Alessandra Sublet, Céline Dion… Ces célébrités victimes de dépression post-partum

Des stars prennent la paroles pour évoquer un sujet délicat et encore souvent tabou, celui de la dépression post-partum. En effet, toutes les femmes qui deviennent mères ne nagent pas dans le bonheur. La chute brutale des hormones peut déclencher de sévères dépressions.

© ABACA

Alessandra Sublet, Britney Spears, Serena Williams, Cœur de pirate… De nombreuses stars ont décidé de mettre leur notoriété à profit pour une noble cause. Elles décidaient de lever le voile sur un tabou concernant la dépression des femmes après l’accouchement. La dépression post-partum est un phénomène plus fréquent que l’on pourrait le croire. Justement par que les mœurs de la société formulent cette injonction qui veut qu’une femme qui accouche vive le plus beau moment de sa vie. Or, si cela est vrai pour certaines, c’est tout le contraire pour d’autres. La chute brutale des hormones suite à l’accouchement est difficile à vivre pour toutes les femmes. Et certaines d’entre elles traversent donc ensuite une dépression.

Cela s’accompagne de perte de cheveux, d’anxiété, de douleurs, de fatigue, de sautes d’humeurs… Et comme Céline Dion, Alessandra Sublet, Serena Williams et d’autres stars tiennent à le préciser, la dépression post-partum n’arrive pas qu’aux autres. Et surtout, elle doit être prise au sérieux. Pour cela, elle doit gagner en visibilité pour être acceptée. Car comme pour toutes les personnes qui souffrent de dépression, les femmes qui viennent d’accoucher peuvent être réticentes à parler de leur mal-être.

De fait, les personnes dépressives doivent faire avec le poids immense d’une culpabilité qui accompagne cette maladie psychique. En témoignant, Kylie Jenner, Alessandra Sublet, Cœur de pirate et tant d’autres permettent à d’autres femmes qui souffrent d’oser demander de l’aide. Ainsi, à l’instar de nos confrères du magazine PublicObjeko vous invite à découvrir plusieurs témoignages éloquents de vos vedettes préférées.

La dépression post-partum est une maladie qui peut toucher toutes les femmes, après leur accouchement

Les maladies mentales sont parfois inévitables et il ne faut pas en avoir honte. En effet, avec le temps la société tend à faire évoluer les mentalités dans ce domaine. Comme il n’est pas légitime de blâmer une personne qui attrape une bronchite, il n’est pas non plus légitime de blâmer celle qui traverse une dépression. Et comme pour les maladies physiques, les maladies mentales demandent des soins et une attention adaptée. Or, la dépression post-partum est plus tabou encore que d’autres puisqu’elle intervient chez les femmes qui viennent de devenir mamans. Comme Alessandra Sublet le précisait, notamment en 2013 dans les colonnes du magazine Elle, il faut oser en parler.

« Ça m’est tombé dessus avec violence, comme si j’étais devenue une autre femme que je ne reconnaissais plus, à la fois neuneu, amorphe et incapable d’accomplir les gestes les plus simples, comme donner un bain à ma fille ou même lui faire un biberon. », disait-elle, comme le rapportent nos confrères du magazine Public. Dans une démarche de donner de la visibilité à la dépression post-partum, de tendre la main aux femmes qui traversent cette épreuve, Alessandra Sublet publiait « T’as le blues, baby ? », toujours en 2013.

Cette prise de parole était courageuse et nécessaire. Une véritable bouffée d’air pour les mamans en proie à cette dépression post-partum si difficile à comprendre pour l’entourage. En effet, qui n’a jamais entendu que l’accouchement est le plus beau jour de la vie d’une femme ? Ou que l’instinct maternel est inné ? Objeko vous l’accorde, ce sont autant d’injonctions qui rendent impossible la libération de la parole quant à ce type de dépression.

Comme Alessandra Sublet, ce sont des dizaines de stars qui témoignent

C’est pourquoi, comme Alessandra Sublet, d’autres stars et célébrités qui rencontraient ce phénomène décidaient elles aussi d’en parler publiquement. Cœur de pirate, Céline Dion, Hapsatou Sy, Serena Williams, Jennifer Lopez, Chrissy Teigner, Kylie Jenner, Britney Spears, Audrey Fleurot et tant d’autres ont osé. Elles ont osé pour dire aux femmes qu’il est possible de s’en sortir. Que la dépression ne doit pas être tabou. Pour affirmer aussi que cela n’arrive pas qu’aux autres, qu’elles ne sont pas seules.

« À des moments, j’étais heureuse et comblée, l’instant d’après, la fatigue m’envahissait et je pleurais sans raison. Quelques jours après être rentrée de la maternité, je me suis sentie vide et je n’avais plus aucun appétit. Et je m’énervais pour rien. », avait déclaré Céline Dion en 2010. « Après la naissance de ma petite fille, j’ai réalisé que la fatigue psychologique et physique des mamans pouvait survenir brutalement. », avait écrit Hapsatou Sy sur son blog en 2018. « Neuf mois, c’est le temps que ça prend pour se faire à l’idée. Et comme je n’ai pas eu le temps d’en profiter, je pense que ça m’a pris les neuf mois qui ont suivi. », déclarait Audrey Fleurot pour le Huffington Post.

Enfin, Objeko ne saurait qu’encourager toutes les femmes qui traversent une telle épreuve à oser demander de l’aide. La dépression est une maladie qui se soigne et dont, même si cela est facile à dire, il ne faut pas avoir honte.