Albert II menacé? Un cousin affirme être le véritable héritier du trône du Rocher

Le prince Albert de Monaco avait sans doutes assez de soucis avec les tensions dans son mariage. Voilà qu'à présent l'un de ses cousins engage une action en justice pour réclamer son trône.

©Niviere David / ABACAPRESS.COM

Albert II et son épouse dont les gros titres de la presse ces derniers temps. Les rumeurs voudraient même qu’ils soient sur le point de se séparer. Les choses sont sérieuses pour les fidèles du prince Albert de Monaco. La princesse Charlène s’est « exilée » en Afrique du Sud. Il paraitrait qu’elle souhaiterait vivre autrement et que son mari la suive dans cette aventure. Tout comme elle l’a suivie dans celle de la régence de la Principauté de Monaco pendant plus de 10 ans. Mais Albert II ne peut pas laisser tomber ses obligations monarchiques.

Cependant, toutes ses histories ne sont que des rumeurs, bien que discutées parmi les spécialistes des têtes couronnées. La version officielle prétend que l’épouse d’Albert II ne peut pas voyager à cause d’un problème ORL, bien que cela fasse plusieurs mois qu’elle ne rentre pas auprès de sa famille.

Albert II est menacé par les prétentions au trône de l’un de ses cousins ?

À présent, coup de théâtre, voilà qu’un cousin d’Albert II réclame sa place et son titre. Objeko ne pouvait passer à côté de cette infirmation, elle est partout ! D’ailleurs, certains disent déjà que ce serait le moyen idéal pour le prince de Monaco de retrouver son épouse. Il pourrait laisser le trône à son cousin et retrouver sa femme. Mener ensuite une vie dédiée aux actions humanitaires en Afrique du Sud et ailleurs. Mais les experts de la monarchie, tels que Stéphane Bern, ne peuvent pas envisager que le prince Albert II quitte le Rocher. De plus, ses deux enfants, Jacques et Gabriella, sont encore si jeunes et déjà élevés dans l’optique de reprendre le flambeau.

Mais les choses sont encore plus compliquées qu’il n’y parait. En effet, si le cousin d’Albert II affirme être le véritable héritier du trône de la Principauté de Monaco, il n’a apparement pas prévu de prendre sa place. Sa requête c’est une indemnisation financière astronomique. La procédure judiciaire engagée par le cousin d’Albert Ii n’attaque même pas le Rocher mais la France ! Et c’est dans les colonnes du Parisien que Louis de Causans accorde une interview pour expliquer sa démarche. Le cousin d’Albert II a lancé une action en justice et il réclame plus de 350 000 euros à l’Etat français. Car c’est la France qui aurait permis à Albert de Monaco d’accéder au trône d’après Louis de Causans. Et le fait est qu’il n’a pas tout à fait tort.

Une affaire historique qui implique la France

Il convient de remonter le temps pour comprendre ce que reproche le cousin d’Albert II à la France. De fait, la loi de succession au trône a été changée en 1919 et la France avait fait pression sur le Rocher pour cela. Objeko souligne que le souvenir de la première Guerre Mondiale était encore vif et le prince Albert Ier régnait alors sur la Principauté. Le fils unique du prince, Louis, n’avait pas d’héritier. De fait, une branche allemande aurait dû prendre la suite, les descendants du prince Honoré III. Monaco n’était pas en faveur de cette éventualité et la France risquait donc d’annexer le Rocher au pays. Or, Louis n’avait pas d’hériter légitime mais il avait tout de même un enfant, Charlotte. Elle était née en 1989, d’une liaison entre Louis et une hôtesse de cabaret parisien du nom de Marie-Juliette Louvet.

La loi fut ainsi modifiée pour que les enfants illégitimes puissent accéder au trône et Charlotte fut adoptée par Louis. Il avait donc sa fille pour prendre la suite et cela mettait à l’écart la branche allemande de la succession, celle du prince Honoré III. Une branche à laquelle appartient Louis de Causans, le cousin du prince Albert II.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @hshprincealbertii

Sans la modification de cette loi, c’est bien lui qui serait apparement l’héritier légitime au trône du Rocher. Mais l’histoire en a décidé autrement. Et ce n’est pas la première fois qu’il tente de faire valoir ses droits, comme le précise le magazine Voici. En 2019 déjà, l’une de ses demandes de réparation avait été déboutée. Mais aujourd’hui, dans les colonnes du Parisien, Louis de Causans pense avoir toutes ses chances. « L’affaire a été prise au sérieux. Pour la première fois depuis l’adoption de Charlotte, nous connaitrons la position de l’Etat français » disait-il. Objeko ne vous surprendra pas en vous disant que toute cette histoire risque d’animer les médias pendant quelques temps.