Cancer : ce nouvel anticorps bloquerait la propagation de la maladie, une avancée majeure !

Grâce à cet anticorps, une base de médicament contre le cancer pourrait voir le jour...

©doctissimo

C’est une avancée majeure dans la lutte contre le cancer que des chercheurs viennent de trouver. Ces derniers ont développé un anticorps capable de ralentir la croissance des tumeurs et bloquer l’apparition de métastases. C’est incroyable non ? Dans cet article, la rédaction d’Objeko, a décidé de vous donner l’ensemble des détail. Vous êtes prêts à tout savoir sur le sujet ? Et bien, c’est parti.

Comment fonctionne-t-il ?

Il s’agit de l’une des avancés les plus significatives dans la recherche contre le cancer. Ces premiers résultats prometteurs ont été publiés dans la revue Nature Cancer. Dans celui-ci, on y apprend qu’une équipe de l’IRB Barcelone, a développé un nouvel anticorps capable de lutter contre le cancer. Baptisé MCLA-158, cet anticorps est le premier candidat médicament qui empêche la propagation du cancer et de ses métastases.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elsita Schilling (@elsita.schilling)

L’anticorps MCLA-158 est capable de reconnaître deux protéines différentes à la surface des cellules souches cancéreuses. Et les protéines en question, sont liées à la croissance incontrôlée du cancer et sa propagation. Pour agir, l’anticorps va dégrader l’une de ces protéines. Résultat : les mécanismes liées à la croissance et à la survie de la cellule seront bloquées. En plus de cela, l’action serait efficace pour éviter la prolifération dans d’autres organes. Donc des métastases.

Une avancée majeure pour la science

Pour parvenir à ce bilan concluant, les scientifiques de l’institut de recherche en biomédecine ont testé l’anticorps sur des souris. Les données indiquent que l’anticorps MCLA-158 présente une puissante inhibition de la croissance des organoïdes du cancer colorectal. Il bloque aussi l’initiation des métastases et la croissance du cancer dans différents modèles de tumeurs, notamment la tête et le cou, l’œsophage et l’estomac.

Les résultats montrent très clairement l’arrêt de la formation de métastases comme nous l’indique Eduard Batlle, chercheur de l’IRB Barcelone : « Chez les souris traitées avec cet anticorps contre les cellules souches cancéreuses, les métastases n’apparaissent pas« . Le scientifique explique également : « L’élimination des cellules souches tumorales peut augmenter l’efficacité des traitements et réduire le risque de métastases ».

Des résultats observés chez l’homme

Si le travail sur les souris est intéressant, il est d’autant plus que les anticorps ont été efficaces aussi chez l’homme. En effet, ce traitement a été testé chez 7 patients atteints d’un cancer de la tête et du cou, très répandues et de très mauvais pronostic. Dans l’essai, tous les patients ont vu leurs tumeurs réduites, 3 ont obtenu des rémissions partielles et l’un d’eux a obtenu une rémission complète. Pour rappel, les scientifiques souhaiteraient que le traitement pourrait être également utile dans le traitement d’autres types de tumeurs.


L’équipe de recherche poursuit ses travaux et prévoit la publication prochaine de nouvelles données. Pour la prochaine fois, les scientifiques espèrent avoir d’aussi bonne nouvelles qu’aujourd’hui : « Nous espérons que l’activité anti-tumorale rapportée dans les données préliminaires sera confirmée ». Ne vous inquiétez pas, dès que nous avons de nouveaux éléments, nous vous le dirons. C’est tout à fait logique. Affaire à suivre donc.