Découvrez les symptômes révélateurs d’une tumeur au cerveau

Le verdict vient de tomber. Vous connaissez quelqu'un qui a une tumeur au cerveau. Une fois le choc passé, voici ce que vous propose la science. C'est parti, suivez le guide !

© futura-sciences

Une tumeur au cerveau, c’est un tsunami. Si vous aviez lu cet article avant, peut-être que la nouvelle aurait été moins dure à encaisser.

La tumeur au cerveau comme vous ne l’avez jamais lue !

À l’instar de cet invité de Faustine Bollaert, ce n’est jamais évident de faire face à une tumeur. Ce terme effraie autant qu’il révulse les patients. Du côté des soignants, on le défit comme une espèce de masse gélatineuse. Certes, elles ne sont pas toujours la preuve d’un cancer. Hélas, plus elle grandit et s’éteint, plus elle est sera compliquée à traiter. Sans plus attendre, Objeko vous explique tout ce que vous devez savoir sur ce sujet épineux. C’est parti, suivez le guide !

Quels sont les principaux symptômes ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Teranga expert (@terangaexperts)

Avant de vous expliquer en détail les différents genres de tumeur au cerveau. Ceux qui souffrent de céphalées pourront en témoigner. C’est un poison au quotidien. D’ailleurs, si jamais la masse est présente dans votre esprit, ça s’aggrave de plus en plus. Limite, ça vous provoque des nausées. Quant à la vision, elle change et devient plus floue ou trouble. On a l’impression d’avoir des hallucinations tant tout semble chamboulé. Vous qui étiez si délicat, vous perdez en motricité. Quand ce n’est pas des choses que vous cassez, c’est vous qui tombez. Oups… Au final, vous avez du mal à exprimer vos pensées. Et le fait que plus personne ne vous comprenne accroit ce sentiment de malaise !

Voici les causes et les principaux types

Comme toujours, l’état de vos cellules va fournir des indications sur le stade de votre tumeur au cerveau. Dans les paragraphes suivants, nous allons vous donner l’appellation technique de celles que les médecins ont déjà répertoriées. D’ailleurs, ça vous assène également des indices sur leur localisation.

Les gliomes

Cette tumeur au cerveau est spéciale. Elle peut s’éteindre de la tête jusqu’à la moelle épinière. Il faut donc se montrer vigilant !

Les méningiomes

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Valérie Caytan (@ctn. valerie)

Un méningiome est une tumeur qui se développe à partir des membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière (méninges). La plupart des méningiomes ne sont pas cancéreux.

Les neurinomes acoustiques

Comme son nom l’indique, elle se trouve au niveau du nerf auditif. Rassurez-vous, cette tumeur au cerveau qui s’étend dans l’oreille est souvent bénigne. Elle provoque juste un peu plus de vertiges que d’habitude.

Les adénomes hypophysaires

Cette fois, c’est un peu plus grave. Située au niveau de l’hypophyse, cette tumeur au cerveau a un impact sur tout le corps !

Les médulloblastomes

Ces tumeurs cancéreuses du cerveau sont plus fréquentes chez les enfants, bien qu’elles puissent survenir à tout âge. Un médulloblastome commence dans la partie inférieure arrière du cerveau et a tendance à se propager dans le liquide céphalo-rachidien.

Les cellules germinales

D’ordinaire, ce genre de problème touche les organes génitaux. Et quand la tumeur au cerveau s’en mêle, ça fait des catastrophes !

Les craniopharyngiomes

Derrière ce nom impossible à orthographier sans faire de fautes se cache l’hypophyse. Vous l’avez compris, en vous logeant dans cet endroit, la tumeur au cerveau n’a pas fini de faire des dégâts !

Quels sont les facteurs de risque ?

Les radiations

Objeko trouve que cette image est vraiment bien faite. Elle vous explique les tenants et les aboutissants des différents genres de radiation. Souvent des personnes subissent une double peine. Après avoir enduré un traitement à base de chimiothérapie, si elles ne sont pas correctement protégées, elles peuvent avoir une tumeur au cerveau. Aïe, ça pique !

La génétique

À l’instar des maladies de cœur, la tumeur au cerveau peut également toucher plusieurs personnes d’une même famille. C’est un grand mystère pour la science. Pour preuve, les médecins ne se l’expliquent pas ! En tout cas, comme pour le cancer du s*in, vous devez absolument vous surveiller si vous êtes dans ce cas.

Les outils mis à la disposition du médecin

Un examen neurologique

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Life Savers Club (@clublifesavers)

Réflexes, en coordination, les neurologues ont plusieurs moyens de détecter une tumeur au cerveau dans leur cabinet. Au moins doute, ils vont enverront faire une IRM. Qu’est-ce c’est ? La réponse se trouve dans le prochain paragraphe !

Tout sur l’imagerie

Âmes sensibles, s’abstenir ! Après vous avoir injecté un colorant dans une veine, on arrive à voir l’état de votre cerveau. Certes, les cholostrophes vont avoir du mal à gérer l’exercice. Hélas, il est essentiel pour poser un diagnostic.

La biopsie

Enfin, si jamais votre tumeur au cerveau se trouve dans un endroit difficile à analyser, cette solution n’est plus jamais d’actualité. C’est votre médecin qui aura le dernier mot et qui vous aiguillera vers le meilleur spécialiste de votre région. Courage… Objeko est avec vous !