APL : des milliers de Français privés d’allocations depuis la réforme gérée par McKinsey

Encore une fois le cabinet de conseil McKinsey a frappé. La réforme des APL a coûté des millions d'euros et c'est une catastrophe pour les Français qui ne touchent plus leurs prestations sociales. On vous explique tout !

©MEHDI FEDOUACH / AFP

Si vous touchez les APL, vous savez que la réforme de la CAF est entrée en vigueur il y a à peu près un an. À la base, les nouvelles mesures devaient simplifier les choses, mais la réalité est tout autre. Le traitement des dossiers est devenu encore plus long. Nos confrères de RMC ont récupéré les témoignages de plusieurs personnes. On vous les partage dans cet article.

APL : le scandale du cabinet de conseil McKinsey

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Allan Barte (@allanbarte)

Depuis la réforme des APL il y a un an, des centaines d’allocataires ne les touchent plus, ni leur RSA. Depuis début septembre, les équipes de RMC reçoivent des dizaines de mails à ce sujet sur l’adresse rmcpourvous@rmc.fr. Ces Français victimes expliquent leurs problèmes en lien avec la CAF, la Caisse d’allocations familiales. Dans le lot, il y a tout type de personnes dans le besoin, des étudiants, des personnes avec un handicap ou encore des bénéficiaires du RSA. Ces personnes sont dans une situation compliquée car ils doivent supporter plusieurs mois de retards de versements de leurs aides.

De gros retards de paiements des APL

« Depuis septembre je n’ai rien touché donc ils me doivent 8 fois 200 euros, donc je suis obligé de restreindre les sorties, de tout calculer en permanence. Il n’y a aucun recours, et on ne sait pas pourquoi », raconte Chloé à RMC. Bien sûr, les retards de paiements ou les problèmes de versements des APL ou autres aides de la CAF se sont déjà produits par le passé. Mais depuis la réforme de McKinsey, c’est un record. La « pagaille » comme dit Jean-Luc Mélenchon dans ses meetings. Les syndicats évoquent une « situation explosive » pour des dizaines de milliers de personnes. En sachant que le coût de la vie augmente, c’est une catastrophe pour ces Français.

Un système qui s’effondre

Le responsable de ce désastre administratif est le cabinet de conseil McKinsey qui a aussi géré la crise sanitaire dont le siège est implanté dans un paradis fiscal. Cette entreprise a piloté la réforme des APL pour une somme astronomique de 4 millions d’euros. On peut dire que le résultat escompté n’est pas à la hauteur de la facture salée. À la base, l’objectif était de simplifier l’informatisation des APL, mais c’est tout le contraire. Même les agents de la CAF sont à bout. Ils ont fait des révélations à nos confrères de RMC. Par exemple, Daphné a travaillé à la CAF pendant dix ans avant de donner sa démission suite à la réforme.

Voici ses propos : « En fait, le problème, c’est que le système ne tient plus. Depuis qu’il y a eu la réforme, alors que le système informatique tirait déjà un peu la langue, ça a commencé à ralentir encore plus et à ne plus répondre correctement. Pour certaines CAF, on est passé d’un mois à trois mois de délai pour les traitements. »

Une salariée CAF démissionne et dénonce

« On est coincé entre les deux car on est en face à face avec les familles. On voit la précarité, on voit les besoins, on voit l’urgence. » Daphné poursuit : « On est conscients de tout ça mais techniquement parlant on ne peut rien faire. Même si on voulait, on ne pourrait pas. Le soir, on est vidés, on n’en peut plus. On a une mission sociale et le problème, c’est que plus le gouvernement change la législation des prestations, plus les outils ne nous permettent pas de travailler correctement et plus cette mission première, on l’oublie. », explique l’ancienne salariée de la CAF.

La CAF explique « qu’à la suite de la réforme, des anomalies et des problèmes informatiques ont pu engendrer des retards dans le traitement de certains dossiers« . Cependant, elle essaye de rassurer les allocataires en certifiant que les équipes font pour résoudre ses problèmes. Espérons qu’elle tienne parole…

Étiquettes