histoire rappelle étrangement celle de l’affaire Daval, et les avocats de Cédric craignent que cela porte préjudice à leur client. 

 


Pierre Lacoste

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.