Affaire conclue : la vente d’une affiche d’un film culte crée le scandale, la Toile choquée

Parfois, il existe un décalage entre les télespectateurs et les experts d'Affaire conclue. A tel point qu'Objeko a décidé de vous raconter cette histoire. Accrochez-vous, elle est digne d'une saga de science-fiction !

© France 2

Malgré un tri rigoureux des objets d’Affaire conclue, leur valeur échappe à l’œil des experts. Cet épisode choque autant qu’il intrigue !

Affaire conclue dans la tourmente !

Capture d’écran (c) Affaire conclue (c) France 2

Depuis qu’on a visionné le premier épisode d’Affaire conclue, on sait qu’on ne va jamais s’ennuyer. En effet, lorsqu’on a l’habitude de faire des vide-greniers, on déniche souvent des choses que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Qu’on soit acheteur ou bien vendeur, on doit absolument se fier à son instinct. Déterminée à mettre les deux parties en relation sans passer par la case arnaque, Sophie Davant fait appel aux plus grands experts de France et de Navarre. Certes, la polémique autour du départ forcé de Pierre-Jean Chalençon est encore dans toutes les mémoires. Quant à la prise de distances volontaire de Julien Cohen, elle a un peu terni l’ambiance de ce début d’année 2022. Qu’à cela ne tienne, un des derniers numéros de l’émission va enflammer la Toile.

Le prix de la discorde

Capture d’écran (c) Affaire conclue (c) France 2

Venue tout droit du plat pays, cette vendeuse belge pensait détenir un trésor. Hélas, après examen approfondi de l’image à la loupe, la commissaire-priseuse d’Affaire conclue brise le silence. Sans prendre de pincettes, elle lui avoue qu’elle n’est pas en possession de la version originale de la saga Star Wars. « L’estimation va être très pondérée. Il y a des affiches de cinéma qui valent 300, 400 ou 500 euros, parfois beaucoup plus. » Définissant le produit comme une « illustration », son verdict est sans appel. En retirant un zéro au calcul, la réaction de la propriétaire est ambivalente. Va-t-elle essayer qu’obtenir plus que ces fameux « 20 euros » ? La réponse, Objeko vous la donne tout de suite !

Si elle avait pu lire les commentaires sur la Toile, l’égo de la vendeuse d’Affaire conclue en aurait pris un sacré coup dans l’aile. En effet, les internautes ne comprennent pas trop l’intérêt de la séquence. Pire, les haters rejoignent la conversation et démolissent en flammes le projet de la jeune femme. Oups, cette fois, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Par le passé, ils n’apprécient pas forcément de voir des rediffusions. Ensuite, ils se rendent compte que leur émission préférée est trop souvent déprogrammée au profit d’événements comme les funérailles au Panthéon de Joséphine Baker ou de tournois tels que Roland Garros. Donc, si maintenant ils remettent en question l’expertise de la commissaire-priseuse, c’est la double peine !

Les brocanteurs d’Affaire conclue ont-ils été trop loin ?

Face à cette pluie de commentaires, Objeko n’en revient pas ! C’est simple, dans le cas d’Affaire conclue, notre équipe n’a jamais vu ça ! Et pourtant, chaque semaine, nous avons à cœur de raconter les plus belles anecdotes de l’émission de Sophie Davant. Comme ce récent moment où Caroline Margeridon a mis une centaine d’euros de sa poche dans la cagnotte de ce vendeur afin qu’il puisse s’envoler en Guadeloupe pour soutenir sa maman. S’ils avaient été présents sur place, ils n’auront pas donné plus que 4 euros pour cette affiche du film de Georges Lucas. Et oui, les fans sont plus que jamais exigeants. Prêts à dépenser des sommes astronomiques dans des accessoires, ils font la différence entre les bouts de papier collector des autres. D’ailleurs, qui a eu le dernier mot dans cette histoire ?

Après avoir débattu quelques minutes, les brocanteurs offrent quarante euros de plus à notre participante belge. Cette fois, c’est un tsunami de colère sur Twitter. Nous n’avons pas assez de mots ni de place pour vous montrer tout ce qui s’est dit. De notre côté, nous avons décidé d’avoir un comportement neutre dans cette histoire. Ne nous en voulez pas ! Ce n’est pas à nous de déterminer ou non du sort des articles présentés dans Affaire conclue. Et pour cause, dans cet article, Harold Hessel nous racontait avec précision son rôle de réception et du tri des objets. Ça prend des heures, mais c’est passionnant ! Quelle mouche l’a piqué pour qu’il considère que cette affiche était une rareté ? Enfin, si on devait comparer avec l’archive ci-dessus issue du programme de France 2, il y a déjà des cas où le montant atteint des records. Comme quoi… qui ne tente rien… n’a rien ! Suite au prochain épisode !