Covid : La France établit de nouvelles règles pour les festivals estivaux

En raison de la crise sanitaire, les festivals cet été devront se tenir en configuration assise, avec une limite de 5.000 spectateurs.

Covid : La France établit de nouvelles règles pour les festivals estivaux
© Romain Gaillard / Pool / Bestimage

Les festivals cet été devront se tenir en configuration assise, avec une limite de 5.000 spectateurs, en raison de la crise sanitaire, a indiqué jeudi le Syndicat des musiques actuelles (Sma) après une entrevue avec le ministère de la Culture Roselyne Bachelot. Une nouvelle plutôt encourageante pour la suite. La rédaction d’Objeko va vous dire à quoi ressemblera les prochains festivals cet été. Vous êtes prêts ?

Un été sans festivals exclu

A l’arrêt depuis plus d’un an et sans perspective, les salles de concerts et les festivals attendent une décision claires et un calendrier de la part du gouvernement. Justement, il y a quelques heures maintenant, Roselyne Bachelot a pris la parole et a donner un motif d’espoir à tout le monde : “L’hypothèse d’un été sans festivals est exclue“. Comme vous le comprenez donc, cette année, sera l’année de retrouvailles entre les chanteurs et les spectateurs. Mais attention, ce ne sera pas comme avant : “Mais il y a festival et festival…Ce qui pose des difficultés, ce sont les festivals debout. Il y a une masse de population de plusieurs milliers de personnes et des conditions sanitaires plus difficiles à mettre en œuvre” a précise la ministre de la culture.

Pour pouvoir tenter de garder les festivals, tout en respectant les conditions sanitaires, Roselyne Bachelot est entrain d’étudier toutes les possibilités :”Je travaille avec ces organisateurs de festivals, que ce soit le Hellfest, les Vieilles charrues, les Eurockéennes pour voir comment on pourra assurer la sécurité des spectateurs et des gens sur la scène et autour de la scène. C’est un travail très conséquent, avec des tests à l’entrée: comment les mettre en oeuvre, comment les financer…” explique-t-elle. La ministre précise qu’elle travaille également sur un fond d’accompagnement.

Une première victoire pour les festivals

Après cette déclaration, le syndicat des musiques actuelles (SMA) a eu une entrevue avec Roselyne Bachelot pour mettre en place une jauge suffisante pour pouvoir recréer du lien entre les chanteurs et les spectateurs. Ainsi, les événements devront se tenir en configuration assise, avec une limite de 5000 spectateurs : “Les festivals cet été devront se tenir en configuration assise, avec une limite de 5.000 spectateurs, en raison de la crise sanitaire“. Un cadre de reprise confirmé par la ministre : “Nous avons fixé ce seuil à 5000 avec la profession. On ne peut pas descendre en dessous de 5000 pour la viabilité financière de ces structures“.

Si c’est une première victoire pour les organisateurs, la déléguée générale du Syndicat des musiques actuelles explique qu’il ne fallait pas s’attendre à reprendre les festivals comme c’était le cas auparavant : “Il faut s’ôter de la tête qu’on va aller dans des festivals comme on avait l’habitude d’y aller jusqu’en 2019, on va aller à des événements qui seront différents cette année. Ceux qui vont vouloir maintenir quelque chose, ce sera des formes alternatives“. Un fonds de compensation de 30 millions d’euros devrait être mis en place pour aider les organisateurs qui voudraient maintenir afin de compenser les pertes.

Des réactions mitigées

Certains organisateurs sont prêts à faire face, c’est le cas des Vieille Charrues : “Je craignais beaucoup qu’il n’y ait pas d’annonce du tout ou que les festivals d’été soient interdits. Aux Vieilles Charrues, on s’adaptera. Ce ne sera pas un été silencieux à Carhaix ce sera l’été des retrouvaille” a déclaré le directeur. Même son de cloche pour les Francofolies : “C’est une excellente nouvelle. Il y a plein d‘artistes qui rêvent de jouer devant 5000 personnes, et puis notre programmation n’est pas internationale, donc on peut s’adapter“. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde.

Pour d’autres organisateurs, difficile d’imaginer des concerts dansants joués devant une poignée de spectateurs assis : “5000 personnes, assises, et avec distanciation (…) ça veut dire qu’il faut des gradins de 10 000 places. On est sous le choc, mais on n’annule pas pour le moment” a notamment déclaré le patron du festival des Eurockéennes de Belfort à nos confrères de l’Est Républicain.

Même énervement pour Musilac, organisé à Aix-les-Bains, et de son directeur Rémi Perrier : “Vous imaginez IAM ou PNL jouer devant 5000 personnes qui n’ont pas le droit de se lever ? Et il y aura un flic derrière chaque spectateur pour qu’il se rassoie ?” explique-t-il tout en précisant qu’il allait étudier la faisabilité. Alors bonne nouvelle ou pas ? Qu’en pensez-vous ? Nous à la rédaction d’Objeko, on est plutôt content.


Mieger Tristan

Mieger Tristan

Passionné depuis tout petit par l'écriture et la musique (même la plus obscure) et de nature très curieuse, je m'intéresse à tous les sujets ! J'aime également les nouvelles technologies et le développement web qui ont été une révélation pour moi.