Arnaque : alerte info ! Méfiez-vous de ces fausses convocations dans vos mails !

Des milliers de personnes ont déjà reçu ce courrier électronique. Cette arnaque se répand dans toute la France : elle prend des allures de convocation judiciaire pour vous soutirer de l'argent.

© OF

Arnaque, phishing, hameçonnage, escroquerie et autres extorsions, ces procédés n’ont qu’un seul objectif et c’est celui de vous faire payer le prix fort. En effet, les escrocs se multiplient sur la Toile. Les innovations sont légion pour mettre en place l’arnaque qui fonctionne. Et plusieurs méthodes sont donc à l’œuvre. Aujourd’hui, les forces de l’ordre alertent alors le public à propos d’une arnaque qui prend de l’ampleur. Il s’agit d’un courrier électronique mais plus précisément d’une fausse convocation judiciaire. Cette dernière vous accuse de faits gravissimes et réclame le règlement d’une amende. Elle met en place un système de chantage et joue sur la peur de ses destinataires. Selon nos confrères de Ouest France, le capitaine Bogé, commandant de la gendarmerie en matière de cyberespace, COMCyberGEND, estime que ce sont 10% des cibles qui accèdent aux demandes de cette arnaque.

Pour que ce phénomène cesse le plus rapidement possible, Objeko et ses confrères font donc en sorte de donner de la visibilité aux personnes qui analysent les mécanismes à l’œuvre dans dans telles escroqueries. Car, ce n’est qu’en les exposant au grand jour que les potentielles victimes pourront éviter de tomber dans le piège.

Arnaque à la convocation judiciaire

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes prennent de leur temps pour exposer les mécanismes des arnaques au grand jour. Malheureusement, tout le monde n’a pas le loisir de prendre connaissance de toutes les fraudes qui sévissent actuellement. C’est pourquoi il est dans l’intérêt de chacun de faire passer le message. En effet, plus les personnes seront informées et moins les victimes seront nombreuses. Cependant, Objeko peut comprendre qu’il ne soit pas toujours évident de reconnaître un faux courrier électronique d’un vrai. Surtout que ce genre d’arnaque fait en sorte de mettre ses destinataires sous pression. L’objectif est de les déstabiliser, de les faire paniquer et de les faire agir sans prendre le temps de trop réfléchir. Pour preuve, c’est souvent après avoir répondu positivement aux requêtes des escrocs que les victimes réalisent qu’elles ont été dupées.

Cette nouvelle arnaque semble donc particulièrement efficace. Et pour cause, les escrocs se font passer pour les forces de l’ordre. Le courrier électronique se présente comme une convocation judiciaire. Elle cite des articles du code pénal et prend un ton procédurier; N’importe qui pourrait ainsi paniquer en recevant ce genre de mail. Les destinataires du courrier sont convoqués par un officier de police judiciaire dans le cadre d’un grave délit. Et sous prétexte d’un soucis de confidentialité, les destinataires de cette arnaque sont ensuite priés de se justifier par courriel. Puis, une amende est réclamée si ils ne veulent pas être enregistrés dans un fichier de délinquants et avoir un casier judiciaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Police nationale (@policenationale)

Un chantage qui fonctionne sur 10% des cibles

Il s’agit donc tout simplement d’un chantage, d’une extorsion de fonds. Malheureusement, trop nombreuses sont les personnes qui accèdent aux demandes de cette arnaque. Pensant protéger leurs familles, leurs réputations, agir en bon citoyen dans le respect des lois, ils tombent donc dans le piège. Ce qui diffère d’une arnaque phishing plus répandue (hameçonnage), c’est que les escrocs demandent à leurs cibles de payer cette fausse amende avec des coupons PCS. Ces coupons sont disponibles en bureau de tabac notamment et elles permettent aux malfaiteurs de créditer des cartes. Ensuite, ils vident les cartes et retirent l’argent de leurs victimes. Les amendes avoisinent les 250 euros. Et ce sont donc des centaines de personnes qui accèdent aux demandes de cette arnaque bien rodée.

Dans les colonnes de Ouest France, le capitaine Bogé déplore le nombre grandissant de victimes de cette fraude. Mais il comprend que les destinataires de ce genre de courrier électronique puissent tomber dans le piège. En effet, il estime que « les auteurs jouent avec les réactions humaines. La peur, le respects des lois et des autorité, le qu’en-dira-t-on » sont ainsi autant de leviers pour faire flancher les cibles. La seule façon de faire cesse cette arnaque est donc de la révéler au grand jour le plus largement possible. Car, 10% de personnes arnaquées sur l’ensemble des mails reçus, c’est déjà trop pour les forces de l’ordre. Surtout qu’il est difficile de tracer la provenance exacte des messages frauduleux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Police nationale (@policenationale)

En effet, sur Internet, il existe un monde où les escrocs peuvent faire du recel d’adresses mail. Objeko ne vous apprendra pas qu’ils peuvent acheter des milliers d’adresses, et peut-être la votre avec, pour une somme modique. Il ne leur reste ensuite qu’à créer de fausses messageries pour envoyer cette arnaque automatiquement à des milliers de victimes potentielles. La prudence est donc de mise, même si le courrier électronique se fait passer pour une convocation judiciaire.