Amandine Pellissard (Familles nombreuses) : cette virée à Saint-Tropez qui l’a traumatisée à vie !

Après des mois de harcelement, Amandine Pellissard méritait bien un peu de repos. Hélas, ses congés dans le sud de la France ne vont pas du tout se passer comme elle l'avait anticipé. C'est parti, Objeko vous raconte tout dans les moindres détails !

© TF1

La vie joue de drôles de tours à Amandine Pellissard. Au lieu de couper les réseaux sociaux quelques jours, elle va y déclencher le chaos !

Amandine Pellissard traumatisée à vie !

Ce n’est un secret pour personne. Amandine Pellissard ne peut plus se passer de la Toile. Même quand elle est à l’autre bout de chez elle, elle nous donne de ses nouvelles. Pour ses abonnés, c’est une excellente chose de maintenir le lien avec la vedette de Familles nombreuses. En effet, encore fragilisée par un harcèlement de plusieurs mois, elle va enfin pouvoir s’apaiser avec les siens.

Pour preuve, elle fond devant cette photo de Léo. Plus complice que jamais avec son aîné, elle est tellement fière ce qu’il a accompli cette année. Certes, de temps en temps, elle a la réputation de diriger sa tribu à la baguette. La plupart du temps, elle se justifie en disant que c’est pour leur bien. Or, ces dernières heures, elle va totalement perdre ses moyens. Que s’est-il passé ? Objeko vous raconte tout dans les moindres détails !

Quel choc !

Il y a quelques jours, Alexandre lui a donné des sueurs froides. Alors qu’Amandine Pellissard se trouvait à Paris pour passer du bon temps avec Jeremstar, il fait plusieurs malaises. Conduit d’urgence à l’hôpital, les médecins font tout pour le retenir. Hélas, monsieur n’en fait qu’à sa tête. A peine a-t-il franchi le seuil de la maison que le cauchemar sanitaire recommence. En somme cher ami d’Objeko, si vous n’avez pas connaissance de cette anecdote, vous ne l’aurez sans doute jamais détecté puisqu’ils ont l’air si sereins à présent ! Hélas, la légende n’est absolument pas positive ! « Douyou douyou douyou Saint-Tropez ! Alors [je voudrais avoir] vos impressions et vos avis sur la ville… Car Alex, les enfants et moi n’avons pas du tout aimé ! Que ce soit l’environnement ou les mentalités… » Qu’est-ce qu’elle regrette de ne pas avoir misé sur l’Occitanie !  

Quand on l’interroge sur son ressenti, Amandine Pellissard n’y va jamais avec le dos de la cuillère. « Trop de bling bling pour nous (…) La mentalité, façon d’être, et non pas de paraître… Car l’habit ne fait pas le moine ! » Comme pour se justifier, elle balance une anecdote fracassante. « Et on en parle du poulet rôti à emporter à 31,62 euros ??? Tout est hors de prix ! » Celle qui l’habitude de gérer d’une main de fer les dépenses alimentaires de sa tribu ne sera plus jamais la même. Elle vite un cauchemar éveillé. Pour preuve, elle n’hésite pas à dire que la volaille l’a « traumatisée à vie ! »

Les fans d’Amandine Pellissard au taquet !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nicolas Ladonne (@nicolas. ladonne)

Parmi sa communauté, Amandine Pellissard n’a pas anticipé la réaction des locaux. De temps en temps, on estime qu’elle devrait prendre des pincettes avant de poster sur Instagram. Pour l’instant, ils n’ont pas l’air de s’offusquer de la réputation pitoyable qu’elle fait à leur ville. Croisons les doigts pour que ça dure ! De leur côté, les vacanciers tapent du poing sur table. L’une d’entre elles va même muter en GPS. « Pour y être allé des dizaines de fois, il faut s’éloigner du centre et du port qui sont des attrapes touristes. Il y a de bons resto pas si chers, et surtout des balades géniales type le sentier des douaniers »

Cependant, n’est pas Amandine Pellissard qui veut. En somme, ce qu’elle confie se transforme souvent en parole d’évangile. Souhaitant défendre cette mère courage, une anonyme nous raconte son expérience avec la ville si chère à Eddie Barclay. Elle n’est pas prête d’y remettre les pieds, à moins de casser sa tirelire en mille morceaux. « Dans les années 80, j’ai aussi été [choquée] par le prix d’un diabolo fraise pris dans le tout dernier bar du port. » À l’époque, Objeko vous précise qu’il n’y avait pas de chômage, d’inflation, de pénurie et encore moins de hausse du panier de la ménagère. Bref, comparé à aujourd’hui, le pouvoir d’achat se portait à merveille. Force est de constater que les commerces de cette ville ont toujours eu une drôle de manière de gérer leur politique tarifaire. « À cette époque était à 28 francs, je l’ai savouré même s’il m’a ruiné. » Voilà qui a le mérite d’être clair, net et précis !