Alzheimer : les problèmes de vue seraient les 1er signes révélateurs de cette maladie

C'est un mal qui touche des millions de personnes dans le monde et qui est la source d'inquiétudes pour de nombreuses autres. La maladie d'Alzheimer fait peur, et les recherches continuent pour trouver un moyen d'arrêter cette maladie. Aujourd'hui, une nouvelle est tombée puisqu'il semble y avoir un lien entre les problèmes de vue et la maladie neuro dégénérative. De quoi mieux la comprendre, et mieux la traiter par la suite.

© Pressesante

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

D’après le Ministère de la Santé, la maladie d’Alzheimer « est une maladie neuro dégénérative (Atteinte cérébrale progressive conduisant à la mort neuronale) caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles (cognitives) conduisant à des répercussions dans les activités de la vie quotidienne« . Les évolutions de la maladie sur le temps sont variables d’un individu à un autre. Aujourd’hui encore, les causes précises de la maladie ne sont pas connues. Les recherches continuent pour tenter de mieux la comprendre, de l’identifier plus vite, et de trouver, enfin, des traitements efficaces pour limiter au maximum son évolution. 

On sait en revanche comment cette maladie s’exprime dans le cerveau. Elle est caractérisée par « l’association de deux lésions neuropathologiques cérébrales : les dépôts extracellulaires de protéine beta-amyloïde et les dépôts intracellulaires de protéine tau. Ces lésions vont progresser au fil du temps de la région hippocampique vers l’ensemble du cortex cérébral expliquant la progression des troubles avec l’apparition d’une aphasie, d’une apraxie, de troubles visuo-spatiaux et de troubles des fonctions exécutives« . 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Buenísima (@lafm98.5)

Les problèmes de vue et la maladie d’Alzheimer

L’enjeu des chercheurs est de mieux comprendre la maladie, de savoir quand elle commence à se développer, et pourquoi. Les recherches continuent et chaque année des progrès sont faits. C’est un véritable enjeu puisque, d’ici 2050, on estime que le nombre de personnes démentes passera de de 50 millions à 132 millions. Il faut non seulement rendre le quotidien des personnes touchées plus agréable, mais également prévoir que des millions de personnes seront, dans les années à venir, également touchées par la maladie.

Des études d’autopsie sont donc réalisées sur les corps des personnes atteintes par la maladie neuro dégénérative pour tenter d’avoir des réponses. Or, on s’est rendu compte de la présence d’importantes atteintes au niveau du nerf optique et de la rétine des patients étudiés. Mais est-ce la cause, ou la conséquence de la maladie ? On sait que le risque d’être concerné par une perte d’acuité visuelle est plus élevé chez les personnes souffrants de dysfonctions cognitives. Mais cela ne nous dit pas si ces problèmes de vue sont survenus avant, ou après la maladie.  

Une avancée pour la médecine 

Une étude sur huit ans a donc été menée et les résultats sont tombés. Les chercheurs ont, en effet, pu établir un lien entre la détérioration de la vision et le déclin des fonctions cognitives. Pour savoir lequel précède l’autre, ils ont analysé les résultats de façon inverse. Ils ont ainsi remarqué que la corrélation était plus faible. Cela indique que les problèmes de vision précèdent les pertes cognitives et que ce ne sont donc pas ces dernières qui entraînent des problèmes de vision.  

Si on prend donc en charge rapidement les problèmes de vue en prenant en compte cette donnée, on pourrait prévenir, ou du moins ralentir l’apparition des dysfonctions cognitives. En attendant, un jour, un éventuel traitement, c’est une avancée dans la compréhension de cette maladie qui touche environ un million de personnes en France. 

Aujourd’hui, nous savons que la maladie reste étroitement liée à l’âge. Le Ministère de la Santé est clair : pour limiter les risques de développer, plus tard, cette maladie, il faut avoir une vie saine, avec une alimentation variée et équilibrée, une activité sportive régulière, sans tabac et sans alcool. On sait que ce qui est bon pour le cœur est bon également pour le cerveau. Certains indicateurs doivent vous alarmer. Si vous voyez un proche avoir des difficultés à effectuer des tâches courantes, avoir des troubles du langage, une perte d’orientation dans l’espace ou une perte de motivation, invitez-le à consulter au plus vite un médecin. Plus tôt la maladie est prise en charge, plus efficace seront les actions faites par la médecine pour limiter son évolution