Arnaque : attention à cette fraude à la carte bancaire qui ruine tous les automobilistes

C'est un fait. Être victime d'une arnaque, ça n'arrive pas qu'aux autres ! Une chose est sûre. Après avoir percé la méthode de ces personnes malveillantes, la police redouble d'efforts ! Plus jamais ça !

© LP/Aurélie Audureau-Arnaque : attention à cette fraude à la carte bancaire qui ruine tous les automobilistes

Ce n’est pas facile de se remettre d’une arnaque. Heureusement, les enquêteurs viennent de démanteler un réseau. On fait le point !

Attention à cette nouvelle arnaque !


Impossible de qualifier cette arnaque sans y perdre des plumes. En effet, entre le lieu et la technique, les enquêteurs ont eu du pain sur la planche. De surcroit, il est loin le temps ils pouvaient cueillir les agresseurs juste après le méfait. Quant aux victimes, elles ont du mal à expliquer ce qu’elles ressentent dans leur âme brisée. Partagées encore la colère et la frustration de s’être fait rouler, elles n’ont rien vu venir. En tout cas, la prochaine fois qu’elles iront dans un parking, elles y réfléchiront bien comme il faut avant de régler par carte bancaire ! C’est parti, Objeko vous raconte tout dans les moindres détails.

En opérant sur les appareils, les faussaires ont totalement changé la donne. En effet, l’équipe technique n’a pas su détecter à temps le dysfonctionnement de l’équipement. Grâce à un procédé ingénieux, mais redoutable, les fraudeurs obtiennent toutes les informations nécessaires… à distance. Leur objectif est de détourner un maximum d’argent sans se faire repérer. Comble de l’horreur, l’hôpital Henri-Mondor de Créteil a été le premier établissement de la région parisienne à subir cette catastrophe. Le moins que l’on puisse c’est que cette arnaque n’épargne ni les visiteurs et encore moins le personnel soignant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MONEXgroup (@monexgroup)

Cependant, tel qu’on peut le voir dans de nombreuses séries, la vidéosurveillance donne un sérieux coup de pouce à la police. Après avoir visionné des heures d’archives pour comprendre le mécanisme de cette arnaque, deux hommes patibulaires finissent par se démarquer. Bien organisé, l’un se place près du terminal de paiement du parking, l’autre proche du distributeur de liquide. Aussi, lorsqu’un visiteur arrive pour régler son dû et ainsi récupérer son véhicule, il ne se doute pas que le duo se frotte les mains. Via le faux boitier, il compose son code en ignorant que ses précieuses données confidentielles se répercutent sur l’écran des deux bandits.

Après avoir parlé à leurs confrères européens, les forces de l’ordre remarquent que cette arnaque existe déjà à Londres et tend à se développer un peu partout. Finalement, après avoir multiplié les efforts et les investigations, l’arrestation de deux hommes fait la une de la presse. Écroués au motif d’ »escroquerie présumée en bande organisée et d’extraction frauduleuse de données« , ils risquent gros. Ce n’est qu’en épluchant les 500 plaintes que la police arrive à faire un lien entre elles. Au total, ils ont réussi à détourner presque 40 000 euros. Cependant, à cause de la fragilité de leur processus, quelques tentatives échouent. Ouf… Car si ça avait été le cas, nul doute que la rédaction d’Objeko aurait pu rajouter un zéro au butin !