« Ça me fait flipper » : Valérie Damidot marquée par cette opération de chirurgie esthétique…

La chirurgie esthétique est un sujet qui en divise plus d'un. Découvrez l'avis de la décoratrice de M6 en sachant qu'elle est déjà passée sur le billard. On vous raconte !

© Jack Tribeca / Bestimage

Dans la société actuelle, les stéréotypes de beauté ont bien évolué. En effet, les photos sont filtrées, retouchées et les défauts ne sont pas permis. En tout cas, il est très facile de les corriger si on est prêt à mettre le budget et souffrir un peu. Aujourd’hui, les femmes complexées sont libres de passer par la chirurgie esthétique pour se sentir mieux dans leur peau. Valérie Damidot ne fait pas exception à la règle. En effet, elle a fait quelques confidences à nos confrères du magazine Gala. Hélas, elle n’a pas été totalement satisfaite par le résultat. Est-ce qu’elle regrette d’être passée sur la table de billard ? Voici ce qu’elle pense de la chirurgie esthétique.

Valérie Damidot, la reine de la déco préfère rester naturelle !

Valérie Damidot est devenue la décoratrice préférée des Français sur la chaîne M6. En effet, avec les années, le public s’est attaché à cette spécialiste du marouflage. Aujourd’hui, l’animatrice a 57 ans et on peut dire que c’est une femme accomplie. En effet, elle assume toutes les facettes de sa personnalité et même ses rondeurs qui font partie de son charme. Pour le magazine Gala, la présentatrice et comédienne a bien voulu nous en dire un peu plus sur ses anciennes opérations de chirurgie esthétique. Apparemment, le botox n’est pas son meilleur atout beauté ! “L’idée d’avoir un front figé, ça me colle le cafard », a-t-elle raconté aux journalistes.

Ambassadrice de Weight Watchers

Grâce à la télévision, Valérie Damidot est devenue célèbre dans tout l’hexagone. La maman épanouie de deux enfants cumule les partenariats avec de grandes marques. D’ailleurs, elle a travaillé pour le programme WW, Weight Watchers. L’animatrice de télévision a été ambassadrice pour cette société de régime. Une chose est sûre, Valérie Damidot essaye d’adopter une bonne hygiène de vie et de rester cohérente avec ses valeurs. En effet, elle est contre la chirurgie esthétique pour se “sentir bien ». Valérie Damidot ajoute : “Moi j’ai des rides, la peau un peu fripée sur le cou, mais j’en ai pas envie du tout”, a déclaré la reine de la décoration et du home staging.

Valérie Damidot était complexée par son ventre

Pourtant, il y a quelques années, Valérie Damidot n’avait pas les mêmes propos. En effet, pour éliminer ses défauts, l’animatrice de la chaîne M6 avait tenté l’expérience de la chirurgie esthétique. “Quelques années après la naissance de mon fils », a avoué Valérie Damidot. « J’avais le ventre qui tombait un peu, ce n’était pas joli. J’ai fait une espèce de liposuccion pour retendre la peau ». Mais, apparemment, elle n’est pas vraiment contente du résultat. Aujourd’hui, elle est même effrayée par ce genre d’opération et déconseille fortement. « Ça me fait flipper », a déclaré Valérie Damidot. De plus, elle a vu « des copines souffrir » après des opérations de chirurgie esthétique. Par exemple, suite à des mammoplasties.

De ce point de vue là, Valérie Damidot n’est pas à plaindre. En effet, elle est plutôt contente de sa poitrine. Il faut savoir reconnaître ses qualités et ses défauts. « J’ai de la chance, ils ne tombent pas trop », a-t-elle affirmé tout en rigolant. Pour conserver sa beauté et sa jeunesse, elle préfère continuer avec les médecins douces. En effet, selon elle, il s’agit des « vraies médecines esthétiques pour la peau, les choses douces, les massages, les huiles, les crèmes. Après si c’est un vrai complexe, allez-y les filles, si vous vous sentez mieux, tant mieux ! », a expliqué Valérie Damidot.

C’est une question de choix ! Et c’est une chance de pouvoir choisir. En effet, vous pouvez soit opter pour le naturel, soit corriger les défauts qui deviennent trop imposants dans votre esprit. L’important est de prendre les bonnes décisions pour être bien dans ses baskets. Et vous, chers lecteurs d’Objeko, qu’en pensez-vous ?