AVC : découvrez quelles sont les personnes les plus à risque ! Le point ici

Dans cet article, on vous explique tout ce que vous devez savoir sur les AVC : les facteurs de risques et les personnes qui sont les plus touchées.

© Robina Weermeijer / Unsplash

Les accidents vasculaires cérébraux ou en d’autres termes, les AVC, sont la première raison des morts chez les femmes et la troisième chez les hommes. Ces derniers attaquent près de 150 000 individus dans l’hexagone tous les ans. Grâce au neurologue Serge Timsit, qui travaille au CHRU de Brest, on vous explique tout de A à Z sur ce fléau. Quels sont les facteurs de risque et les personnes plus à risque ?

AVC : voici tous les facteurs de risques et les personnes les plus touchées

L’AVC est une urgence médicale qui devient de plus en pus courante, même s’il reste encore trop méconnu du grand public. Pour vous expliquer brièvement, il s’agit d’une obstruction d’un vaisseau sanguin au niveau du cerveau qui entraîne une hémorragie cérébrale. Cela peut être dû à un caillot de sain ou la rupture du vaisseau. En fonction de la gravité de l’accident, les conséquences peuvent être catastrophiques : paralysie, trouble du langage, perte de vision, etc. Cet arrêt soudain et brutal de la circulation sanguine dans la partie du cerveau peut aussi engendrer la mort. Ainsi, l’accident vasculaire cérébral n’est pas à prendre à la légère.

Les chercheurs montrent que plus les années passent, plus les victimes d’AVC sont jeunes. De plus, les pays en voie de développement ne font pas exception à la règle. En effet, on pense souvent que les AVC touchent davantage les personnes âgées qui résident dans les pays dits riches. Mais, les études sont en train de prouver que les choses évoluent, ce qui n’est pas rassurant pour autant !

Une victime toutes les quatre minutes

À savoir, en France, un individu est victime d’un accident vasculaire cérébral toutes les quatre minutes. Le professeur Serge Timsit, qui est responsable du service neurologie au CHRU de Brest, nous donne un peu plus d’explications sur les AVC. La bonne nouvelle, c’est que même si on ne peut pas tout contrôler, il est tout de même possible de limiter les risques. Et cela passe notamment par la bonne hygiène de vie. En effet, on ne le dira jamais assez, mais l’alimentation, la qualité du sommeil, la santé mentale sont très importantes. Cet ensemble de bonne pratique peut résoudre un tas de problèmes de santé.

Pour rappel, on vous partage la définition de la santé par le spécialiste en la matière, l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. ». Vous l’aurez, pour avoir une bonne santé, c’est un tout ! Découvrez ci-dessous quels sont les individus les plus à risque d’AVC et les méthodes pour réduire les probabilités d’être une victime.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par helene.dauptain (@sansouci1431)

Une bonne hygiène de vie peut permettre de limiter les AVC

Le spécialiste en neurologie explique qu’il faut consommer de la nourriture saine, limiter le tabac et l’alc**l : « Une mauvaise alimentation, une consommation d’alcool excessive et le tabagisme sont des facteurs de risque. L’absence d’activité physique joue également un rôle important ». Ensuite, cela ne suffit pas, il faut aussi avoir une bonne santé mentale et être heureux. « Les personnes stressées ou en dépression ont ainsi plus de risque d’avoir un AVC », explique le professeur Timsit.

Enfin, il y a d’autres facteurs cette fois-ci plus techniques qui rentrent en ligne de compte : « Et puis l’on retrouve également les personnes qui ont une hypertension artérielle, celles qui ont un cholestérol trop élevé, celles atteintes d’obésité, les diabétiques, et enfin, les personnes atteintes de troubles cardiaques comme la fibrillation atriale, qui fait battre le cœur de manière irrégulière ». Pour les personnes qui souffrent d’une de ces pathologies, il faut se faire suivre par un médecin, car dans ces conditions, vous ne pouvez pas agir seul.

Pourquoi les femmes sont plus touchées par les AVC que les hommes ?

C’est à cause des fameuses hormones ! En effet, les changements hormonaux font que les femmes sont plus sujettes à des problèmes d’hypertension. Cela commence très jeune quand elles prennent la pilule contraceptive avec des œstrogènes de synthèse, ensuite au moment des grossesses avec le risque d’éclampsie et enfin quand la ménopause arrive et entraîne une prise de traitement encore une fois hormonal.