Corinne Masiero brise le silence, elle ouvre son cœur et parle d’amour

Corinne Masiero a su interpeller comme jamais l’attention des Français avec son intervention aux César. Mais au delà de la militante, il y a une femme très timide.

Corinne Masiero brise le silence, elle ouvre son cœur et parle d’amour
© Covermedia

Corinne Masiero a été désignée pour remettre le prix du meilleur costume lors de la 46ème cérémonie des César. La comédienne a donc saisi l’occasion pour faire passer un message fort. Son courage a été de montrer que dans la crise sanitaire actuelle, les comédiens ne travaillent plus. Les costumes sont donc non seulement au placard mais les intermittents n’ont même plus de quoi se vêtir. C’est donc sans aucun vêtements qu’elle a osé s’installer sur la scène de l’Olympia. Depuis, tout le monde ne parle plus que de son intervention. Et c’était bien là son objectif, attirer les regards sur les conditions de vie et de précarité des intermittents du spectacle. Interviewée par de nombreux magazines, Corinne Masiero parle aussi d’elle mais de façon très pudique.

Corinne Masiero parle de sa vie, son rapport difficile à l’amour

Comédienne de carrière, Corinne Masiero commence le métier sur le tard. Pourtant, c’était son destin qui l’attendant sur les planches. En effet, elle n’hésite pas à affirmer que le spectacle vivant lui a sauvé la vie. Elle avait 28 quand elle réalise que la parole a du sens et que la sienne a le droit d’exister. Ce moment a été salvateur et elle ne l’oubliera jamais. Car Corinne Masiero n’a pas toujours été une comédienne militante. Celle que l’on connaît surtout sous les traits de Capitaine Marleau a connu de sacrées galères avant d’arriver là où elle est. Elle a connu la rue, les agressions.

Quand elle a eu 15 ans, Corinne Masiero partait faire le tour de l’Espagne en auto-stop. Elle rentrera en France pour obtenir son baccalauréat en section littéraire. Ensuite, elle sombre doucement dans l’alcool et autres addictions. Puis vit dans la rue jusque ce que le théâtre lui permette de retrouver l’estime d’elle-même qu’elle avait perdu depuis trop longtemps.

De l’amour de soi à l’amour des autres ?

Cette comédienne a donc un parcours de vie qui force le respect. En effet, ce n’est pas tout le monde qui réussirait à se relever de tant d’épreuves. Pourtant, elle n’apprécierait sûrement pas que l’on dise une telle chose. Pour elle, tout le monde est évidemment capable de s’en sortir. Simplement, tout le monde n’a pas ce déclic qu’elle a eu la chance d’avoir sur les planches du théâtre. C’est parce que le théâtre l’a sauvé qu’elle tente de sauver le théâtre à son tour. Corinne Masiero a maqué la cérémonie des César pour alerter l’opinion sur la détresse du monde de la culture. Elle est donc ravie que son message soit relayé et interpelle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mediapart (@mediapart)

Néanmoins, elle déplore que certains prêtent davantage attention à son physique qu’à ses revendications. En effet, ce n’est pas tous les jours qu’une femme comme elle ôte ses vêtements à la télévision et devant toute la grande famille du cinéma français.

Son courage est aujourd’hui davantage mis en valeur que le scandale provoqué par son intervention. Depuis le 12 mars dernier, le public a eu le temps de comprendre son massage plutôt que de s’arrêter à son geste. Certes, il peut être choquant mais c’était là tout l’objectif. Passer au delà du choc ouvre un nouveau champ de réflexion sur le monde de la culture qui est en grande souffrance depuis le début de la crise sanitaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Monde (@lemondefr)

Un témoignage poignant pour le récit d’une vie difficile

Corinne Masiero sait bien que son travail sur elle-même ne fait que commencer. À 57 ans, et donc en presque 30 ans de théâtre, elle confiait dans les colonnes de Télé 2 semaines avoir encore du mal à s’aimer. En effet, si elle a compris grâce au théâtre que sa voix pouvait exister, il lui aura fallu du temps pour l’aimer. Et encore aujourd’hui, elle ne sait pas si elle arrive vraiment à croire que d’autres peuvent l’aimer aussi. Ses expériences difficiles la conduisent à des mécanismes de méfiance très ancrés dans ses attitudes.

Les traumatismes ont la capacité de refaire quelques circuits neuronaux pour nous aider à aller de l’avant malgré la douleur et la peur. Alors quand on la complimente, elle a peur de voir la situation lui échapper et de voir une issue terrible se dessiner. Plutôt que d’accepter les compliments, elle a le réflexe de s’en défendre. Selon elle, c’est en manquant d’amour dans son enfance que tout a commencé. Ce manque d’amour très tôt la conduit à moins s’aimer elle-même. Puis à ne plus se respecter. Faire le chemin inverse est toujours un combat.


Julie Bourdin

Julie Bourdin - Rédactrice web passionnée par la culture et par l’actualité. Je me fais un devoir de tenir mes lecteurs informés sur les dernières news.