Carburants : bioéthanol E85 est-il la solution miracle contre la flambée des prix à la pompe ?

Face à la flambée des prix de l'essence, vous envisagez peut-être de passer au bioéthanol, un carburant plus abordable et moins polluant. Lisez notre article pour en savoir plus sur cette alternative qui convainc de plus en plus d'automobilistes.

© dossierfamilial

Lorsqu’on lit les prix des carburants sur les panneaux des stations-service, impossible de ne pas remarquer que l’un d’eux affiche un prix bien plus intéressant. En effet, le bioéthanol est moitié moins cher que le diesel et l’essence. D’où vient ce prix très attractif et quels sont les autres avantages de ce carburant ? Objeko répond à toutes vos questions dans cet article.

Le bioéthanol, un carburant à prix réduit

Le bioéthanol, ou superéthanol, coûte environ 0.85 euros le litre. Pour ceux qui passent régulièrement à la station-service, il est donc tout naturel d’envisager l’utilisation de ce carburant plus abordable et moins polluant. Mais il faut savoir que sur les 11 000 stations présentes en France, seulement 2 740 le commercialisent. Total et Intermarché sont les deux plus gros vendeurs de bioéthanol E85. Cela ne représente donc qu’un quart des stations-service françaises. Néanmoins, le risque de panne est nul puisque les moteurs des véhicules fonctionnant au bioéthanol fonctionnent parfaitement avec de l’essence sans plomb.

Mais pourquoi le bioéthanol affiche un prix aussi bas ? Vous vous en doutez, la fiscalité y est pour quelque chose. Elle s’avère réduite car le carburant est issu de ressources renouvelables tandis que l’essence et le diesel sont des énergies fossiles, bien plus polluantes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par GHB Motorsport (@ghb_motorsport)

Un carburant issu de ressources renouvelables

Actuellement, la production de bioéthanol exploite des plantes sucrières parmi lesquelles la canne à sucre et la betterave. Mais elle peut également baser sa fabrication sur l’utilisation de céréales. Le blé et le maïs sont alors fermentés et distillés sous forme d’alcool brut. Ensuite, les céréales sont déshydratées pour se transformer en éthanol pur. Ce dernier sera brûlé dans le moteur comme de l’essence.

Dans les usines qui fabriquent de l’alcool pur à usage médical, on exploite le même procédé de fabrication. C’est également ainsi que l’on élabore des boissons alcoolisées à fort degré d’alcool.

Sachez que la France est le leader européen de la production d’alcool agricole. Celle-ci est principalement réalisée dans le nord du pays. Cette production représente 1 % des terres agricoles et le secteur fait travailler plus de 9 000 personnes. Aujourd’hui, une seconde génération de bioéthanol est en train de voir le jour. Elle exploite le marc de raisin récupéré après le pressage. Ce procédé de fabrication semble plus rentable. Cependant, il ne s’agit pas d’une production issue de l’agriculture biologique. Il faudrait donc enlever les trois premières lettres du terme bioéthanol.

Passer au bioéthanol : plusieurs alternatives possibles

Quoi qu’il en soit, ce carburant est très avantageux du point de vue écologique. C’est pour cette raison que sa fiscalité est bien plus intéressante que celle appliquée au diesel ou à l’essence. Dans certaines régions, la carte grise des véhicules fonctionnant au bioéthanol est gratuite. En outre, pour le calcul du malus écologique basé sur les rejets en CO2, ces voitures écoresponsables bénéficient d’un abattement de 40 %. Comparé aux énergies fossiles, le bioéthanol réduit les gaz à effet de serre de 71 % et émet moitié moins de CO2 selon certaines études. Quant aux émissions de particules, leur quantité serait réduite de 90 %.

Impossible de le nier, le bioéthanol offre de nombreux avantages. Malheureusement, il ne peut alimenter des moteurs essence ou diesel. Vous serez donc contraint de changer de voiture pour réduire vos dépenses en carburant tout en préservant la planète. Vous pouvez aussi convertir votre voiture grâce à un boîtier de calcul moteur. Mais il faudra être prêt à dépenser 1 000 euros. En termes d’amortissement, cette solution devient intéressante à partir de 20 000 km parcourus. Si vous y songez, gardez en tête que les voitures fonctionnant au bioéthanol consomment davantage de carburant.

Vous envisagez d’acheter une voiture équipée d’origine pour fonctionner avec ce carburant issu de ressources naturelles ? Deux constructeurs en proposent : Ford et Jaguar Land Rover. Ce dernier commercialise une voiture hybride et Flexifuel. Autrement dit, elle fonctionne à l’électricité, à l’essence et au bioéthanol. Il s’agit d’une formule unique sur le marché !

Un dernier petit conseil : avant de convertir votre moteur ou de remplacer votre voiture, assurez-vous de disposer d’un approvisionnement en bioéthanol près de chez vous. Dans le cas contraire, vous n’amortirez pas votre investissement.