Christophe : Glaçantes révélations sur la tentative de suicide de sa maman

Presque un an après son décès, les fans de Christophe n’en reviennent toujours pas. En tout cas, en se plongeant dans son autobiographie, Objeko apprend qu’il n’avait pas totalement tiré un trait sur cet épisode noir de son enfance.

Christophe : Glaçantes révélations sur la tentative de suicide de sa maman
© Bertrand Langlois, AFP

La voix et les paroles du chanteur Christophe résonnent encore dans la mémoire des fans. D’où lui venait cette mélancolie ? On vous dit tout !

Christophe, un chanteur hors-norme

Un père aux abonnés absents

Christophe est en réalité un pseudonyme. Sur sa fiche d’état civile, le chanteur s’appelle en réalité Daniel Bevilacqua. Né quelques mois après la fin de la seconde guerre mondiale, il grandit en banlieue parisienne et plus précisément à Juvisy sur Orge. Les parents ont du mal à joindre les deux bouts. Lui est chauffagiste et elle est couturières.Du reste, il ne conserve pas forcément des bons souvenirs de son enfance. “Je fuguais beaucoup d’ailleurs. Mon père me déposait à la pension, j’attendais qu’il tourne les talons et je disparaissais pendant plusieurs jours.”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @______christophe______

D’ailleurs, l’ambiance à la maison, ce n’est guère mieux “À 10 ans, j’étais marqué, je passais des nuits sans dormir à cause des cris de mes parents.” Solitaire, il n’arrive pas forcément à s’intégrer avec les autres garçons de son âge “À l’école, on me narguait, on m’appelait le Rital et on me parlait de ma mère. En banlieue, tout le monde sait ce qui se passe chez les autres. Et les gens ne sont pas très bienveillants.”


Il faut dire que son père a une mauvaise réputation dans le coin. Comme le révèlera Christophe, son géniteur était un  “un séducteur, un tourne-cœur, toujours avec ses maîtresses. ” Et pas question de se cacher pour préserver un semblant d’équilibre familial “J’ai compris que quand mon père m’emmenait avec lui chez Blaise, un café plein de manouches du côté de la rue Damrémont, j’étais son alibi pour ses maîtresses.” Donc, au fur à mesure, cela devient comme un tabou. “on ne parlait pas de ces choses-là et on n’expliquait rien” Il se sent donc très seul et ne trouve pas sa place au sein de sa fratrie. Heureusement, la musique va venir adoucir son cœur ! Grâce à son frère Yves, il découvre Elvis Presley et c’est LA révélation ! La suite, on la connait !

Cette douleur qui ne pleure qu’à l’intérieur

Lorsqu’on aborde le sujet épineux de sa mère, Christophe se bloque. Certes, elle sait que son mari la trompe. Donc, entre deux disputes, les sanglots rythment le quotidien du chanteur et de ses deux frères. Ce jour-là, il sent bien que quelque chose ne tourne pas rond. Ce qu’il s’apprête à découvrir le marquera au fer rouge jusqu’à son dernier souffle. “Nous voulions rentrer chez nous mais la porte était fermée à clé de l’intérieur“.” Bizarre…

Résolument à voir ce qui se passe à l’intérieur, le frère de Christophe part en investigation. Il contrôle absolument les alentours. Dès lors, la première chose qui le frappe, c’est l’odeur qui émane de la belle maison de Juvisy “ça sent le gaz“. En se mettant au niveau d’une des fenêtres, ils vont voir leur mère “évanouie dans la cuisine”

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @______christophe______

Décision est prise de réagir avant qu’il ne soit trop tard “Nous avons dû demander à un voisin d’appeler les pompiers qui l’ont tout de suite embarquée dans leur camion”  D’ailleurs, dans la précipitation, les professionnels ne prendront pas en compte la souffrance des frères Bevilacqua. Pire, on fera comme s’ils n’existaient pas. Et ça, Christophe ne le digère toujours pas “ils ne nous ont même pas dit si elle était morte ou vivante.” De plus, pour sa chère maman, ce n’est que le début d’un engrenage. Il nous raconte que “son calvaire a duré longtemps, elle a bien dû faire toutes les maisons de repos de la région parisienne”

Dans un entretien, le poète Christophe nous dira “Je ne pleure jamais et je n’ai jamais pleuré, donc ma façon de pleurer, c’est d’écrire des chansons tristes. Je prends tout avec le sourire.” Presque un an après sa disparition, ses fans anonymes comme célèbres ont le cœur qui saigne lorsqu’ils entendent sa voix.

Même si l’homme n’a pas eu des relations normales avec ses enfants, Objeko est convaincu qu’il a laissé une empreinte indélébilité dans le paysage musical français ! Pour preuve, nous vous proposons de revoir son dernier passage à la télévision. Diffusé lors du premier confinement, les Français n’auront pas le temps de le revoir sur scène. Quelle tristesse … !


Avatar

Deborah Attias

Je suis passionnée par les mots, le métier de rédactrice Web s’est dévoilé comme incontournable il y a plus de 8 ans. Je n’hésite pas à partager mon avis sur tous les sujets notamment la politique, la télévision et les people.