Deux victimes de la variole du singe racontent leur calvaire, des témoignages glaçants

La variole du singe est une nouvelle maladie qui semble laisser planer une certaine menace !

© passeportsante

C’est une maladie qui fait de nouveau planer une certaine menace sur le monde entier. Cette dernière s’appelle la variole du singe, ce qui peut grandement inquiéter les personnes. Et des malades qui ont été infectés témoignent sur cette maladie très douloureuse !

Une nouvelle maladie qui laisse planer une menace ? 

C’est une maladie qui a été souvent moquée pour son nom, mais qui semble également avoir de nombreux aspects très inquiétants. 

En effet, il faut savoir que cette maladie s’appelle la variole du singe, ce qui peut laisser planer quelques suspicions sur cette dernière. Ainsi, il faut également savoir qu’elle survient après l’apparition d’un virus qui a grandement chamboulé notre monde. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par POURQUOI DOCTEUR (@pourquoidocteur)

Cette dernière survient donc après l’apparition du coronavirus, qui a laissé planer une menace sur tous les continents. Et cette menace est encore d’actualité, notamment avec le rebond épidémique que nous connaissons actuellement en Europe. 

Mais la variole du singe est bien différente de ce virus qui nous aura grandement chamboulé. En effet, elle ne s’attrape pas de la même manière, et ne semble pas non plus avoir les mêmes impacts sur la santé. 

Ainsi, nous allons vous présenter quelques témoignages de personnes qui ont attrapés cette maladie, et cela semble bien inquiétant !

La variole du singe, un virus bien inquiétant ? 

C’est une nouvelle maladie qui peut notamment porter une certaine menace sur le monde entier. 

En effet, elle a été découverte il y a quelques mois. Ce qui a permis de prendre des mesures assez spécifiques pour limiter sa propagation. 

Mais la grosse différence envers le virus qui nous a tous impactés, réside dans la maladie en elle-même. En effet, il faut savoir que c’est un virus qui semble déjà connu par les scientifiques. Et cela change de nombreuses choses. 

Comme les accès aux soins, qui peuvent avoir un véritable impact différent envers les personnes atteintes. Mais cela aura également une différence envers les différentes compréhensions de la maladie. 

Cependant, de nombreux mystères planent sur la variole du singe, ce qui inquiète également les scientifiques. Et sachez que le nombre de cas a triplé en deux semaines en Europe, ce qui pousse l’OMS à vouloir prendre des mesures nécessaires. 

Plus de 3000 cas ont ainsi été identifiés en Europe et sur le continent américain, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui a appelé à « une action urgente » face au triplement des cas en Europe. En France, 498 personnes ont été contaminées le 30 juin dernier, selon Santé Publique France.

Des symptômes très douloureux pour la variole du singe !

Nicolas Prata pensait avoir une simple angine. Mais ce dernier a notamment appris qu’il était atteint de la variole du singe.  Il précise la chose suivante : « Au début ça ne m’a pas trop inquiété parce que c’est quelque chose que je développe assez souvent à cause de la clim ».

Mais il a été testé positif et a su montrer une forme de soulagement : « Quand j’ai été testé positif, j’ai été soulagé d’une certaine manière que mes symptômes soient pris au sérieux, mais aussi très inquiet vu qu’on ne connaît pas du tout cette variole et que mes symptômes étaient très forts« .

Ce sont des douleurs très difficiles à gérer, et Nicolas Prata est à l’hôpital depuis le début des symptômes. Il a notamment été placé sous morphine afin de diminuer les douleurs. 

De son côté, Corentin Hennebert semblait penser avoir eu le coronavirus. Mais il a eu la variole du singe et précise la chose suivante lorsque ces premiers symptômes sont apparus : « Ensuite j’ai des lésions extrêmement douloureuses et très très contraignantes qui sont apparues sur les muqueuses« .

Il précise aussi cet aspect : « Puis enfin, des sortes de boutons sur le corps et le visage: des croûtes qui ne cicatrisent pas, en gros« .

Mais à l’annonce de cette maladie, et se montre très surpris : « J’ai été très surpris parce qu’il n’y avait que peu de cas à ce moment-là en France. C’est une maladie qui s’attrape par un rapprochement: ça peut être la salive ou encore le contact peau à peau« .

Avant de pouvoir reprendre une vie normale, ils devront enfin attendre la fin de leur cicatrisation. Et laver tous leurs vêtements à 60°C. Les symptômes mettent beaucoup de temps à se restaurer, et cela peut gâcher le quotidien des malades.