Affaire Jubillar : l’avocat de Cédric révèle enfin de nouveaux éléments fracassants

Depuis huit mois, l’affaire Jubillar alimente la presse. Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar disparaît. Son époux Cédric est rapidement considéré comme un suspect, et il est finalement mis en détention provisoir pour homicide volontaire, bien que le corps de sa femme (si elle est bien décédée) n’a pas été retrouvé. Son avocat a accordé un entretien à Femme Actuelle, l’occasion pour lui de mettre en avant les dysfonctionnements de cette affaire.

Affaire Jubillar, l'avocat de Cédric fait des accusations fracassantes !
© FACEBOOK

Des pistes trop vite écartées pour l’avocat de Cédric 

Pour Me Jean-Baptiste Alary, Cédric Jubillar a trop rapidement été mis en cause dans cette affaire, alors que d’autres pistes auraient mérité d’être approfondies. A commencer par cet homme, dont l’ex-femme est allée voir la police en montrant des messages où il assumait avoir tué et enterré Delphine Jubillar. Trois jours plus tard, l’homme en question a été reçu par la police. Il lui a été demandé s’il connaissait bien Delphine. « Ce dernier a répondu : « Non, pas du tout. Elle est beaucoup plus âgée que moi. » Alors que Delphine Jubillar a seulement quelques mois de moins. On s’est contentés de cette réponse, sans aucune contradiction apportée. Rien n’a été fait. Aucune perquisition, rien« . 

Delphine Jubillar avait un amant qui, lui-même, était marié. Impossible pour Me Jean-Baptiste Alary de ne pas parler de la femme de ce dernier. « On peut effectivement imaginer la haine monstrueuse qu’elle a pu ressentir. Elle apprend que son mari la trompe et demande avec beaucoup de respect à Delphine Jubillar de rester à sa place. Une heure après, ils étaient déjà en train de se réécrire. Cette femme a été doublement trahie (…) C’est une double trahison. Je ne l’accuse de rien, mais j’aurais aimé que l’on vérifie« . 

Un coupable tout trouvé pour les enquêteurs 

Me Jean-Baptiste s’en prend aux méthodes de la police. Pour lui, les enquêteurs ont tout fait pour faire avouer Cédric Jubillar. « Voyant que la pression psychologique ne fonctionnait pas, ils ont employé la manière forte : garde à vue avec maman et beau-papa jusqu’à 3h du matin. Là, ils lui ont tout fait : Monsieur, vous savez ce que c’est la vie en prison ?”, lui a-t-on dit. On lui a montré des photos de ses enfants avec sa femme, lui demandant ce que ça lui inspirait. Le patron de la section de recherche est venu dans la nuit pour lui dire : Monsieur Jubillar, il faut être un homme maintenant. C’est le moment de prendre vos responsabilités, faites-le pour vos enfants. Vous avez pété les plombs, vous l’avez frappée mais on peut comprendre, ça peut arriver !Une cellule de psycho comportementalistes a même été mobilisée pour analyser ses faits et gestes. Mais il n’a pas changé de discours. Il a seulement répété : « Je vous jure que je n’ai rien fait« .

Delphine Jubillar : le portrait d’une victime idéalisée ? 

Enfin, l’avocat explique que Delphine, aidée par son statut de victime dans cette affaire, a une image qui ne lui correspond peut-être pas. « Delphine Jubillar est considérée comme une mère iconique, une Sainte Vierge. Ce n’est peut-être pas tout à fait ça. Quand on me dit qu’elle ne voulait plus s’investir dans la vie de la maison, il faut voir alors l’état de sa voiture, c’est une véritable poubelle. C’est aussi ça Delphine Jubillar« . 

Pour rappel, elle avait déjà quitté le domicile familial sans prévenir, afin de rejoindre son époux. « Cela a été vérifié par l’amant de Delphine Jubillar, lui-même. Il a confirmé qu’elle avait déjà quitté le domicile conjugal au mois d’août 2020 pour aller voir les étoiles. Lorsque Cédric Jubillar a tenté de la contacter ce soir-là, elle dit à son amant : « Mince, mon mari a vu que je n’étais plus à la maison ». Elle répondra à son mari qu’elle s’était endormie dans un champ pour regarder les étoiles. En réalité, elle était au téléphone avec son amant« . 

Si son client, dont toutes les demandes de remise en liberté conditionnelle ont été refusées, est accusé pour ce possible crime, alors il s’agira pour son avocat d’un véritable fiasco judiciaire. Pour lui, les enquêteurs cherchent à trouver un nouveau Jonathann Daval, cet homme qui a tué sa femme et a fini par avouer son crime quelques semaines après la mort de cette dernière. 

« Les gendarmes chargés de l’enquête se sont rapprochés de la section de recherche de Grenoble pour savoir comment ils avaient fait pour obtenir les aveux de Jonathann Daval en novembre 2020. On en est là. La justice est en train de chercher un nouveau Daval, c’est aussi simple que ça« . 

 


Pierre Lacoste

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.