Arnaque à l’ordonnance : voici comment les fraudeurs obtiennent des médicaments onéreux

Les pharmaciens sont appelés à la vigilance pour lutter contre cette fraude...

© Mes Débuts by 1up Agency-Arnaque à l’ordonnance : voici comment les fraudeurs obtiennent des médicaments onéreux

Lancée en 1998, la carte Vitale permet à tout assuré social, de bénéficier du remboursement de la part Sécurité sociale des frais de santé. Ainsi que de télétransmettre à la Sécu puis à la complémentaire santé. Malheureusement, des fraudes à l’ordonnance existent. C’est ce que nous allons voir dans cet article. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Une fraude bien plus fréquente que l’on croit

Les fausses ordonnances médicales sont bien plus fréquentes que l’on pense. Fabriquées sur un ordinateur, volées chez un médecin lors d’une visite ou encore falsifiées en changeant la date d’expiration tout existe. Mais depuis quelques jours, un compte Telegram, promet d’offrir de l’argent pour récupérer des médicaments. En effet, c’est Charles Prats, auteur de plusieurs livres dénonçant la fraude sociale, qui a révélé cette arnaque il y a quelques jours.

Une vidéo partagée sur l’application de messagerie Telegram, invite les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) de gratter des sous. Musique de rap, lumière verte d’une pharmacie qui clignote et sourire hilare d’un médecin à la barbe blanche déniché dans une banque d’image, la vidéo fait amateur. Mais le compte en question promet bien de 200 à 1000 euros par jour pour chercher des médicaments. Un plan sous du moment comme il dit.

200 euros pour une boîte d’anticancéreux

Pour vérifier les choses, nos confrères de Libération ont fait le test. Et une heure après la première prise de contact, la réponse est claire. Ils ont proposé 200 euros pour acheter une boîte d’anticancéreux. Considérée comme une fraude à la Sécurité sociale, la falsification d’ordonnance est sévèrement punie par la loi. Toute personne qui se procure un médicament en délivrant une fausse ordonnance risque jusqu’à 5 ans de prison. Elle devra aussi s’acquitter d’une amende qui peut aller jusqu’à 375 000 euros, selon le Code pénal.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Print Com Médical (@printcomed)

Quant à la complémentaire santé, elle peut exiger du coupable le remboursement de l’argent qui lui a été remis jusque-là. Elle peut même procéder à la résiliation du contrat d’assurance santé du fraudeur. Autant dire, que les escrocs risquent gros. Surtout que, ils ne se contentent pas d’envoyer des personnes acheter des médicaments. Ils vont ensuite les vendre sur internet ou dans d’autres pays. Ainsi, la peine peut être encore plus grande.

L’e-prescription pour éviter les tentatives de fraude ?

Digitaliser les ordonnances est censé remédier au problème. Et d’après ce que nous savons, cette mesure doit être mise en place dès cette année 2022. Elle s’inscrit notamment dans la volonté de transformer le système de santé. En plus de diminuer les risques de falsification, ce projet vise à simplifier la fourniture et le partage de l’ordonnance aux acteurs de santé. De plus, rendre la carte vitale biométrique pourrait aussi aider à rendre les fraudes moins fréquentes. Reste à savoir si ça va fonctionner ou pas. Affaire à suivre.