Albert de Monaco empêtré dans une sordide affaire d’héritage qui finit par exploser au grand jour !

Le Prince Albert II de Monaco vient de retrouver Charlène avec ses enfants en Afrique du Sud. Mais déjà, une nouvelle affaire vient entacher sa réputation. 

© KCS

Depuis 10 ans, le Prince Albert II de Monaco œuvre dans l’ombre pour s’opposer à l’héritage de la veuve de Kellogg Smith, un riche Américain qui habitait sur le rocher. Il refuse à la principale intéressée , aujourd’hui âgée de 70 ans, sa part d’héritage. Mais il faut dire qu’on parle ici de gros sous : le patrimoine du défunt s’élève à 3,5 millions d’euros. Il comprend un appartement dans le très huppé 16e arrondissement de Paris, une chambre de bonne dans la Principauté et de nombreux actifs financiers.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Point De Vue (@pointdevue)

Le Prince Albert II de Monaco venait de refaire surface dans les médias, aux côtés de sa belle Charlène. Sur le compte Instagram de cette dernière, le public avait pu découvrir de magnifiques clichés de leurs retrouvailles. Car depuis le mois de mai, Charlène de Monaco n’a pas remis les pieds sur le rocher. Les Monégasques s’impatientent et les rumeurs vont bon train. Plusieurs théories sur l’éloignement de l’ancienne sportive circulent actuellement.

Une affaire de gros sous

Coincée dans son pays natal, la maman de Jacques et de Gabriella n’a pas manqué l’occasion d’afficher l’image d’une famille soudée et réunie sur les réseaux sociaux. L’ancienne nageuse vit dans son pays natal depuis le mois de mai dernier. D’après le magazine Gala, princesse a fait savoir qu’elle avait subi une greffe des sinus avant son voyage. Car on lui a posé des implants dentaires. C’est donc à la suite de à cette opération qu’elle a contracté cette grave infection au niveau des oreilles et de la gorge. Malheureusement, cette infection arrive pile lors des 10 ans de mariage du couple princier.

Pour les mauvaises langues, il est facile de voir là une excuse pour s’éloigner du Prince Albert II. Stéphane Bern vient de faire des révélations dans le magazine Paris-Match. « À Monaco, depuis le départ de Charlène, les langues se délient. Dans le tourbillon d’une cour à la dent dure, sa cote finit de s’émousser », explique ainsi le spécialiste du patrimoine.

« Ses regards tristes sont à présent qualifiés de hagards. Des Monégasques déçus racontent ses colères, ses humeurs lunatiques, aussi changeantes que ses coupes de cheveux », constate-t-il ainsi. « Le Palais dut tant de fois invoquer une princesse souffrante que les Monégasques, aujourd’hui, peinent à y croire », poursuit-il par ailleurs.

Le fortuné Kellogg Smith se suicide à l’âge de 85 ans

D’après nos confrères de Voici, Charlène de Monaco aurait du mal à encaisser les frasques de son mari. D’après les rumeurs, il serait en effet particulièrement infidèle. Aujourd’hui père de deux enfants illégitimes, il pourrait avoir un troisième enfant caché.

En effet, une Brésilienne de 34 ans, qui habite actuellement en Italie, demande aujourd’hui la reconnaissance de sa fille de 16 ans. Cette fille serait donc née au début de la relation entre Charlène et le Prince Albert. Une rumeur circule également au sujet d’une opération de chirurgie esthétique ratée. Ces dires se basent sur les clichés de la princesse, diffusés sur son compte Instagram. En particulier sur une photo publiée le 9 juillet dernier. On l’aperçoit de lui, parler avec ses enfants au téléphone.

« Les photos qu’elle poste laissent planer un doute, De mauvaises langues voient dans leur flou artistique l’indice d’une énième métamorphose opérée sur son visage. ‘Une chirurgie esthétique qui aurait mal tourné ?’, ose s’interroger une familière de la Principauté », relate encore le spécialiste des têtes couronnées. Une chose est sûre : quelque chose ne tourne pas rond. Mais quoi ? Espérons en tous cas que la princesse va bien.

Le notaire n’est autre que le cousin du Prince Albert II !

En tous cas, Charlène vient de partager des photos qui ne permettent pas de penser à une opération de chirurgie ratée. Certes, elle semble avoir la joue droite gonflée. Mais cela peut correspondre à sa grave infection. Elle est en tous cas très loin d’être défigurée.

Quoiqu’il en soit, le Prince Albert II de Monaco n’aura pas échappé longtemps à sa réputation sulfureuse. S’il s’oppose à l’héritage de la veuve de Kellogg Smith, c’est parce que ce dernier aurait légué sa fortune au Prince Albert. Oui mais voilà, ce n’est pas si évident que ça. Kellogg Smith est mort en 2011 à Monaco, à l’âge de 85 ans. Il n’a pas d’héritier mais une épouse. Et il ne décède pas de mort naturelle, il se suicide.

Sa veuve dépossédée de son héritage attend le verdict de la cour d’appel

A sa mort, un un notaire monégasque, qui n’est autre que le cousin du prince Albert II de Monaco, dévoile le testament suivant : « Je soussigné Monsieur Kellogg A.F. Smith prends les dispositions suivantes : je révoque tout testament antérieur. J’institue pour légataire universel le prince Albert II de Monaco. Écrit de ma main à Monaco, le 23 juin 2005. » Le problème, c’est que ce testament n’est pas valable car il n’a pas été rédigé devant le notaire.

Sa veuve fait alors valoir une lettre d’adieu de son époux. “À ma connaissance, je ne laisse aucun testament de nature juridique (…). Je souhaite que tout mon héritage, argent et biens, puisse être distribué, attribué à un tiers à mon épouse et le reste à d’honnêtes institutions de bienfaisance à Monaco ou ailleurs. » Le Tribunal de Grande Instance de Paris décide de donner raison à la veuve et à la lettre d’adieu. Mais le prince Albert II de Monaco fait appel !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Royalisticism (@royalisticism)

Aujourd’hui, la veuve se retrouve ainsi en difficultés financières pour payer les charges de son appartement. Elle attend le verdict de la cour d’appel de Paris qui se prononcera le 9 septembre prochain. A suivre.