Carburants : bientôt une aide pour ceux qui utilisent leur voiture pour se rendre à leur travail !

Le gouvernement réfléchit à une « indemnité carburant » qui bénéficierait aux personnes utilisant leur véhicule pour aller au travail. Mais celle-ci serait conditionnée aux revenus. Objeko vous donne tous les détails à ce sujet.

© AFP / Philippe Huguen

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire souhaite la mise en place d’une nouvelle indemnité carburant pour les personnes qui sont obligées d’utiliser leur véhicule pour aller au travail, mais sous condition de revenus.

Une « indemnité carburant »

Le gouvernement planche à une « indemnisation plus généreuse pour tous ceux qui sont obligés de prendre leur véhicule pour se rendre au travail, une fois encore qu’ils soient salariés, qu’ils soient alternants », a indiqué Bruno Le Maire, le 4 juillet, sur la station France Inter.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par FrancoisB (@francoisbrillet37)

 

Cette « indemnité carburant travailleurs », comme on la nomme à Bercy, serait attribuée « en fonction du niveau de revenus », a-t-il détaillé, sans donner le plafond qui pourrait être fixé, laissant cela au débat parlementaire sur le sujet du paquet pouvoir d’achat. Elle concernerait vraisemblablement « plusieurs millions de personnes », d’après le ministre.

Des millions de personnes concernées

Cette aide irait plus loin que celle dédiée aux gros rouleurs c’est-à-dire qui « font plus de 12.000 km par an », exposée un temps par le gouvernement, parce que « il y a plein de gens qui ne font pas 12.000 km par an, qui prennent leur automobile pour aller travailler et qui ne parviennent pas à boucler les fins de mois », a indiqué le ministre de l’économie.

Elle serait accordée sur simple déclaration et versée en une seule fois et l’administration pourra faire des contrôles via le fichier des assurances ou les relevés de contrôles techniques. Le montant de cette aide reste à préciser, mais elle devrait dépasser les 60 euros.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Les Echos (@lesechos)

 

Un rabais de 18 centimes par litre d’essence est appliqué en station pour tous les automobilistes depuis le 1er avril pour réduire l’impact de la hausse des cours du pétrole, et la loi pouvoir d’achat proposera de poursuivre jusqu’à la fin août. Le ministre de l’Économie a proposé aux oppositions de prolonger ce dispositif jusqu’à la fin de l’année.

L’« indemnité carburant travailleurs » pourrait soit prendre le relais de cette remise, soit se cumuler avec elle, au moins provisoirement, en fonction de l’évolution de l’inflation, indique-t-on à Bercy.

Le pouvoir d’achat : un enjeu fort

Ces derniers temps, on a pu voir que la question du pouvoir d’achat était essentielle. De nombreux Français ont de mal à boucler les fins de mois. Les personnes qui se retrouvent à découvert tôt sont pléthoriques. Avec le phénomène de la hausse des prix, les prix de nombreux produits de base ont augmenté. De plus, la situation internationale a entraîné une hausse de prix des matières premières comme le blé ou l’huile de tournesol.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alex Ballaman (@alexballaman)

 

De plus, les prix des carburants ont également connu une hausse forte. Les personnes qui touchent de petits revenus sont confrontés à ce souci. C’est le cas des personnes qui vivent dans les zones de grande banlieue. Beaucoup de personnes se sont installées dans des lieux à l’écart des centres-villes pour payer moins cher leur habitat mais ils se retrouvent confrontés à un problème, celui de financer les déplacements en auto.

Ce n’est pas simple dans les zones isolées. La voiture est nécessaire et cela représente un poste important dans le budget des foyers. Gérer un budget est délicat. Pour les personnes qui vivent en calculant à l’euro près, être confronté à une forte hausse des prix est douloureux. Ainsi, le gouvernement veut prendre en compte cette situation. Il faut savoir que dans d’autres pays, l’inflation est encore plus forte. Dans l’hexagone, elle est assez contenue et se situe à peu près à 5%.

Comme les prix augmente, le SMIC va connaître une hausse. Mais de nombreuses personnes sont en situation de précarité et doivent solliciter l’aide d’association pour s’en sortir. Durant la crise Covid, de nombreux étudiants étaient contraints d’aller solliciter l’aide d’association pour pouvoir se nourrir. On a pu voir ses images de files d’attente pour récupérer un paquet. Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler de l’actualité politique et sociale.