Audrey Pulvar sort du silence, ses révélations fracassantes sur Nicolas Hulot, « Il draguait tout ce qui bougeait »

Depuis plusieurs semaines, les révélations s'enchainent contre Nicolas Hulot. C'était sans compter sur la journaliste Audrey Pulvar. En quelques mots, elle démolit les arguments de l'ancien ministre tout en insinuant le pire. Jugez plutôt !

© Capture Facebook

Rien ne va plus pour Nicolas Hulot ! Accusé par de nombreuses femmes, les lourdes confidences d’Audrey Pulvar font déborder le vase.

Nicolas Hulot au plus mal !

Comment oublier ce générique phare des années 90 ? Scotchés devant l’écran, les téléspectateurs vivaient des moments incroyables avec Nicolas Hulot. Depuis, il était devenu une référence en matière d’écologie. Ce n’est pas pour rien qu’il s’est lancé dans la course à la présidentielle ou bien qu’Emmanuel Macron l’a nommé Ministre. Or, en coulisses, ses victimes sursautaient à chacune de ses apparitions officielles. Depuis quelque temps, tout laisse croire qu’il avait un mauvais comportement envers la gent féminine. Objeko fait le point sur cette affaire qui n’a pas fini de faire du bruit !

Tout a commencé en 2018. À l’époque, Nicolas Hulot est alors en poste au ministre de la Transition écologique et solidaire. Lorsque le rédacteur en chef d’Ebdo publie cette enquête sur lui, c’est un tsunami dans la majorité. Comment envisager que cet amoureux de la nature ait pu faire du mal ou toucher à l’intégrité d’une femme ? Comme un malheur n’arrive jamais seul, on comprend très vite que c’est la double peine pour la victime. La petite-fille de l’ancien président François Mitterrand n’a tellement pas géré l’attitude du présentateur d’Ushuaïa qu’elle porte plainte contre lui. Dans la foulée, elle change de métier. Hélas, lorsque le magazine de Laurent Beccaria met l’affaire à la une, il est déjà trop tard puisque les faits sont maintenant prescrits.

La stratégie de défense de Nicolas Hulot fait polémique


Il faudra attendre quatre ans pour d’autres victimes aient le courage de se manifester. Ce reportage d’Envoyé Spécial glace le public et ceux qui avaient encore des doutes. Effaré par ce qu’il entend et voit, il décide de réagir et s’invite sur le plateau de Bruce Toussaint. Son bilan de la situation n’est guère réjouissant. « Depuis 4 ans, je subis le poison de la rumeur, des insinuations, parfois des accusations au grand jour. » Plus que jamais, il nous donne son état d’esprit. « Avec une certaine naïveté, je pensais que rien de grave ne pouvait m’arriver. Aujourd’hui, être innocent ne permet plus de dormir tranquille »

Capture d’écran (c) BFMTV

Totalement désemparé face aux nombreuses plaintes, il prend une décision radicale. Ses actions publiques dans l’écologie, il les met volontairement de côté. Voulant à tout prix préserver son entourage des multiples « salissures » passées et futures, il nous explique sa démarche. « À partir de maintenant, je vis pour mes amis, ma famille, je quitte mon engagement, et je ne m’exprimerai plus. C’est trop lourd payé« . Crée au début des années, sa Fondation pour la nature et l’homme a tellement œuvré pour la société. D’ailleurs, lors de son mandat de ministre, devinez qui avait accepté de le remplacer ? Audrey Pulvar. La même qui vient de jeter un pavé dans la mare !

La goutte d’eau ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Paris Match (@parismatch_magazine)

Nos confrères de Paris-Match ont réalisé un dossier exceptionnel sur l’affaire. Et pour mieux résumer sa personnalité, qui d’autre mieux qu’elle pouvait accomplir cette mission ? Ce que les journalistes n’avaient pas anticipé, c’est qu’elle balancerait également du lourd sur son attitude. « Je savais que Nicolas Hulot était un homme à femmes, qui draguait tout ce qui bougeait » A-t-elle été l’une des victimes collatérales ? La réponse n’est pas si évidente que ça !

Audrey Pulvar se souvient que « bien avant sa nomination à la fondation« , Nicolas Hulot aurait tenté une approche vraiment maladroite, à la limite de l’insupportable. Cette « phase de drague lourde« , elle aurait eu le courage de la balayer d’un revers de la main. À la lumière de ce qui se passe aujourd’hui, elle se rend compte que d’autres ont été sous son emprise. Elle affirme qu’elle n’a jamais cédé à ses avances. À jamais au côté des victimes, la journaliste se réjouit que la « société est désormais prête à écouter, entendre et accompagner » les plaignantes. Pendant que d’autres font des parallèles avec l’affaire PPDA, n’oublions pas qu’il y a encore quelques mois, elle pleurait en évoquant son géniteur et ce qu’il aurait infligé à ses cousines. Suite au prochain numéro d’Objeko et à bientôt pour de nouvelles aventures. En attendant, prenez soin de vous !

Merci à nos confrères de Paris-Match