C à Vous : Cette vedette de la télé fond en larmes en racontant les menaces de licenciement à cause de son poids

Une journaliste témoigne sur l'ambiance scandaleuse à laquelle elle a eu à faire face. Des situations terribles qui révèlent une impunité atroce.

© FF.BALTEL / SIPA / FTV

Le documentaire de Marie Portolano fait beaucoup de bruit. Il éveille les conscience sur un univers machiste et terriblement insécuritaire pour les femmes journalistes sportives. Depuis sa diffusion le 21 mars dernier sur Canal+, des journalistes prennent la parole et détaillent les injonctions odieuses auxquelles elles ont eu à faire face. Pour la majorité d’entres elles, cela les conduisaient à quitter la chaîne où elle travaillait pour que les humiliations cessent. Sur la plateau de C à Vous, Anne-Laure Bonnet raconte des anecdotes qui font froid dans le dos, dont l’une d’elle qui la fait fondre en larmes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Anne-Laure Bonnet (@annelaurebonnet)

C à Vous recueille le témoignage d’Anne-Laure Bonnet en plateau

Les paroles se libèrent et le monde réalise à quel point les journalistes qui sont des femmes dans le domaine du sport ont la vie dure. Malgré leurs compétences professionnelles, elles sont trop souvent rabaissées au rang de « gonzesse de service ». Pour qu’elles soient entendues sur ce qu’elles vivent au quotidien, Marie Portolano a mené des interviews bouleversantes. Une vingtaine de ses collègues journalistes dans l’univers du sport témoignent dans son documentaire.

Anne-Laure Bonnet n’est pas l’une des journalistes sportives qui témoigne que ce documentaire coup de poing. Mais elle revient sur des faits gravissimes qui ont été perpétrés à son égard. Notamment, elle aurait pu perdre sa place à l’antenne si elle avait refusé de perdre du poids. Ou bien, elle était forcée par la production à porter des tenues d’été malgré une météo orageuse, simplement pour que son physique passe mieux à l’écran. Alors même qu’elle avait expressément demandé à ne pas porter de robe, ce sont les seules tenues qui lui ont été proposées. Des anecdotes terribles qui montrent un problème systémique dans les médias. Le monde du sport à la télévision a visiblement une idée très basse des femmes. Et le documentaire de Marie Portolano a vocation à faire changer les choses.

Des propos qui semblent irréels et qui sont pourtant une réalité partagée par de nombreuses journalistes sportives

Les journalistes qui prennent enfin la parole font preuve d’un courage exemplaire. En effet, elles mettent en jeu leur réputation et leur carrière à bien des égards. Car à en croire leurs témoignages, les chaînes de télévision qu’elles ont quitté risque de leur faire une mauvaise presse. Leur silence a longtemps été astreint à leur capacité à trouver du travail dans leurs domaines. Il est bien dommage que leurs compétences professionnelles n’aient pas été davantage mises en valeur. Mais des changements profonds sont à espérer aux vues de leurs déclarations. En effet, le public est outré et va les soutenir dans leur combat.

À quelques semaines près, Anne-Laure Bonnet aurait pu faire partie du documentaire de Marie Portolano. Car bien qu’une vingtaine de journalistes sportives témoignent, les agressions sont beaucoup plus nombreuses. Aussi, le domaine du sport à la télévision n’est pas le seul qui doive faire face à de si terribles procédés machos. Ce domaine est mis en lumière aujourd’hui mais les journalistes sportives savent aussi pertinemment que c’est parce qu’elles ont la chance d’avoir un micro pour pouvoir en parler. Certaines professions n’ont pas cette chance et auront plus de mal à faire entendre leurs détresses.

Les internautes soutiennent les journalistes

Le mouvement lancé par le documentaire de Marie Portolano a des répercutions très positives dans l’opinion publique. Les mentalités évoluent et les actes qui visent à humilier ou à diminuer les femmes à l’antenne sont vivement condamnés par les internautes. Dans la tourmente, Pierre Ménès et d’autre grands journalistes sportives accusent le coup. Les chaînes de télévision aussi vont devoir répondre de reus actes en engageant des mesures fortes. Autrement, elles risquent de décevoir leurs téléspectateurs. Les fans de sport déplorent d’apprendre les horreurs subies par les journalistes sportives.