Bernard de La Villardière : Ce jour où il a failli mourir à cause de ce gros détail ! On vous dit tout…

Bernard de La Villardière n'a plus rien à prouver à ses pairs. La qualité de ses reportages n'est pas qu'une légende. Or, lorsqu'on apprend les coulisses de ces derniers, on se pose des questions. Que s'est-il passé pour qu'il frôle la catastrophe ? Objeko vous dit tout !

© Cédric Perrin/Bestimage

S’il n’existait pas, il faudrait l’inventer. Or, Bernard de La Villardière a ses habitudes, même si elles auraient pu lui être fatales.

Bernard de La Villardière se souvient…

Au cours de sa carrière, Bernard de la Villardière en a connu des choses. Grâce au programme de M6, il a voyagé de nombreuses fois et rencontré pas mal de gens. En quelque sorte, dans ces reportages, il nous livre des témoignages exclusifs pour comprendre l’histoire à l’instant T.  Aucune autre émission n’arrive à nous faire ressentir ça. D’ailleurs, de l’avis de tous ses confrères ou bien fans, il est irremplaçable à bien des égards. Pour la première fois, nous allons le découvrir autrement. En effet, sur les ondes de RTL, on l’entend beaucoup plus souriant et détendu qu’à l’accoutumée. Pourtant, dans le secret de son âme, le journaliste d’investigation cache un énorme secret. Objeko s’apprête à vous révéler en exclusivité une partie des coulisses de ce qu’il vit. Et vous allez voir que le danger n’est pas là où on pourrait s’y attendre.

Sa marque de fabrique…


Tout d’abord, les journalistes tiennent à savoir comment se passe ses déplacements professionnels. Depuis qu’il est à la tête d’Enquête exclusive, une rumeur persistance circule parmi ses confrères. Va-t-il la confirmer ou la rejeter en bloc ? Elle concerne sa valise et plus spécifiquement son linge sale. Il va alors nous raconter ce que son père lui a transmis. Simple manie ou obsession, toujours est-il qu’il ne déroge pas à la règle familiale « Il m’a toujours expliqué que pour ne pas donner de travail à sa femme, c’était avant la machine à laver sans doute, on n’avait pas les moyens à la maison. Donc, il lavait ses affaires à a main. » 

Bernard de la Villardière est exigeant avec les autres mais surtout avec lui-même. Pourtant, il assume totalement ce trait de caractère qui prend beaucoup de place. « Et moi, c’est un peu un TOC, oui, un tr**ble obsessionnel du comportement. C’est-à-dire que je déteste me trimballer une valise, en sachant que j’ai un sl*p ou des chaussettes sales dedans » A l’abri dans sa chambre d’hôtel aux quatre coins du monde, l’homme ne se repose jamais. Dès que les caméras s’éteignent, il pense déjà à sa tenue vestimentaire du lendemain. Maniaque, il semble organisé et pense à tout jusqu’au moindre milimètre « Il m’arrive même de laver des chemises. J’ai des chemises non repassables, et il m’arrive de les laver à la main… » 

…qui aurait pu le tuer !

Face au silence et aux regards de ses confrères, Bernard de La Villardière s’amuse à étaler l’affaire. Alors que personne ne lui a rien demandé et qu’on souhaiterait changer de sujet, c’est impossible. Maintenant qu’on l’a lancé sur ce sujet, il ne va pas vouloir s’arrêter. Quitte à mettre mal à l’aise les autres invités présent autour de la table. Surtout quand il nous donne ce petit truc auquel on ne pensait pas. « Je fais ça généralement à p**l avant de passer sous la douche »

Soudain, le visage de Bernard de La Villardière se ferme. Il ne sourit plus mais a plutôt une mine triste. Derrière leur poste de radio, les fans de l’animateur et Objeko sont suspendus à ses mots. On souhaitait avoir une anecdote ? Même quand il s’est fait *gresser pendant un tournage n’est rien comparé à ce qu’il s’apprête à nous raconter « J’étais tellement énervé sur la chaussette, que j’ai glissé et je me suis retrouvé sous le lavabo, allongé et j’ai tapé ma tête… Assommé. J’ai failli mourir. » Lorsque les auditeurs de RTL et la rédaction d’Objeko imaginent, on a tous des frissons. On retient notre souffle…et lui aussi. Il conclue de cette manière « Je me suis dit que si on m’avait retrouvé comme ça, j’aurais été très embêté. De glisser dans ma salle de bain et être retrouvé à p**l, alors que j’étais en train de laver des chaussettes. Vous, vous rendez compte pour la légende ?! » Au moins, avec ce genre d’histoire, on devine qu’on ne s’ennuiera jamais si on part avec lui en déplacement ! En tout cas, tant qu’il reste comme il est, ça nous va… pas vous ? S’il n’existait pas, il manquerait très certainement au PAF.