Amandine Pellissard (Familles Nombreuses) convoquée par les fraudes, elle avoue tout !

Mais pourquoi donc la star de l'émission de TF1 est-elle convoquée ? Sur ses réseaux sociaux, elle décide de ne rien cacher et de dire toute la vérité, en reconnaissant notamment ses torts.

©Clemenceau2018

Amandine Pellissard n’a pas respecté la loi

En participant à l’émission Familles Nombreuses, les membres de chaque tribu bénéficient d’une exposition médiatique conséquente. Toutes les familles décident donc de surfer sur la vague en créant des comptes Instagram. Ces derniers sont suivis par des centaines de milliers de fans qui, en plus de voir les familles dans l’émission, veulent les suivre au quotidien sur les réseaux sociaux.

Cela permet par exemple à Amandine Pellissard de jouir d’une nouvelle activité : celle d’influenceur. Ce métier est récent puisqu’il est né avec les réseaux sociaux. Il existe grâce aux marques qui paient les influenceurs pour mettre en avant des produits. Mais la loi est stricte à ce sujet, et même si cette activité est récente, elle est régie par un cadre strict. Lorsqu’une personnalité ne respecte pas cette loi, elle est convoquée.

Or, c’est exactement la situation actuelle d’Amandine Pellissard, qui a décidé de tout dire en story et de reconnaître ses torts. Elle n’a pas précisé sur des publications qu’il s’agissait de posts sponsorisés. Or, c’est obligatoire. « Si j’ai une amende, je m’en acquitterai. C’est très bien je trouve qu’il y ait une vraie vigilance et que notre métier soit aussi encadré, parce qu’il y a beaucoup de travers« , clame-t-elle sur Instagram.

Les Pellissard : la famille star du programme

Nul doute que certaines familles demandent à participer à l’émission en découvrant le destin de la famille Pellissard. La vie de cette famille a changé et la maman est aujourd’hui la grande star du programme. Son quotidien est si rempli qu’elle n’a plus le temps de copiner avec les autres familles. Elle le reconnaît volontiers auprès de Télé Loisirs :

« J’avoue qu’on passe un peu pour des sauvages, car je sais qu’il y a des familles qui aiment beaucoup échanger, se voir, se recevoir etc. Nous, on n’a pas le temps. Il y a tout de même des personnes avec lesquelles on a tissé des liens particuliers comme les Gayat, les Cordule, les Santoro et les Jeanson. Ils se sont donc créés surtout avec des familles plus anciennes. Mais à partir de la saison 3, il y a eu tellement de nouvelles tribus, venues en quantité, et de changements de saison en saison. Si bien que je ne sais plus qui est qui. Je n’arrive plus à suivre en fait« .

La maman n’en reste pas pour autant inaccessible : « Quand il y a une maman qui vient me parler, je lui réponds volontiers. Je ne suis pas fermée. Mais, effectivement, on n’échange pas avec les nouvelles familles dès qu’elles arrivent. » Cependant, elle considère que faire partie du même programme ne l’oblige pas à copiner avec tout le monde : « Ce n’est pas parce qu’on est dans la même émission qu’on doit passer tous nos dimanches ensemble« .

La célébrité n’a pas que des avantages

Si Amandine Pellissard est sans doute ravie de participer à l’émission puisque son quotidien n’est plus le même, elle fait face au revers de la médaille de la célébrité. Et quel reversCe sont des milliers de critiques, parfois surprenantes, qu’elle reçoit sur les réseaux sociaux. Quand ce n’est pas l’éducation qu’elle donne à ses enfants qui est critiquée, c’est son physique. Elle assume par exemple ses opérations de chirurgie esthétique, et ce ne sont pas les critiques qui vont l’arrêter:

« Vous avez toujours des gens qui vous jugent pour tout et n’importe quoi… Vous décidez de refaire votre poitrine à 35 ans après avoir eu huit enfants, c’est inadmissible… Mais quoi que vous fassiez de toute façon, vous ne pouvez pas plaire à tout le monde. Et puis, il y a aura toujours des critiques. Que voulez-vous que je vous dise ? Ça me passe mais vraiment… Voilà, on s’est compris. Je ne vais pas calquer ma vie sur celle des gens. Parce que sinon j’arrête de vivre. Et on a qu’une vie alors en fait je vais faire ce dont j’ai envie. C’est ma vie, c’est mon corps : je fais ce que je veux ! Si j’avais voulu me faire un bonnet H, j’aurais fait un bonnet H ! »