Anne-Sophie Lapix : ce jour où elle a offensé Pierre Palmade, l’humoriste furax

Au fil des années, l'image d'Anne-Sophie Lapix se détériore. Pourquoi les célébrités ne l'apprécient pas ? Où a-t-elle fauté ? Objeko fait le point !

© France 2

Du côté des stars comme des politiques, on évite à tout prix Anne-Sophie Lapix. Lorsque vous allez lire son portrait, vous allez halluciner !

Anne-Sophie Lapix en danger !

Dans quelques jours, le débat de l’entre deux tours aura lieu. Face à la tête d’affiche, les partisans espèrent qu’il n’y aura pas de faux pas de leur candidat favori. On se rappelle qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen s’était emmêlé les pinceaux. De son côté, Emmanuel Macron avait transformé l’essai. Alors qu’En Marche était tout neuf, il n’avait qu’une expérience de ministre du Budget. Contre toute attente, l’ancien banquier élimine les deux mouvements historiques de la course à l’Élysée. Qu’en pense Anne-Sophie Lapix ?

Cependant, malgré de nombreux désaccords avec sa virale, le duo possède un point commun. En sélectionnant les journalistes qui animeront ce débat, ils disqualifient d’office Anne-Sophie Lapix. On l’a vu récemment avec Rachida Dati, elle manie le chaud/froid comme personne. Le portrait qu’ils en font ne peut laisser aucun téléspectateur indifférent. « Hostile« , « *ssassine« , « coriace« , elle semble mise à l’écart. Vu qu’un malheur n’arrive jamais seul, chez les people, on la rejette aussi. Oups… Que s’est-il passé ?

Tout sur l’horrible réputation d’Anne-Sophie Lapix

Il y a quelques années, Anne-Sophie Lapix animait C à vous. Le principe de l’émission est simple. Autour d’un bon repas, elle recevait les invités qui font l’actualité. Aujourd’hui, elle n’est plus en charge de ce moment de convivialité. La chaine a préféré la spontanéité d’Anne-Elisabeth Lemoine. Ah si les murs de l’ancien plateau pouvaient parler, ils en diraient des choses à Objeko.

Son attitude excède

Pour preuve, ils sont nombreux à ne pas oublier pas leur passage. Dans les colonnes de l’hebdomadaire Télémara, nos confrères nous rapportent que l’humoriste « Pierre Palmade était parti furieux«  ! Quelqu’un de l’équipe technique de C à vous jette un pavé dans la mare. Sous couvert d’anonymat et sans doute par crainte des représailles, il/elle déclare. « Cela a pris un peu de temps pour qu’elle apprenne à interviewer les artistes différemment des politiques. Elle fonçait bille en tête » ! On l’aurait compris, elle ne mâche pas ses mots. Quand Anne-Sophie Lapix a une idée en tête, il n’est pas né celui qui arrivera à la stopper dans son élan. Face aux critiques, elle entérine cette décision fracassante. Si elle doit mener à bien ses projets, qu’on ne compte pas sur elle pour « convier de politiques à la table du dîner« .

Du reste, la candidate du Rassemblement national lui a trouvé un surnom qui lui colle désormais à la peau. Serait-elle devenue « Madame la commissaire politique » du service public ? Et pour cause, sa stratégie diffère de ses confrères. Anne-Sophie Lapix « ne déjeune pas avec [eux], ne leur envoie pas de texto, n’a aucun contact avec eux sauf au moment du direct. » On n’a jamais vu ça ! Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, elle tient à conserver sa « totale indépendance ».

Qu’en pense l’intéressée ?

À l’aube de ses cinquante printemps, le carnet d’adresses de Anne-Sophie Lapix n’a aucune affinité avec les hommes politiques. Pour preuve, un autre journaliste de France 2 assure qu’elle fait tout pour que le malaise s’installe. Elle arrive par des détails, attitudes, mimiques, à se faire détester« . Tel qu’on peut le voir dans la publication ci-dessus, son altercation avec Xavier Bertrand est encore dans toutes les mémoires. À découvrir l’agacement et la tête de l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy et président actuel de la région Hauts-de-France, « ses questions cinglantes et ses rictus agacent »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par By, EM 🦂 (@elles_meme)

Tout le long de sa carrière, Anne-Sophie Lapix a gardé en tête que « les hommes politiques ont une plus forte résistance que les autres interviewés » ! Quand on lui demande d’où vient son entêtement, elle assume clairement sa volonté d’obtenir gain de cause. Certes, ce n’est pas « p*ssion s*dique« , mais que « c’est agréable d’aller au bout d’un questionnement » !