Arnaque : la Banque de France alerte sur les nouvelles fraudes aux moyens de paiement

Les escrocs sont de plus en plus aguerris et arrivent toujours à trouver une faille... On vous fait le point selon les informations publiées par la Banque de France.

© sudouest-Arnaque : la Banque de France alerte sur les nouvelles fraudes aux moyens de paiement

Les escrocs trouvent toujours un moyen de dérober des informations privées et de l’argent à leurs victimes. Ils font preuve d’imagination pour repérer les failles du système. D’ailleurs, pendant l’année 2021, la somme des escroqueries aux moyens de paiement a même augmenté. La Banque de France explique que les méthodes de fraude sont de plus en plus réfléchies. On vous fait un point sur les différentes arnaques possibles en lien avec les moyens de paiements.

Arnaques aux moyens de paiement : la Banque de France publie son étude !

La Banque de France a partagé ce mercredi 27 juillet son rapport annuel qui était consacré à la sécurité des moyens de paiement. L’étude analyse la quantité d’arnaques ainsi que toutes les techniques utilisées par les malfaiteurs sur l’année 2021. La somme globale dérobée aux victimes est revue à la hausse et a augmenté de 8% par rapport à l’année précédente. Mais, à l’inverse, le nombre d’arnaques a diminué de 3,8% en 2021. Cela signifie qu’il y a eu moins de fraudes en nombre, mais les montants volés ont été plus élevés.

Des arnaques psychologiques

Mais, la technologie continue d’évoluer et complique la tâche des escrocs. En effet, avec les méthodes de triple vérification d’identité, il est plus difficile d’arnaquer les paiements par carte bancaire. Mais, les malfaiteurs ne sont pas à leur coup d’essai et savent s’adapter. Alors, ils ont trouvé d’autres failles. Par exemple, ils insistent plus sur le côté psychologique et relationnel avec les personnes pour qu’elles baissent leur garde et accordent leur confiance plus facilement.

Usurpation d’identité pour inspirer la confiance

Les voyous n’hésitent pas à utiliser l’identité d’autrui selon leur objectif. Par exemple, ils vont se faire passer pour un banquier, un nom d’enseigne, une association ou autre… Ainsi, en deux temps trois mouvements, les victimes peuvent se laisser aller et lâcher des informations bancaires.

Le chèque à bannir ?

Même si on utilise de moins en moins ce moyen de paiement, les arnaques au chèque sévissent encore. C’est d’ailleurs la technique la plus utilisée par les malfaiteurs dans l’hexagone. En effet, elle représente 37% des sommes volées sur l’année 2021, ce qui s’élève à 465 millions d’euros. La méthode des arnaqueurs est devenue plus sophistiquée. Par exemple, les escrocs vont faire circuler des appels à l’aide bouleversants sur les réseaux sociaux. Les publications poussent les victimes à envoyer des chèques à une personne en particulier. La protagoniste en détresse. Vous aurez compris que l’argent ira directement dans la poche des voyous…

Donc, dans ce genre de situation, on comprend que ce n’est pas la technologie qui poussent aux arnaques, mais plutôt le bon sens. La Banque de France veut sensibiliser la population pour qu’elle s’éduque à la vigilance. Par contre, certaines techniques sont très complexes. Alors, les banques ne doivent pas non plus inverser les rôles et rendre les victimes responsables pour éviter de les rembourser. D’autres enquêtes sont en train d’être réalisées par la Banque de France. On vous tiendra informé !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par KyPay (@kypay_fr)