Bernard Tapie : sa villa luxueuse à St Tropez mise aux enchères à une somme astronomique

Un Américain a accepté de débourser une somme colossale pour la villa de Bernard Tapie...

©Pierre Perusseau / Bestimage

Ce mercredi 6 juillet, d’après nos confrères de Var Matin, la villa de Bernard Tapie à Saint-Tropez a été vendue. C’est un Américain qui a remporté le bien, en déboursant la modique somme de…81,2 millions d’euros. Ne vous inquiétez pas, la rédaction d’Objeko, va tout vous dire sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Soit une somme supérieure au prix de vente minimum fixé à 65 millions d’euros. Pour le moment, le nouvel acquéreur de cette villa, n’a pas voulu donner son nom. Il souhaite rester anonyme. Pour autant, il se murmure qu’il n’est pas en soi une personnalité. Avant les enchères, les noms de plusieurs fortunes de la nouvelle économie avaient circulé parmi les potentiels intéressés. Deux offres proches étaient en lice au final.

Ses biens s’arrachent à prix d’or

Outre sa villa à Saint-Tropez, de nombreux autres objets ont été mis en vente. Il faut dire que Bernard Tapie a laissé derrière lui quelque 600 millions d’euros de dettes. C’était donc tout à fait normal de voir une vente aux enchères se produire. Meubles, rideaux, œuvres d’art, tout a été vendu. Et les estimations se sont souvent multipliées parfois par 6 ou par 10. Un encrier style Louis XVI, estimé à 800 euros, s’est envolé à 5.100 euros. Une paire de rideau en façonné a pulvérisé son estimation de 500 euros pour atteindre 5.500 euros. 

Selon les informations de M6, le montant des ventes aurait atteint la somme de 4 583 170 euros. Soit plus de 500 000 euros de plus, par rapport à ce qui a été prévu au départ.  Quoiqu’il advienne, la somme ne suffirait pas à éponger toutes les dettes de Bernard Tapie. D’ailleurs, pour commencer à les rembourser, le Marseillais avait déjà vendu son hôtel particulier dans le 7e arrondissement de Paris, son jet privé, ses objets d’art et son yacht de soixante-seize mètres de long.

La femme de Bernard Tapie, obligée de vendre ses sacs Hermès

Complètement ruinée, sa veuve Dominique Tapie a été contrainte de vendre pas mal de choses. On pense notamment à ses sacs Hermès. La femme de Bernard Tapie a également du demander de l’aide pour honorer le dernier salaire de ses employés, payer son coiffeur et son prof de danse. Il faut dire qu’elle perçoit pour revenu quelques centaines d’euros, tirés de la retraite que Bernard Tapie recevait en tant qu’ancien député. Ce n’est pas énorme.