Affaire conclue : Djamel Bentenah gâche tout, Damien Tison se fâche !

Affaire conclue est une émission qui donne du fil à retordre tant aux acheteurs qu'aux vendeurs. Dans cette séquence, Djamel Bentenah donne des sueurs froides aux téléspectateurs !

© Warner Bros ITP France / Femme Actuelle

Sans nul doute, ce moment d’Affaire conclue va rester dans toutes les mémoires. Et pour cause, Djamel Bentenah n’aurait jamais dû s’en mêler !

Drame sur le plateau d’Affaire conclue

Depuis presque quatre ans, les vendeurs se suivent et ne ressemblent pas dans Affaire conclue. Comme vous le prouve Objeko, les brocanteurs ne sont pas en reste. En effet, soit ils adorent et se battent pour l’avoir. Soit, ils laissent passer et le candidat repart avec un peu de regrets. En tout cas, maintenant, il a la satisfaction de connaître la valeur et l’histoire de son bien. A lui d’en faire bon usage !

L’erreur est humaine … ou pas !

Hélas, quelques fois, l’aventure Affaire conclue peut prendre une tournure surprenante. Cette fois, nous n’allons pas aborder l’humour de Julien Cohen. En effet, ce dernier est le spécialiste pour mettre de l’ambiance sur le plateau. Or, le traitement des objets par certains commissaires-priseurs avec les objets peut surprendre voir agacer les téléspectateurs. Objeko se souvient du cas de Monique. Il est vrai que sa cave à liqueurs est magnifique. Or, ce n’était vraiment pas la peine que Patricia Casini-Vitalis nous fasse une démonstration avec l’anse.

En voulant montrer sa maniabilité, on se rend compte que les verres s’en échappent. Pire, ils finissent leur chute sur le sol. Hilare, Sophie Davant se félicite de ne pas être l’instigatrice de ce moment digne d’un bêtisier. Confuse, son amie tient à rassurer la vendeuse « Je vais vous en trouver d’autres parce qu’on en a énormément dans les ventes aux enchères. Je vous promets de vous le regarnir »

Dans cette vidéo, c’est bien Sophie Davant qui a frôlé la catastrophe. Face aux gros yeux plein de colère du vendeur, elle tient à se justifier « Je pensais qu’ils étaient attachés… », Mais est-ce que cela suffira à le rassurer. D’ailleurs, quelques minutes plus tard, elle recommence à vouloir découvrir ce magnifique paravent du dix-neuvième siècle. Et là, c’est de nouveau le drame puisqu’elle se prend les pieds dans le…panneau. Comme le dira sa collègue d‘Affaire conclue « Oh punaise ! Je pense que plus ça va, moins ça va Sophie… » En tout cas, selon les estimations, il valait au moins 400 euros donc pas question de tout gâcher !

Vous souvenez-vous de cette émission d’Affaire conclue spéciale Noël ? Tournée dans le musée des Arts Forains, le public en prend bien les yeux. Du reste, Harold Hessel va vouloir fanfaronner et il va vite déchanter. À bord d’une autotamponneuse, son amie Sophie Davant va avoir la peur de sa vie. Pas question de ruiner ce décor enchanteur, les Français ne leur pardonneraient pas ! Comme le prouve cet article d’Objeko, plus de peur que de mal !

Un objet qui fait couler beaucoup d’encre !

Aujourd’hui, c’est Philippe qui vient nous présenter sa trouvaille dans Affaire conclue. Achetée à un vide-grenier, il demeure convaincu que cet encrier vaut de l’or. Quoi de mieux de l’amener sur le plateau de France Télévisions pour en faire une estimation. À moins de cent euros, le vendeur pense que ça mérite d’aller en salle des ventes. Hélas sur place, rien ne va se passer comme prévu.

De fait, es acolytes de Djamel Bentenah souhaitent en faire l’acquisition. Ils commencent donc à enchérir. Que le meilleur gagne comme on dit. Cependant, un vent de curiosité s’empare de celui qui n’a pas l’air intéressé. Donc, il va le bouger dans tous les sens. Quitte à commettre l’irréparable. Comme vous le prouve cette photo, un des pieds se fait la malle. Drame à bord. Dépité, le brocanteur s’exclame avec le cœur « Ah la boulette ! » 

Plus de peur que de mal !

Pour une fois, le vendeur ne semble pas en colère contre l’expert d’Affaire conclue « Non, ce n’est rien ! Il doit y avoir un pas de vis ». Visiblement, il semble au courant de ce petit défaut sur l’encrier. Or, Damien Tison ne peut pas laisser passer cette occasion en or de dézinguer son ami Djamel. C’est de bonne guerre, après tout ! « Maintenant que tu l’as pété tu peux l’acheter ! » Apparemment, ce dernier ne l’a pas du tout pris au second degré. Il réplique avec un certain mépris « Je ne l’ai pas pété, il est dévissé, c’est tout ! »

Pire que des enfants, on vous dit ! Heureusement, tout est bien qui finit bien. L’encrier a même plus une plus-value ! Vendu à plus de 300 euros, n’en déplaise à Damien Tison, ce n’est pas une vis qui va venir tout bousiller.