Chèque énergie : 6 millions de Français vont recevoir cette aide, qui est concerné ?

A partir du 30 mars, plus de 6 millions de Français sont concernés par les chèques énergie. Dans les jours qui viennent, ils vont en effet recevoir ce précieux chèque dont le montant varie en fonction des revenus et qui aide, notamment, à payer leurs factures de gaz et d'électricité. Suite aux récentes augmentations du fait de la guerre en Ukraine, autant dire que ce chèque est bienvenu.

©PHOTOPQR/VOIX DU NORD/Stéphane Mortagne

Une aide gouvernementale mise en place en 2018 

Voilà quatre ans que des millions de Français bénéficient d’un chèque énergie dont le montant varie entre 48 euros et 277 euros en fonction de leurs moyens. Au fil des ans, et face à la crise et à l’inflation, les conditions pour être éligible ont été réduites afin que plus de personnes en bénéficient. Aujourd’hui, pour recevoir ce précieux chèque, le revenu fiscal de référence annuel par unité de consommation doit être inférieur à 10 800 euros pour la résidence principale.  

Vous attendez ce chèque car il vous aide à payer vos factures ? Soyez rassuré, c’est à partir du 30 mars 2022 que le versement commence. Plus précisément, voici ci-dessous les dates de versement en fonction des départements :

Du 30 mars au 1er avril : Pas-de-Calais, Nord, Bas-Rhin, Eure-et-Loir, Somme, Aisne, Oise, Isère, Corse, Gironde, Ardennes, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique

Du 4 avril au 8 avril : Marne, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Territoire de Belfort, Vosges, Haut-Rhin, Haute-Marne, Aube, Deux-Sèvres, Haute-Saône, Doubs, Jura, Saône-et-Loire, Nièvre, Yonne, Côte-d’Or, Haute-Savoie, Ain, Savoie, Drôme, Allier, Haute-Loire, Rhône, Ardèche, Loire, Cantal, Puy-de-Dôme, Seine-et-Marne.

Du 11 avril au 14 avril : Yvelines, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Orne, Val-d’Oise, Seine-Maritime, Eure, Loir-et-Cher.

Du 19 avril au 22 avril : Calvados, Manche, Sarthe, Cher, Loiret, Indre, Mayenne, Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Vendée, Loire-Atlantique, Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor, Finistère, Morbihan, Creuse, Corrèze, Haute-Vienne, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Gers.

Du 25 avril au 29 avril : Dordogne, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Hautes-Pyrénées, Pyrénées Orientales, Haute-Garonne, Ariège, Lot, Aveyron, Tarn-et-Garonne, Tarn, Aude, Hérault, Lozère, Gard, Mayotte, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes, Alpes de Haute Provence.

La bonne nouvelle, c’est qu’aucune démarche ne vous est demandée. Le versement se fait automatiquement !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eco Smart France (@ecosmart_france)

Les énergies et la guerre : la mauvaise opération pour la France

La France (et tous les autres pays occidentaux) ont fait savoir à Vladimir Poutine qu’ils ne tolèrent pas cette invasion inhumaine de l’Ukraine. Le Président Russe pense être dans son droit et ses ambitions sont claires : annexer le pays. Mais pour éviter une troisième guerre mondiale sans pour autant ne rien faire, plusieurs pays ont pris des sanctions contre la Russie. Le but ? Faire en sorte que ce conflit armé et inhumain cesse au plus vite. C’est pour cette raison que le Président Emmanuel Macron est en contact avec son homologue Russe. 

Mais voilà, la Russie est le premier exportateur mondial d’énergie (gaz, électricité, pétrole). Par conséquent, les prix augmentent. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par PRIM NET (@prim_france)

Une campagne électorale sous le signe du pouvoir d’achat ?

En France, cette guerre tombe en pleine élection présidentielle. C’est l’occasion pour les candidats de travailler leur programme afin de mettre en avant, non pas des sujets qui font la une des médias sans inquiéter les Français (islam, immigration), mais le pouvoir d’achat. Depuis le début du conflit armé, rarement le sujet aura été autant abordé. Tant mieux pour les Français, eux qui sont inquiets de savoir comment finir les fins de mois avec ces augmentations étonnamment rapides des prix.  

Le gaz et l’électricité doivent revenir dans le domaine public. Nous n’avons aucun besoin de la soit disant concurrence qui devait soit disant faire baisser les prix alors que c’est l’inverse qui s’est produit”, estime Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen veut baisser la TVA de 20% qui s’applique sur les taxes de consommation de gaz et d’électricité : « Ce qu’il y a de plus scandaleux dans les augmentations folles des prix de l’essence, du gaz, de l’électricité, c’est que grâce aux taxes et à la TVA sur les taxes, plus les français étouffent, plus l’État s’enrichit » indique-t-elle sur Twitter.

Anne Hidalgo souhaite également réduire la fiscalité sur les carburants : « J’estime qu’on ne peut pas continuer à demander aux plus fragiles, aux plus modestes ou aux classes moyennes de payer le prix fort de la transition écologique« . 

Aux Français désormais de faire leur choix puisque les élections auront lieu d’ici quelques jours. En attendant, les candidats multiplient les meetings, les plateaux télé et les punchlines pour marquer le coup.