Amir : le chanteur de The Voice prend une décision radicale et livre un message fort

Même s'il n'a pas gagné le télé-crochet, Amir peut remercier The Voice. Il mène depuis une belle carrière et a pu représenter la France au concours de l'Eurovision. Mais aujourd'hui, c'est un tout autre défi qui attend le chanteur. Ses fans seront ravis d'apprendre qu'ils pourront le retrouver, non pas sur scène, mais sur les planches d'un théâtre. On vous explique tout sur Objeko.

© Abaca

Une incroyable carrière pour le jeune chanteur 

C’est en 2014 que les téléspectateurs de TF1 découvrent le jeune Amir, chanteur qui participe à la troisième saison du télé-crochet le plus regardé en France. Rapidement, il s’impose comme un favori. Il en a les atouts : une voix douce et puissante, un visage de jeune premier, un sourire qui fait craquer les internautes… Il choisit Jenifer comme coach et arrive jusqu’en finale. Il est finalement battu par un autre chanteur qui connaîtra une belle carrière, le tout jeune Kendji Girac. 

Rapidement, son destin prend une tournure inattendue quand il est choisi pour participer à l’Eurovision. La France n’a pas l’habitude de briller pendant la compétition internationale. En 2015, seuls 4 points ont été gagnés, le pays a donc fini à la 25ème place… sur 27. Nathalie André, responsable du choix du représentant français, est consciente de ses erreurs : « Ma connerie est d’y être allée avec une voix plutôt que d’y être allée avec Enrique Iglesias. Je suis prête à prendre ma revanche pour 2016 et je m’y mets dès aujourd’hui« . Son single entraînant qui mêle français et anglais, J’ai cherché, est donc choisi. S’il n’arrive pas premier, il termine sixième en battant le record du nombre de points remportés par la France (257). De quoi booster les ventes de son single, et celles de son album, Au cœur de moi (certifié triple disque de platine). 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par amir (@amir_officiel_)

Un nouveau défi attend Amir 

Si les fans du chanteur rêvent de le retrouver sur scène pour le voir interpréter ses plus gros tubes (J’ai cherché, donc, mais également On dirait ou encore Longtemps) devront cependant patienter. Ce n’est en effet pas sur scène qu’on pourra prochainement retrouver le chanteur, mais sur les planches d’un théâtre. Et plus précisément sur les planches du théâtre Édouard VII. 

C’est sur Instagram qu’il a partagé la nouvelle, en commençant avec des mots choisis pour montrer son émotion : « Mes amis, je suis sur le point de réaliser un rêve d’enfance et il m’est compliqué de trouver les bons mots…« 

Au mois d’Avril, Amir jouera le rôle d’Alfred Nakache, « un homme extraordinaire. Malgré lui peut-être, mais son histoire est grande. Elle mérite d’être racontée, partagée, transmise. Elle se doit de nous inspirer, de nous mettre en colère, de nous attendrir, de nous souder, nous renforcer. Cet homme m’a troublé. Il était grand. Si grand que parfois je me demande si j’en ai les épaules… Mais j’ose bien me lancer, pour Alfred. Pour le défi. Seul en scène pour 18 représentations exceptionnelles au théâtre Edouard VII. À partir du 26 avril ». 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par amir (@amir_officiel_)

L’incroyable histoire d’Alfred Nakache

Ce champion de natation est surnommé le « nageur d’Auschwitz« . Et pour cause, s’il bat des records pendant l’occupation allemande, il est dénoncé par la presse collaborationniste. Il est interdit de bassin en 1942, avant d’être arrêté l’année suivante après dénonciation. Il se retrouve alors dans la Prison Saint-Michel dans le centre ville de Toulouse, avant d’être conduit au camp de Drancy. Par la suite, avec sa femme et sa fille de deux ans Annie, il est envoyé au camp d’extermination d’Auschwitz. Dès son arrivé au camp, il est séparé des siens et ignore que sa femme et sa fille ont été tuées par les allemands.  

C’est une histoire incroyablement riche qui attend Amir. Il a la lourde responsabilité d’incarner un personnage emblématique. Il reste dans les camps jusqu’à la libération et aura réussi à survivre aux mauvais traitements et à l’humiliation grâce à sa forme physique. A son retour, il témoigne sur l’horreur des camps : 

 « Je sors de la tombe. Il faut avoir vécu la vie de ces camps pour s’imaginer ce que c’était. Quand on fera la compte des rescapés et des manquants, on aura du mal à en croire les chiffres. De 85 kilos, je suis tombé à 61, et je ne dois la vie qu’à ma volonté d’en sortir, de ne pas manger d’immondices ou de cadavres malgré la faim. Je pèse actuellement 70 kilos »