Découvrez si les laits végétaux sont vraiment bons pour votre santé, on vous dit tout !

Depuis quelques années, le lait végétal envahit les rayons de supermarché. Pourquoi est-il si prisé ? Qu'a-t-il de particulier ? Pour qui est-il recommandé ? Objeko fait le point !

©Par Mathilde Ragot

En analysant le panier de la ménagère, on constate que le lait végétal occupe une place importante. Voici ses qualités et ses défauts !

Jamais sans mon lait végétal !

En faisant les courses, on a tout remarqué l’évolution des rayons. En effet, ce n’est pas la peine de se rendre dans un bio pour dénicher la boisson idéale pour le petit déjeuner ou le goûter. Aromatisée de mille et une manières, on utilise ce breuvage pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, les allergiques au lactose sont bien contents d’avoir un tel choix. Il y a encore quelques années, ce n’était pas le cas. Ensuite, ceux qui veulent éliminer les protéines animales de leur alimentation sont également ravis de ce changement. Estimant que boire ou manger quelqu’un qui provient d’une bête (le lait de vache, les œufs de la poule, etc.) n’est pas sain pour leur santé, ils rivalisent d’ingéniosité pour trouver des alternatives.

Pour autant, Objeko a mené sa petite enquête. Comme toujours, nous avons voulu connaitre tous les détails. De sa fabrication jusqu’à son atterrissage dans votre panier de courses, il y en a des étapes à franchir. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, elles ne sont pas toujours reluisantes. Comme l’atteste la publication ci-dessus, cela varie d’une marque à l’autre. C’est parti, suivez le guide !

Le témoignage de ce producteur de lait est sans appel

Il y a quelques jours, Objeko vous expliquait comment faire des économies. Par exemple, à l’aide de ces six applications disponibles sur smartphone ou tablette, on peut comparer les prix des marques de lait végétal. Cependant, face à la version classique, on déplore qu’il y ait encore quelques euros de différence. De leur côté, les producteurs se frottent les mains. Grâce à nos confrères du journal du Point, on a même le point de vue d’un nouvel arrivant sur ce marché juteux.  Chez lui, il y a de tout. « Des céréales, de l’avoine et de l’épeautre et comme légumineuses, du soja »,

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sarah Plumecoq (@sarahplumecoq)

Le lait végétal demande de respecter un mode opératoire précis. Ceux qui n’y connaissent rien devront se renseigner. Tout d’abord, un savant tri et décorticage des grains vous attend. Après passage dans un moulin, ils vont être réduits en poudre. C’est l’évidence, cette « farine » obtenue demeure « le composant principal », mais pas que. Répartie dans un mélange à base d’eau et quelques graines dont ils préservent jalousement l’identité, cinq heures de patience sont nécessaires avant que la mayonnaise prenne. Pour détendre l’atmosphère, le producteur raconte que s’il rajoutait à une peine un peu d’avoine, ça ressemblerait en tout point à une « pâte à crêpe » !

Un ingrédient surprenant

On l’aura compris, l’eau n’est pas à prendre à la légère. Quant à ces mystérieuses graines, leur impact sur la santé du féru de lait végétal, ce n’est pas encore bien inscrit dans le marbre. Par contre, question transit, c’est le jour et la nuit avec la version traditionnelle. Enfin, une bonne nouvelle ! Depuis le temps qu’on attendait de trouver un remède pour apaiser les douleurs abdominales. Elles possèdent tellement de vitamines et minéraux qu’on devrait leur faire davantage confiance. Hélas, en fonction de celles choisies, les calories passent du simple au double ! Choquées par cette information, celles qui font attention à leur ligne en perdent leur latin. Et si on leur avait menti toutes ces années ? Pour la première fois, on ose briser le silence !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @popoteconcept

Enfin, si vous vous posez des questions sur le calcium, vous risquez d’avoir une (mauvaise) surprise. À l’intérieur d’un litre de lait végétal, il en aurait « dix fois moins » ! Ce n’est pas pour rien que les pédiatres ne le recommandent pas aux nourrissons non allaités ainsi qu’aux adolescents. Pourtant, quand on fait une intolérance au lactose et qu’on doit grandir, on est face à une incohérence. Rassurez-vous, les industriels réfléchissent à une solution qui pourra tout combiner. Avec les récents scandales de pizza ou de chocolat, ils ont toujours su rebondir. et tirer leur épingle du jeu. C’est donc une affaire à suivre avec méfiance et vigilance ! D’ici là, prenez-soin de vous. Et on vous dit à bientôt pour de nouvelles aventures !

Merci à nos confrères de TF1