Affaire Pierre Ménès: Ces images du bisou forcé avec une chroniqueuse de TPMP scandalisent les internautes

Deux femmes journalistes accusent Pierre Ménès de comportements déplacés. TPMP a diffusé des scènes coupées du documentaire choc de Canal Plus.

Affaire Pierre Menés : Ces images du bisou forcé avec une chroniqueuse de TPMP scandalisent les internautes
© Panoramic / Bestimage

Dimanche 21 mars, Canal+ a programmé le documentaire Je ne suis pas une salo*e, réalisé par Marie Portolano. Ce film aborde la question du se*isme dans le journalisme sportif. Mais plusieurs scènes n’apparaissent pas dans ce documentaire. Notamment une interview de Pierre Ménès, qui répond sur son comportement le jour où, en 2016, il avait soulevé la jupe de Marie Portolano.

Une agression se*uelle d’après la loi

Ca s’est passé sur le plateau de Canal Football Club. Cet extrait mis à la poubelle par Canal Plus, Touche pas à mon poste l’a diffusé lundi 22 mars. Pour la principale intéressée, c’est une véritable agression. Car Pierre Ménès aurait carrément attrapé son postérieur. D’après les textes de loi, cela s’apparente donc bien à une agression se*uelle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par marie portolano (@marie.portolano)

« Je remarque qu’au niveau dé*olleté tu m’as pas mal gâté aujourd’hui« 

Cet extrait a fait carrément froid dans le dos à toute la rédaction d’Objeko.  « T’as une image de journaliste un peu misogyne, comment tu l’expliques ? », demande ainsi Marie Portolano à Pierre Ménès. Ce dernier lâche en retour un simple : « Je l’explique pas. »

« Si on ne peut plus rien dire à une femme parce que c’est une femme. »

Il enchaîne ensuite sur une explication un peu vague. « Je suis peut-être se*iste, mais je suis le seul mec qui a essayé de faire une émission de foot avec que des filles, donc elle est où la vérité ? », lâche-t-il en effet. Pierre Ménès poursuit ensuite : « Si on ne peut plus rien dire à une femme parce que c’est une femme, je suis désolé, ça c’est se*iste, ça c’est insupportable. Dire d’une fille qu’elle est jolie avec son dé*olleté, je trouve ça plutôt gentil. »

« Pour toi, c’est un compliment », rétorque alors Marie Portolano. « D’ailleurs je remarque qu’au niveau dé*olleté tu m’as pas gâté aujourd’hui« , ose Pierre Ménès, avec un sourire vraiment vulgaire sur le visage. La journaliste tente de se défendre. « Je ne suis pas là pour ça. »

Cette dernière recadre alors l’objet de cette interview. « Est-ce que tu te souviens qu’on s’était embrouillés toi et moi, il y a quatre ou cinq ans, parce que t’avais soulevé ma jupe devant tout le monde ? Tu t’en souviens pas ? » « Pas du tout« , lâche sans gêne Pierre Ménès. Il finit pourtant par dire que « oui », il le referait aujourd’hui. Au sein d’Objeko, cet affront nous a choqués.

« Même en sachant que ça peut-être humiliant ? », lui a lancé la journaliste. « Ça t’a humiliée ? Ah bon, j’en suis désolé, mais faut aussi prendre les gens comme ils sont quoi. J’ai été embauché parce que je suis un personnage. Je t’ai peut-être soulevé la jupe, je m’en souviens absolument pas, mais est-ce que j’ai été incorrect avec toi une fois ?« , a-t-il dit, l’air dédaigneux.

Pierre Menés: « C’est sûr que si t’avais été un mec, j’aurais pas soulevé ta jupe »

« Oui, là oui. » « C’est sûr que si t’avais été un mec, j’aurais pas soulevé ta jupe », lui a-t-il justifié. Ces propos laissent de glace et c’est sans commentaire. Toujours lundi 22 mars, sur le plateau de TPMP, Cyril Hanouna recevait Francesca Antoniotti. Cette ancienne chroniqueuse de C8 a témoigné également à propos de Pierre Ménès. Car celui-ci l’avait embrassé de force en plein direct. C’était en 2016.

« Je vais vraiment être transparente, sur le moment je ne l’ai pas du tout vécu comme une agression se*uelle, parce que c’est le terme que j’entends et qui est employé sur les réseaux sociaux », a-t-elle lâché au début. « Je l’ai vécu comme une humiliation, il faut être honnête, parfois dans ce métier de journaliste sportive, on se retrouve à être humiliée, parce qu’il y a des mots qui sont blessants, des comportements » poursuit Francesca Antoniotti.

« Maintenant de dire que c’est une agression se*uelle ça serait faux, c’était une humiliation » pense la journaliste sportive. Mais Marlène Schiappa n’est pas d’accord avec elle. « On a vu des gens commenter : “C’est un baiser”, “C’est une blague”, “Ce n’est pas très grave”, etc, donc il nous est apparu fondamental de rappeler la loi, a-t-elle expliqué sur BFM TV.

« Il y a une peine qui peut aller jusqu’à 5 ans de prison. »

Et de poursuivre : « Il y a une peine qui peut aller jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende. Nous parlons de choses graves, ce n’est pas rigolo d’agresser se*uellement des gens, y compris sur leur lieu de travail, et ce n’est pas parce qu’on est en direct ou dans une émission de télévision que tout est permis. »

Marlène Schiappa a également commenté la séquence où Pierre Ménès embrasse de force Francesca Antioniotti : « Les images de Pierre Ménès qui embrasse de force une journaliste, je les trouve très choquantes. Je les trouve profondément choquantes », a-t-elle en effet commenté.


Alix Brun

Passionnée de rédaction, je m’intéresse à tous les sujets qui animent l’actualité française et mondiale. Rédactrice web de profession, j’ai à coeur d’informer le lecteur de la manière la plus précise possible, tout en offrant une information qualitative. Pigiste pour Objeko, j’ai également pour but de contribuer à un canal d’information distinct des grandes rédactions journalistiques omniprésentes sur le web, offrant ainsi un point de vue différent sur notre actualité quotidienne.