Christine Kelly victime de menaces de décapitation et sous protection, « J’ai deux baby-sitters en permanence »

La journaliste Christine Kelly prend la parole sur le plateau de « TPMP » pour dénoncer les menaces dont elle fait l’objet. Jusque chez elle, par courriers, et sur son téléphone portable, elle est menacée de mort.

Christine Kelly victime de menaces de décapitation et sous protection, "J'ai deux baby-sitters en permanence"
© CNEWS

Christine Kelly intervenait en tant qu’invitée sur le plateau de Cyril Hanouna ce 24 novembre dernier. La journaliste, animatrice et écrivaine, condamne fermement ceux et celles qui tentent de brimer la liberté d’expression. Pour ces raisons, et pour d’autres, elle fait donc l’objet de menaces de mort. Mais Christine Kelly refuse le silence auquel l’exhorte ces menaces. Elle accepte alors l’invitation de Cyril Hanouna, sur le plateau de TPMP, et parle haut et fort des courriers, des messages et des appels terrifiants qu’elle reçoit en grand nombre.

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que Christine Kelly est victime de harcèlement. Ni la première fois qu’elle avait le courage d’en parler à la télévision. Mais Objeko est bien d’accord avec elle pour dire que rien ne justifie des menaces de mort. Absolument rien ne peut justifier la violence. Cependant, il faut bien admettre qu’elle est partout. Et plus les années passent et plus nous ne pouvons que nous rendre à l’évidence. Dans la vidéo suivante, qui date d’il y a deux ans, Christine Kelly et d’autres chroniqueurs de Touche pas à mon poste évoquent des moments difficiles. Et la rédaction suppose que l’animateur et les intervenants seraient bien tristes de constater avec quelle légèreté ils avaient pu aborder ce sujet à l’époque.

Pour revenir aux menaces dont Christine Kelly souffre actuellement, retour au 24 novembre 2021. Et même au 18 novembre car c’était d’abord à cette date qu’elle en faisait part publiquement sur ses réseaux sociaux.

Christine Kelly placée sous protection suite à des menaces de décapitation

Depuis 2019, Christine Kelly est l’une des journalistes phares de la chaine CNews. Et c’est à ce moment-là qu’elle a commencé à recevoir des menaces d’une rare violence. Au départ, elle estimait que ces menaces étaient le fruit d’une colère passagère et elle n’y prenait pas attention. Mais le temps passait et les menaces se multipliaient. Christine Kelly parlait alors ouvertement de ces attaques pour les faire cesser. Durant presque deux ans, cette prise de parole de la journaliste avait fait taire les courriers haineux. Mais voilà qu’ils sont de retour. Et particulièrement terrifiants, Objeko vous l’assure.

Christine Kelly n’a pas eu peur des mots ce 18 novembre dernier. Elle s’est saisie de ses réseaux sociaux et à dit haut et fort qu’elle recevait des menaces de mort. Plus précisément, des messages d’anonymes disaient vouloir la décapiter. Deux ans auparavant, des menaces similaires disaient vouloir l’égorger. Ainsi, comme il y a deux ans, Christine Kelly refuse de courber l’échine et de se réduire au silence. Selon elle, chacun est libre de ses opinions et de défendre ses idées. Elle continuera donc à faire son travail de journaliste malgré les menaces car elle préfère voir gagner la démocratie et la liberté d’expression. Son courage est salué par d’innombrables messages sur les réseaux sociaux. De même, CNews commande les menaces dont Christine Kelly est la cible.

Une prise de parole courageuse

Sur le plateau de TPMP, Christine Kelly aborde donc ce sujet délicat. Sa force de caractère est admirable. D’autant que pour ne pas donner de la valeur aux personnes qui se cachent derrière les menaces qu’elle reçoit, elle refuse de rentrer dans les détails de leurs attaques.

Enfin, Christine Kelly affirme que personne ne sait ce qu’elle pense. Ainsi, Objeko comprend que si elle est souvent présente aux côtés d’Eric Zemmour, polémiste reconnu pour ses idées radicales, elle ne souhaite à aucun moment faire savoir si elle est pour ou contre les opinons qu’il défend. Et cela restera ainsi aussi longtemps qu’elle sera journaliste. En effet, la profession de journaliste implique impartialité et neutralité selon elle. Et la démocratie veut que tout le monde puisse s’exprimer librement. Si elle déplore être sous protection, elle sait que ses assaillants n’auront pas le dernier mot.

« J’apprends par le JO aujourd’hui mon élévation surprise au grade d’Officier de l’ordre national du Mérite… Je suis très émue. Je dédie ma décoration à toutes les familles de mon association et à tous les journalistes privés de liberté d’expression. Ici Chevalier en 2010. » écrivait Christine Kelly sur son compte Instagram ce 25 novembre. Une bonne nouvelle qui la fera sourire malgré la période difficile qu’elle traverse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Christine Kelly (@christine_kellylea)


Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.