Delphine Jubillar retrouvée au fond du cimetière de Cagnac ? Alerte !

C’est le mystère passionne les Français depuis dix-huit mois : où se trouve le cadavre de Delphine Jubillar ? L’infirmière du Tarn a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, sans plus jamais donner signe de vie. Objeko fait le point sur l’enquête et les pistes suivies par les enquêteurs.

© capture facebook

Si ses proches ont perdu espoir de la revoir vivante, les enquêteurs ne relâchent pas leurs efforts dans leurs recherches et explorent toutes les pistes possibles.

De nouvelles fouilles effectuées par les gendarmes

Le 29 juin dernier, Maître Alexandre Martin, avocat de l’époux de la disparue, Cédric Jubillar, qui est le principal suspect dans cette affaire mais qui reste bien sûr présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, a révélé le 29 juin dernier que les gendarmes ont commencé de nouvelles fouilles dans le cimetière de Cagnac-les-Mines, ville où les Jubillar vivaient avec leurs deux enfants Louis et Elyah.

« Chaque fois qu’on vient plaider la demande de mise en liberté de Cédric Jubillar (placé en détention provisoire à la prison de Seysses en Haute-Garonne), on nous sort des recherches. La dernière fois, c’était des drones à Cagnac. Maintenant, les gendarmes reprennent les fouilles ‘en toute discrétion’ au fond du cimetière… », a déploré Me Alexandre Martin.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par RMC Story (@rmcstorytv)

 

Et de poursuivre que s’il s’agit « sans doute » d’une coïncidence avec ses demandes de remises en liberté pour son client, « ces recherches peuvent se faire avec Cédric Jubillar dehors ». Le défenseur du principal suspect n’a pas indiqué dans quelle partie précise du cimetière les enquêteurs ont orienté leurs recherches.

De nombreux moyens mis en œuvre pour retrouver Delphine

Le lundi 27 juin, les enquêteurs ont affronté un imprévu pendant leur opération de déploiement de drones sur Cagnac-les-Mines. La pluie s’est abattue sur la région, obligeant les gendarmes à cesser leurs recherches.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Actu-Mag.fr (@actumagfr)

 

« La pluie battante qui tombe dans la région depuis ce matin limite les recherches des enquêteurs », ont indiqué les journalistes de La Dépêche. Cette opération, menée avec des machines volantes de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale), avait pour but de « repérer d’éventuelles émissions d’azote (après décomposition de corps) mais également identifier des parties de terre remuées et des puits non répertoriés ».

Des images regardées à la loupe

Si la technologie peut faire progresser l’enquête, il se peut que Delphine Jubillar soit retrouvée par des méthodes encore plus étonnantes. Depuis le début de cette affaire, les gendarmes ont reçu plusieurs lettres de personnes se qualifiant d’« extralucides » et précisant le lieu où se trouverait le cadavre de Delphine Jubillar.

« Plusieurs centaines de courriers, mails et coups de téléphone de personnes prétendument munis de pouvoirs qui échappent au commun des mortels ont atterri sur le bureau des gendarmes », a indiqué Actu Toulouse. Bien sûr les enquêteurs doivent faire le tri. Depuis des semaines, des moyens considérables ont été mobilisés pour cette affaire exceptionnelle. Très régulièrement, sur Objeko, nous avons l’occasion de vous parler des multiples rebondissements de cette affaire avec la téléphonie qui est explorée. Des fouilles ont été réalisés à de multiples endroits. Les forces de l’ordre ne se découragent pas et continuent de regarder chaque détail.

 

La procédure est colossale. Disparue durant la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, l’infirmière n’a plus donné signe de vie. Actuellement, ni les auditions, ni les recherches, ni les perquisitions ou les expertises n’ont permis d’avancer sur ce dossier qui intrigue tout le monde. Mais, les recherches pour trouver le cadavre n’ont pas cessé. Le profil de Cédric Jubillar interpelle. Un ancien compagnon de cellule le décrit comme un grand manipulateur. Pour le moment, aucune preuve matérielle ne l’accuse mais juste des suspicions. Il était en phase de divorce à ce moment-là. Ceci pourrait être un mobile du meurtre. L’homme a lui-même participé aux battues.

Dans les semaines et mois à venir, Objeko ne manquera pas de vous parler de l’affaire Delphine Jubillar qui passionne les médias depuis plusieurs mois. D’ailleurs, plusieurs émissions ont déjà été faites à ce sujet. Des magazines ont aussi consacré de gros dossiers à ce sujet. Ainsi, des émissions de télévision ont été tournées.