Diana Blois (Familles nombreuses) furax ! Ces attaques pour lui faire perdre son travail…

Depuis qu'elle est à l'antenne et sur la Toile, Diana Blois enchaine les succès. Et visiblement, cela attise la convoitise de certains abonnés. Affolée et écoeurée, elle met les points sur les I avec eux. Aïe, ça pique !

© TF1

Dans Familles nombreuses, on n’a jamais vu ça ! Outrée, Diana Blois n’hésite pas à raconter ce que ses détracteurs lui font subir !

Diana Blois dézingue à tout va !

Passionnée par la danse, Diana Blois transmet sa joie de vivre à ses enfants mais aussi à son époux. Il y a quelques semaines, elle s’envole pour un stage à l’étranger. Heureusement que Gérôme est là pour gérer la tribu ! Du reste, sur la Toile, il enchaine les réunions de télétravail, les courses et les devoirs sans ciller. À peine est-elle revenue que la mère de famille doit se rendre à l’évidence. Certains abonnés ont profité de son absence pour atomiser son entourage. Et ce n’est pas la seule critique qu’elle doit affronter. Déjà qu’elle peine à se remettre de son divorce, il ne faudrait pas non plus que ces mauvaises ondes pourrissent son moral.

La vie de Diana Blois serait tellement mieux sans les haters

Quand on intègre projet aussi pharaonique que Familles nombreuses, on doit accepter d’en payer (parfois) le prix fort. En effet, la jalousie d’une poignée de followers de Diana Blois réduit en purée la bonne humeur des autres. Constatant que l’ambiance se dégrade, la femme de Gérôme va s’emparer du problème. Plutôt que de subir en silence, elle va appuyer là où ça fait mal. Attention cher ami d’Objeko, nous vous recommandons de boucler votre ceinture. Cette zone de turbulences risque de vous chambouler au point de remettre en question vos croyances. Rien que ça !

Chez les Gayat comme pour Diana Blois, la participation à Familles nombreuses a nécessité quelques ajustements. S’ils avaient un métier avant, ils sont de temps en temps contraints de placer leurs ambitions professionnelles de côté. Le tournage est si épuisant que chacun tente de tirer son épingle du jeu. Récemment, Amandine Pellissard avouait à Baba qu’elle et ses collègues n’étaient pas rémunérés. Les juristes de TF1 sont malins. En leur faisant signer contrat type documentaire et non pas télé-réalité, ils n’ont pas besoin de verser un salaire minimum. A de rares exceptions, ils peuvent éventuellement demander un remboursement des sorties. Mais pour ça, il faudrait que l’équipe de montage accepte de conserver la séquence. Et ça, ce n’est pas gagné d’avance !  Dès lors, avec autant de bouches à nourrir, comment combler les manques ?

La goutte d’eau ?

Le placement de produit fait grincer des dents. Juste avant d’avoir la COVID, Moundir n’hésitait pas à dénoncer l’attitude des influenceurs. Et c’est justement l’activité qu’a choisie Diana Blois pour subvenir au besoin des siens. Hélas, les marques lui racontent avoir reçu des plaintes à son sujet. Soucieuse de casser cette dynamique, elle réalise un montage des commentaires les plus négatifs. Convaincue que les fauteurs de trouble n’ont que « pour seul but de me faire perdre mon travail, ça me donne clairement envie de vomir » ! Plus que jamais, elle précise qu’elle est droite dans ses bottes.  Cette fameuse carte de la « transparence [indispensable] dans ce métier », c’est son leitmotiv. En somme, elle se « donne à fond dans [ses] partages et contrats ! »

Enfin, Diana Blois souhaite adresser un message lourd de sens à ses ennemis jurés.  Les trouvant lâches de se réfugier derrière leur ordinateur ou smartphone, elle utilise l’ironie pour les automatiser. Est-ce que sa stratégie va marcher ? Le mystère reste entier ! « Éclatez-vous bien, apparemment c’est votre pl**sir de détruire la vie des autres […]. Et si on devait lui demander de résumer la personnalité des haters, elle n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Ce sont toujours les mêmes, un petit noyau de c*ns qui n’a que ça à faire. »

Hasard ou coïncidence ?

Qu’en pensez-vous cher lecteur d’Objeko ? Est-ce à nous de juger ou bien à elle réagir au plus vite si elle ne veut pas perdre la confiance de ses employeurs ? La suite, on vous la racontera dans le prochain numéro. D’ici là, on lui envoie tout notre soutien. Tel que le prouve Olivia Gayat qui démarre juste le chantier immobilier de sa future maison, il vaut mieux être indifférent aux critiques et tracer sa route. La vie est déjà tellement compliquée comme ça !