Après l’huile de tournesol, voici l’huile qui devrait être aussi en pénurie très rapidement

Dans les rayons, l'huile de tournesol se vend à prix d'or. Or, ce n'est pas le seul aliment qui subit de plein fouet cette crise économique. Sans plus attendre, Objeko vous raconte tous les détails !

©Photo Paris-Normandie

Trouver de l’huile à bas prix, c’est impossible. Et ce n’est pas cette nouvelle qui risque de changer les choses ! On fait le point !

Attention, risque de pénurie d’huile

Après deux ans de pandémie, on pensait vraiment retrouver nos repères de la vie d’avant. Hélas, le 24 février, Vladmir Poutine décide d’envahir son voisin ukrainien. Les journaux télévisés bousculent leurs programmes et les débats s’enchainent. Dans sa stratégie, le président russe n’a pas visiblement pas anticipé  que les locaux se défendent bec et ongle. Quoi qu’il en soit, ce conflit dépasse les frontières et déboussole totalement la planète. Partout, on s’organise pour récolter des dons tout en bloquant les ressources des oligarques.

Bien qu’Emmanuel Macron tente de faire le médiateur entre les deux rivaux, il se rend bien compte que cela a une incidence sur le moral et le pouvoir d’achat des Français. L’huile de tournesol ne serait que la pointe de l’iceberg. D’ailleurs, si vous voulez savoir comment les producteurs tâchent de tirer leur épingle du jeu parfois avec des manières douteuses, nous vous invitons à consulter d’urgence cet article. Or, ces dernières heures, une autre denrée alimentaire fait jaser. Comme toujours, Objeko a enquêté et vous explique tout dans les moindres détails.

Quand l’huile devient un luxe

Souvent critiquée, l’huile de palme est la bête noire des fervents défenseurs de l’écologie. Aussi, lorsqu’ils ont entendu que l’Indonésie coupait les vannes, ils ont dû ouvrir une bouteille de champagne. N’oublions pas que ce pays est responsable d’un peu plus d’un tiers des exportations mondiales. Hélas, cette annonce fracassante risque encore davantage de lier les pieds et les mains des industriels. Déjà que le cours de cet aromate pulvérise des sommets jamais atteints. Comment faire pour s’en procurer ? Du côté de ceux qui ont en fait leur métier, c’est la double peine !

Les autorités de Jakarta tentent de se justifier de la manière suivante. Par manque de travail et sans ressources pour subvenir à ses besoins élémentaires, un vent de panique souffle dans la population. Afin de l’enrayer, décision est prise de consacrer toute la production de l’huile de palme en leur direction. Forcément, la suspension à l’international n’est pas bien acceptée. Visiblement, ça ne serait que temporaire. Le moins qu’Objeko puisse dire c’est que le reste du  monde surveille les variations de prix. S’il redescend en dessous d’un seuil raisonnable, alors les choses pourront revenir à la normale. Mais ce n’est pas demain la veille !

Les industriels en panique

Où trouve-t-on de l’huile de palme ? Un peu près partout ! Certes , une poignée de marques essaient de montrer patte blanche aux méfiants en indiquant qu’ils n’en utilisent pas dans les recettes. De plus en plus de déclinaison de produits du quotidien voit le jour. Souvent présente dans les aliments transformés, on ne maitrise pas encore très bien son impact dans l’organisme. Pour les autres, maintenant qu’ils vont devoir faire sans un bon bout de temps, par quoi la substituer ? Pris de court, il faut absolument trouver une solution dans l’urgence.

Figurez toi que cette huile n’est pas seulement destinée aux chaines de production alimentaire. Si vous regardez les étiquettes de vos cosmétiques préférées, il y en a aussi ! Pour ceux qui la boycottent depuis toujours, ça parait totalement fou et pas raisonnable. Pourtant, ils avaient tiré la sonnette d’alarme à de maintes reprises sans trouver des remplaçantes à la hauteur. Si vous n’avez jamais vu la mode opératoire pour la fabriquer, il est simple. Après l’avoir cueilli, il faut rapidement presser le fruit du palmier. À cause de ses difficultés pour conserver cette récolte, on se demande comment les Indonésiens vont se débrouiller sans avoir d’entrepôt adapté à ce surplus de production. Le choix de rouvrir les échanges avec les clients du monde entier pourrait tomber plus vite qu’on ne le pense…Croisons les doigts aussi fort que possible ! La suite, ça sera dans le prochain numéro d’Objeko…à bientôt pour de nouvelles aventures !