Cet animateur culte de Canal+ a sombré dans la dépression, « Je n’avais plus goût à rien »

Pendant un temps, la chaîne privée Canal+ était une chaîne référence, celle où les grandes stars se rendaient, celle qui proposait les émissions les plus insolentes du PAF. Le Grand Journal était, sans aucun doute, l’une des émissions les plus appréciées par les téléspectateurs, grâce à des chroniqueurs professionnels, des miss météo tordantes, des sujets abordés avec soin. Et surtout, toutes ces grandes stars internationales qui s’y rendaient pour assurer la promotion. Antoine de Caunes a souffert lorsqu’il a été évincé de la présentation de l’émission, et raconte aujourd’hui son histoire.

Un animateur culte de Canal+ raconte sa dépression nerveuse : "Je n'avais plus goût à rien"
© cnetfrance

Canal+: La grande carrière d’Antoine de Caunes

Antoine de Caunes n’a pas eu besoin de présenter Le Grand Journal en 2013 pour se faire connaître du grand public. En effet, sa carrière a commencé à la fin des années 1970 avec l’émission Chorus, diffusée à l’époque sur Antenne 2 de 1978 à 1981. Une émission centrée sur le rock, la seule du PAF à cette époque. De 1987 à 1995, sa carrière décolle grâce à Canal Plus et l’émission Nulle part ailleurs, qui joue le rôle de vitrine pour la chaîne privée puisqu’elle est diffusée en clair (c’est-à-dire gratuitement, même pour les non-abonnés). Ses sketchs déguisés, notamment ceux à côté de José Garcia, sont aujourd’hui cultes. 

Après avoir tenté sa chance au cinéma (il réalise plusieurs films dont Coluche, l’histoire d’un mec en 2008), il accepte la proposition de Canal Plus et anime Le Grand Journal, suite au départ de Michel Denisot. Il prend donc les commandes de l’émission en août 2013. Mais cette aventure ne dure qu’un temps. Deux ans, pour être précis. En effet, en 2015, il est remplacé par Maïtena Biraben. Mais les audiences ne décollent plus et l’émission semble n’être plus que l’ombre d’elle-même. Elle s’arrête définitivement le 3 mars 2017. Elle est présentée à ce moment-là par Victor Robert, cinquième et dernier animateur.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Antoine de Caunes (@antoinedecaunes)

La dépression d’Antoine de Caunes

Il n’est pas rare qu’un animateur se confie sur la façon dont il a été viré d’une émission ou d’une chaîne. Il est bien connu que, dans ce métier, tant que les émissions fonctionnent, les animateurs semblent intouchables. Mais dès que les audiences connaissent quelques moments de faiblesse, la roue tourne vite. Sur le plateau d’On est en direct, face à Laurent Ruquier et Léa Salamé, Antoine de Caunes est revenu sur les semaines qui ont suivi son éviction d’une émission qu’il prenait de toute évidence un grand plaisir à animer : 

« C’est une pure dépression, je n’avais plus goût à rien, j’avais du mal à me lever et pourtant il fallait que je continue à fonctionner puisque j’avais une hebdomadaire à assurer« 

L’animateur n’hésite pas à parler de dépression, un mot qu’il n’a pas honte d’employer tant cette maladie touche de nombreuses personnes aujourd’hui. S’il sait qu’il a une place qui est évidemment privilégiée (raison pour laquelle il veille à nuancer ses propos), il est conseillé qu’il a été frappé par ce trouble mental suite à son licenciement : 

« C’est très étrange dans ce genre de métier qu’on fait, où on avance quoi qu’il arrive, ‘the show must go on’ comme on dit. J’ai eu une période d’entre-deux où j’étais là sans être là, et ça a été assez douloureux. Je mets douloureux entre guillemets parce que je ne veux pas comparer ça à de véritables grandes douleurs, mais ça me semblait important de le raconter parce que c’est trop considéré comme une maladie, comme une tare. Ça arrive à tout le monde et on s’en sort« . 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Antoine de Caunes (@antoinedecaunes)

De retour sur la scène de César 

Comme l’indique Antoine de Caunes, le show doit continuer. Et il continue pour lui puisqu’il animera le 25 février prochain la 47ème cérémonie des César. Un exercice périlleux qu’il connaît bien, lui qui a animé la cérémonie à plusieurs reprises. Canal + semble vouloir faire confiance à la valeur sûre, après la prestation de Marina Foïs, très commentée sur les réseaux sociaux. Antoine de Caunes connaît la maison, connaît le milieu, et parviendra sans aucun doute à détendre un public considéré comme difficile. 

La chaîne espère sans doute voir les audiences remonter grâce à lui. L’année dernière, la cérémonie a connu une des plus mauvaises audiences de son histoire. Seuls 1.6 millions de téléspectateurs se sont donnés rendez-vous pour découvrir des célébrités masquées (covid oblige). Un coup de fouet est donc de mise, et personne ne semble plus à même de le réaliser qu’Antoine de Caunes. 


Pierre Lacoste

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.