Carburants : pour la première fois de l’année, les prix à la pompe baissent !

Depuis des jours, les Français sont très préoccupés par le prix des carburants. Plus de deux euros le litre en moyenne, c'est du jamais vu pour la plupart des usagers. Si les prix avaient déjà évolué à la hausse, la guerre en Ukraine n'a pas arrangé les choses. Mais lundi 21 mars, les prix ont enfin baissé. S'ils restent très élevés, c'est la première baisse depuis le début de l'année 2022.

© DDM – DDM NEDIR DEBBICHE

Les chiffres du Ministère de la Transition écologique 

Il n’y a pas forcément de quoi se réjouir – puisque les prix sont encore très élevés – mais c’est une information à noter. Les prix baissent ! D‘après les chiffres donnés par le ministère de la Transition écologique arrêtés vendredi, le gazole a atteint 1,9755 euro le litre, en moyenne. Le record est établi à 2,1407 euros, un chiffre atteint quelques jours plus tôt. De son côté, le super SP 95 est passé de 2,0825 euros à 1,9737 euros et le super SP 95-E10 de 2,0286 euros à 1,9334 euro. 

Face à la colère des Français qui ignorent comment finir leur fin de mois dans le vert, le gouvernement a décidé d’agir. Des mesures d’aide aux Français ont été prises. A partir du 1er avril, et pour quatre mois, « une remise à la pompe de 15 centimes par litre » s’appliquera pour tous les Français, sans exception. Cette remise, annoncée le 12 mars dernier par Jean Castex, a été élargie au gaz naturel et au GPL. « Total a donné un accord de principe pour aller au-delà de l’effort de l’État », indique Jean Castex.

Ne vous attendez pas à voir la réduction s’afficher, elle s’effectuera au moment du paiement à la pompe. C’est l’État qui se chargera de rembourser ensuite les distributeurs. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sandrine Nani (@sandrine.nani)

Ce moment où il ne faut jamais faire le plein 

Les Français veulent faire des économies. Ils sont à l’affût de la moindre astuce. Auto Plus en a donné une qui peut vous aider. On l’ignorait, mais il est déconseillé de faire le plein juste après qu’un camion-citerne ait réapprovisionné la pompe en carburants. Pourquoi ? Car en remplissant les cuves, le véhicule remue la saleté accumulée au fond. Et cette saleté se retrouve dans votre voiture. Il n’y a aucun risque, votre voiture n’en souffrira pas. En revanche, elle contiendra moins d’essence ou de diesel alors que la facture, elle, sera la même. 

Auto Plus ne s’arrête pas là et donne d’autres astuces. Par exemple, on privilégiera désormais de faire le plein le matin et sans appuyer trop fort sur la gâchette. En effet, le matin, le carburant est encore froid. Il est par conséquent plus dense. Ainsi, selon nos confrères, le pistolet vous donnera plus d’essence mais pour le même prix. L’après-midi, surtout quand il fait chaud, le carburant est plus volatile et s’évapore plus facilement. 

Prix de l’essence : les propositions des candidats à l’élection présidentielle 

Si la guerre fait rage en Ukraine, la France se tourne vers les élections présidentielles, qui se tiennent au mois d’avril. Le sentiment que la campagne n’a jamais vraiment démarré se fait cependant sentir. Et pour cause, aucun grand débat avec tous les candidats n’a pour le moment été organisé. Emmanuel Macron refuse de débattre avec ses opposants, et seuls quelques petits débats entre deux candidats ont eu lieu (et n’ont pas convaincu, comme celui opposant Valérie Pécresse à Eric Zemmour). 

Les candidats en pleine campagne ont évidemment abordé la question de l’augmentation du prix des carburants. Car c’est un sujet brûlant, que les Français veulent des solutions. Marine Le Pen propose une baisse des taxes, notamment la TVA, qui passerait de 20% à 5.5%. Yannick Jadot veut augmenter la valeur du chèque énergie (qui passerait de cent à quatre cent euros). Emmanuel Macron ne souhaite pas baisser les taxes de son côté, mais prévoit la mise en place d’un nouveau chèque de cent euros. Eric Zemmour veut bloquer les prix à 1.80 euros le litre tandis que, sous son mandant, les entreprises devront rembourser 50% des frais kilométriques. Enfin, Jean-Luc Mélenchon veut baisser les prix à 1.40 euros le litre. « C’est aux pétroliers de faire l’effort désormais. C’est au trésor privé de payer, pas au Trésor public« , a-t-il expliqué sur Twitter.