Affaire Delphine Jubillar : ce début d’aveu de Cédric Jubillar à un journaliste…

Le temps passe et le mystère demeure. Qu’est-il vraiment arrivé à Delphine Jubillar ?

© W9

Ce Jeudi 17 mars, le journaliste Ronan Folgoas a sorti le livre Le mystère Jubillar, enquête au cœur d’une disparition. Dans celui-ci, on apprend ce que Cédric Jubillar lui a dit en évoquant Delphine, disparue depuis le 16 décembre 2020. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Une enquête menée par Ronan Folgoas

Depuis décembre 2020, la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines constitue une énigme criminelle à rebondissements. En effet, depuis plus d’un an, l’affaire rythme l’actualité judicaire de la France. Malheureusement, pour le moment, personne ne sait où se trouve l’infirmière. Pour comprendre l’histoire de ce couple, Ronan Folgoas, journaliste pour le Parisien, a réalisé une enquête de grande ampleur. Une enquête qui débute le 16 décembre à 4h du matin. Heure à laquelle Cédric Jubillar appelle la gendarmerie.

Dans ce livre, intitulé Le mystère Jubillar, enquête au cœur d’une disparition, Ronan Folgoas retrace, minute par minute, la journée du 15 décembre de Delphine Jubillar. Pour se faire, le journaliste se rend à trois reprises chez Cédric Jubillar. S’il le trouve intelligent, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il semble détaché par la disparition de sa compagne : »C’est quelqu’un qui ne manifeste pas, en tout cas auprès de moi, sa tristesse, sa souffrance d’avoir perdu sa femme ».

Le début d’aveu de Cédric Jubillar

Ronan Folgoas explique que Cédric Jubillar, a passé la majeure partie de l’entrevue, à critiquer son épouse. Il explique notamment qu’elle n’a jamais su se lâcher en soirée : »Il casse du sucre sur son dos. Il critique le fait qu’elle n’ait jamais su ‘se lâcher’ en soirée. ‘Je ne l’ai jamais vu vomir’, ajoute-t-il comme si cela prouvait quelque chose« . Avant d’évoquer, avec le journaliste, l’infidélité de sa femme, avec son amant, vivant à Montauban. Et c’est justement là, où le suspect numéro un de l’affaire, va avoir un moment de flottement.

Selon le journaliste du Parisien, Cédric Jubillar aurait fait un début d’aveu, avant de se rétracter. Comme on peut le lire dans le livre, Ronan Flogoas a écrit : « Son regard se fige et sa voix chantante devient soudain presque menaçante (…) Pour donner de la force à son propos, il se lève du canapé. ‘Delphine si jamais je trouve la preuve que tu as un amant et que tu couches ailleurs…’ amorce-t-il, imitant le ton agressif qu’il aurait employé à son égard. Une seconde passe, peut-être deux. J’ai le temps de me demander si Cédric n’est pas en train de formuler un début d’aveu ».

Cédric Jubillar toujours présumé innocent

Troublé par la violence verbale de Cédric Jubillar, Ronan Flogoas a marqué un temps d’arrête. Avant de se remobiliser et de reprendre son entretien. De son côté, le suspect numéro un, a eu le temps de faire redescendre la pression. En effet, par la suite, il explique qu’il n’a jamais eu la preuve que Delphine Jubillar avait un amant. Mis en examen et incarcéré depuis le 18 juin 2021, Cédric Jubillar est toujours maintenu en détention. Pour rappel, tant que la justice ne le déclare pas coupable, le jeune homme est présumé innocent.