Alerte danger pizzas contaminées : voici qui sont les victimes et les produits concernés

Le lien est établi entre le syndrome hémolytique et urémique (SHU) et des pizzas surgelées de la marque Buitoni, les autorités sanitaires l'ont confirmé. Des enfants sont dans un état très inquiétants puisque certains souffrent d'insuffisance rénales. Mais qu'est-ce que la bactérie E. coli à l'origine de cette intoxication ? Quels sont les aliments concernés ?

©wilkipedia

Qu’est-ce que la bactérie E. coli ? 

Il s’agit d’une bactérie qui, comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé, peut entraîner une maladie grave d’origine alimentaire. On la retrouve dans la viande hachée et le lait cru. Dans les jours qui suivent la contamination, sont observées « des crampes abdominales et des diarrhées qui, dans certains cas, évoluent vers des diarrhées sanglantes (colite hémorragique) ». La fièvre et les vomissements font aussi partie des symptômes. Cette bactérie touche principalement les reins des enfants (d’où les insuffisances rénales dont souffrent certaines jeunes victimes). Le docteur Lionel Barrand, médecin biologique cité par Le Parisien, ne minimise pas les risques puisque la bactérie peut « avoir des conséquences catastrophiques« . 

En effet, l’OMS le dit,  l’infection peut évoluer vers une forme potentiellement mortelle« . Les adultes en bonne santé, plus solides, guérissent généralement au bout d’une dizaine de jours. Mais si certains symptômes s’aggravent, il leur faut impérativement consulter un médecin afin d’être bien traités. Mais pour eux, dans la plupart des cas, les symptômes sont ceux d’une gastro. 

Si l’affaire des pizzas fait la une des médias, c’est qu’il s’agit d’une « épidémie de la plus grande ampleur ». C’est en tout cas ce qu’indique un épidémiologiste de Santé publique France sur les ondes de France Info. D’après Le Parisien, 41 cas graves ont été recensés, tandis que 34 autres sont actuellement surveillés. 75 cas au total identifiés dans 12 régions. Deux enfants sont malheureusement décédés après avoir mangé une simple pizza. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cerfia (@cerfiafrance)

Les pizzas à jeter impérativement

C’est la gamme Fraîch’Up de Buitino qui est concernée. Le Parisien rappelle qu’il se vend 100 000 à 150 000 boîtes par semaine. Il ne faut pas consommer tous les produits achetés avant le 18 mars car ces dernières contiennent la bactérie E. coli : les analyses épidémiologiques, microbiologiques et de traçabilité ont confirmé un lien ». 

Plusieurs parents ont raconté le cauchemar qu’ils sont actuellement en train de vivre. Difficile de penser que la vie peut prendre un tel tournant à cause de simples pizzas. Aurélie, dont le fils Yatis à 4 ans, est en réanimation car ses reins ne fonctionnaient plus. Elle avait acheté les fameuses pizzas entre le 28 février et le 7 mars. Tous ses enfants en ont mangé mais c’est le petit Yatis qui est sévèrement touché par la bactérie. Les parents de Bérénice, 6 ans, se sont également confiés à RMC. C’est le 16 mars dernier que la petite a mangé la pizza. « Ça a commencé par les reins, c’est remonté au cœur. Les reins ne fonctionnant plus, ça a dégagé beaucoup de toxines, qui ont atteint le côté neurologique ».

La fillette est actuellement dans le coma après avoir souffert d’amnésie, d’hallucinations, et de deux arrêts cardiaques. Elle se bat pour s’en sortir. Mais comment la bactérie peut-elle avoir des effets si néfastes sur la santé, et plus précisément sur les reins ? 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cyrille Passeur (@equiliforce)

Comment la bactérie attaque-t-elle les reins ?

Matthieu Jamme, réanimateur et néphrologue, a répondu sur Twitter à cette question. Il précise que « certaines bactéries sont capables de fabriquer des protéines qui vont leur donner des propriétés augmentant leur potentiel d’atteinte ». Une fois ingérée, la bactérie « libère sa toxine » dans le tube digestif, avant d’atteindre les reins via les vaisseaux sanguins. « Une fois dans les reins, la toxine va faire des brèches dans les petites artères appelées capillaires. Ces brèches vont être colmatées grâce à d’autres cellules présentes dans le sang : les plaquettes. Leur taux va donc baisser. Mais cette réparation va s’accompagner d’une réduction du calibre des capillaires ce qui va occlure entièrement ou partiellement les vaisseaux ».

Les conséquences sont celles qui conduisent à l’hôpital les jeunes enfants : Du fait de ces nouveaux obstacles, les globules rouges circulant vont se cogner dessus et : soit se déformer (=schizocyte) ou soit éclater (=hémolyse) entraînant alors une anémie ». L’O2 n’est plus transporté normalement jusqu’aux reins. Et « sans O2, les reins ne peuvent pas fonctionner ». Le but des reins est de filtrer le sang en éliminant les déchets. Si leur travail n’est pas fait, alors les déchets risquent « de s’accumuler dans le sang jusqu’à un niveau critique ».