Alerte info : C’est terminé : c’est la fin d’une grande marque chez LIDL!

Est-ce la fin d’une belle histoire entre le géant allemand et Nestlé ? Comme on dit, rien n’est acquis. On vous dévoile toutes les raisons pour lesquelles Lidl n’a pas renouvelé le contrat avec son partenaire.

Alerte info : C'est terminé : c'est la fin d'une grande marque chez LIDL!
© 123RF

Lidl Allemagne a fait une déclaration de choc ! En effet, le roi du discount a annoncé qu’il arrêtait la commercialisation de la marque Vittel à partir du mois de novembre. De ce fait, si vous êtes un habitué de cette eau minérale, il faudra vous rendre dans d’autres enseignes pour la trouver. Cela va mettre en péril pas mal d’emplois, car Lidl était le partenaire principal de Nestlé. On vous explique tout sur cette affaire.

Lidl stoppe une eau historique : des dommages collatéraux !

Lidl ne mettra plus l’eau minérale Vittel dans ses rayons. En effet, il s’agit précisément des bouteilles appelées « Bonne Source » qui se trouvent dans la région d’outre-Rhin, chez nos voisins allemands. C’est un coup dur pour Nestlé propriétaire de la marque. Pour le distributeur, cela représente une perte de près de 3200 points de vente. Cet évènement aura forcément de l’impact sur les salariés du site vosgien. Par conséquent, plusieurs salariés vont perdre leur emploi et devoir quitter les usines vittelloises.

Lidl sensible aux critiques contre Nestlé ?

Si Lidl a décidé de ne plus vendre Vittel dans ses magasins, il a de bonnes raisons. En effet, Nestlé est très critiquée entant que distributeur agroalimentaire international. La production d’eau à Vittel a toujours été un sujet de conflit. L’entreprise va récupérer l’eau dans différents puits depuis le début des années 1990. Celle-ci peut commercialiser jusqu’à un million de mètres cubes de bouteilles tous les ans. Malheureusement, cette immense quantité d’eau amène à un résultat peu glorieux. En conséquence, le niveau de la nappe phréatique du village se réduit de plus en plus, moins 30 centimètres… Vittel s’assèche…

Nestlé ne cache pas sa responsabilité et déclare elle-même qu’elle prend un quart des prélèvements d’eau souterraine au niveau local. Les écologistes sont à bout et n’hésitent pas à protester. En toute logique, les médias pensent que c’est pour cette raison que Lidl n’a pas reconduit le contrat avec Nestlé. Et sans Lidl comme partenaire de vente, l’avenir de la marque Vittel est plus que problématique. “Le non-renouvellement du contrat Lidl en Allemagne fait partie d’un phénomène qui a conduit à une érosion continue du volume des ventes ces dernières années”, a expliqué Nestlé. Mais ce n’est pas tout…

Rupture de contrat et effet boule de neige

Les bouteilles d’eau Vittel sont également critiquées pour d’autres raisons que la nappe phréatique. En 2019, on a reproché à la marque de continuer à être emballé dans du plastique à usage unique. Sans compter que Nestlé a aussi éliminé illégalement leurs déchets plastiques sur leurs propres propriétés.

De ce fait, Lidl n’a pas du tout envie de faire perdurer son contrat avec Nestlé qui est une entreprise trop controversée. Et celui-ci pense avant tout à plaire à ses clients de manière responsable. L’alliance entre les deux parties arrivait à sa fin et Lidl en a profité pour stopper la distribution. Nestlé avait déjà prévu une suppression de 75 postes sur le site vosgien en comptant des départs volontaires. Et cela va continuer… Stéphane Cachet, délégué CGT et secrétaire adjoint du comité social et économique de Nestlé, a déclaré : « Connaissant le groupe, si malheureusement en 2022 on ne va pas rechercher des volumes supplémentaires pour compenser, il y a des probabilités pour que la direction réadapte les effectifs par rapport aux volumes. »

En effet, Nestlé va perdre des dizaines de millions d’euros. Ainsi, la société va devoir ouvrir les négociations avec d’autres enseignes chez nos voisins allemands afin de récupérer cette perte. Mais rien n’est moins sûr. Pour le moment, l’entreprise attend la fin du contrat avec Lidl pour ensuite juger « les meilleures options pour continuer à développer ses activités en Allemagne« . Donc, 75 suppressions de postes doivent être menées à bien d’ici à la fin de l’année. Cela laisse un peu de marge pour organiser tout ceci.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par dry residue consulting. (@dryresidue)

 


Celine Cossa

A la base, chargée de communication dans l’édition, j’ai donc déjà une expérience dans l’écriture et l’image. De nature très curieuse, je me suis toujours intéressée aux médias, à l’actualité et à la culture au sens large. Ainsi, associer mon amour des mots et mon goût pour les news a été une évidence !