Comment obtenir un pass vaccinal dans certains cas sans être vacciné ? La réponse !

Après un long débat, le pass vaccinal vient de rentrer en vigueur. Aujourd'hui, Objeko vous explique dans quelles circonstances vous pouvez l'avoir, même sans être passé par la case Pfizer ou Moderna !

© Pixabay

Le pass vaccinal n’en finit plus de semer la panique. Sans plus attendre, on vous raconte comment se le procurer sans la moindre piqûre !

Le pass vaccinal, sitôt adopté, sitôt déjoué ?

Après essayé de convaincre les antivax, le gouvernement durcit le ton envers eux. De fait, malgré les débats animés au Parlement, le fameux papier qui atteste qu’on a ses trois doses évolue. Après l’avoir longtemps appelé sanitaire, le pass vaccinal est maintenant sur le devant de la scène. Comme Objeko vous le racontait dans cet article, il y a plusieurs dates à retenir en 2022. Aussi, faire un test PCR quelques jours avant ne suffira plus pour faire des activités en famille. Pour une frange de la population, cette privation de libertés essentielles pour le bien-être exaspère au plus haut degré. Est-ce pour autant que cela va les inciter à prendre rendez-vous dans le centre le plus proche ?

Tout sur le pass vaccinal

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gaspard G (@gaspard_g)

Dans le décret qui en décrit les principes, nous apprenons avec stupeur que ce fameux pass vaccinal est valable à partir de 16 ans. Aussi, pour les préadolescents, c’est une aubaine d’avoir le droit de rester à l’ancienne version. Comment de temps cela va-t-il durer ? Objeko imagine à peine le casse-tête pour une mère de famille. Si elle a le malheur d’avoir eu des enfants de manière rapprochée, elle va devoir gérer la jalousie de l’un envers l’autre. Et l’on sait qu’à cette période de l’existence, on aime sortir et profiter des bonheurs qu’offre la vie. Alors, ce laissez-passer symbolise-t-il la fin de l’insouciance ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par occidentis (@occidentisfr)

En ce moment, le variant Omicron est largement présent sur le territoire. Il touche tout le monde, y compris ceux qui ont eu les trois doses. Pour autant, ceux qui n’ont pas encore eu la moindre piqure et qui se remettent à peine des symptômes, il y a une éclaircie au bout du chemin.  Si vous avez été de près ou de loin impacté par la Covid-19 entre onze jours et moins de six mois, un pass vaccinal vous sera délivré. Valable pendant deux trimestres, vous avez l’occasion de reprendre une vie sociale auprès de votre entourage. Par contre, après cette période, vous vous dirigez vers la case départ !

Ces exceptions qui « offrent » un pass vaccinal

Dans le décret qui met en place le pass vaccinal, Objeko découvre également un alinéa qui concerne les gens « motivés » à prendre rendez-vous. Si on arrive à prouver sa bonne foi quant à la réception d’une dose de Pfizer ou de Moderna, le gouvernement vous accorde le précieux sésame.

Pour ceux qui sont entre la seconde et la troisième dose, il y a un délai de sept mois qui sera réduit à quatre dès le 15 février. Si cela vous semble trop compliqué, l’Assurance maladie a demandé à ses développeurs de créer un algorithme dédié à ce calcul. De plus, l’application Tousanticovid vous enverra une notification quand votre pass vaccinal arrive « à expiration ». Tout a l’air mis en œuvre pour vous aider à y penser et à faire le nécessaire pour vous protéger contre le variant Omicron et ses amis !

Que faire si on a déjà une pathologie qui nous empêche de compléter son parcours sanitaire contre la Covid-19 ? Grâce à votre médecin, vous pouvez toujours demander un délai supplémentaire. Certes, pour vous rendre dans des lieux publics, vous devez présenter ce certificat ainsi que de vous organiser pour avoir un test PCR négatif en votre possession.

Qui aura le dernier mot ?


Et vous cher lecteur d’Objeko que pensez-vous de ces aménagements ? On attend votre avis avec impatience en commentaire ! Du reste, même si une frange de la population résiste encore, nul doute que le futur locataire de l’Élysée élu au mois de mai devra trouver une solution adaptée afin d’éliminer le moindre risque de reprise de la pandémie. Suite au prochain numéro et à bientôt pour de nouvelles analyses !