Distributeur de billets: Découvrez ce qui va changer dès le 1er novembre 2021

Alors que les distributeurs proposés par les banques sont de moins en moins nombreux en France, les citoyens attachés aux billets et à l'argent liquide peuvent se rassurer. Bientôt, il sera possible de retirer de l'argent chez votre buraliste. C'est le résultat d'un partenariat noué entre la Confédération des buralistes et Loomis, filiale du groupe suédois Securitas, spécialisée dans le transport de fonds. Une manière pour les buralistes de se diversifier un peu plus tout en faisant plaisir aux français qui ne veulent pas voir les distributeurs disparaître.

© Fr.news.yahoo

De moins en moins de billets circulent en France 

Cette tendance se remarque depuis des années mais a été grandement développée avec le coronavirus : les français paient moins en liquide. Pendant la crise sanitaire, le gouvernement a encouragé les français à payer par carte, en sans contact lorsque c’est possible (le plafond du paiement sans contact a d’ailleurs été augmenté). Cela permettait d’éviter de s’échanger des billets ou des pièces potentiellement porteurs de germes. D’après une étude de la banque centrale européenne, 70% des français paient tout en carte bancaire. La conséquence ne se fait pas attendre. En effet, la Banque de France, qui stocke l’argent liquide, ferme des agences en région. 

Cependant, l’argent liquide ne va pas disparaître pour autant. Déjà, contrairement aux paiements par carte, les paiements en espèce sont anonymes et ne laissent pas de trace. Ils sont très utilisés par une certaine partie de la population, notamment par les personnes qui ont une situation précaire puisque les cartes bancaires coûtent de l’argent (dans la plupart des banques). 

De plus, en 2019, la Banque Centrale Européenne (BCE) annonçait qu’il y avait de moins en moins de faux billets en circulation. En 2018, 22 milliards de vrais billets circulaient contre 262 000 fausses coupures, qui ont été détruites. Cela représente 1200 milliards d’euros en circulation contre 14 millions d’euros contrefaits. La fausse monnaie était donc en baisse de 27.8% sur un an. 

Les buralistes diversifient leur activité 

Les citoyens français qui sont attachés aux billets peuvent se rassurer, eux qui voient le nombre de distributeurs diminuer avec les années. A partir de novembre, il sera en effet possible de retirer de l’argent dans le buraliste. Cela commencera par une vingtaine de distributeurs, avant que cette nouveauté se démocratise partout en France. En France, on compte 24 000 buralistes qui peuvent accueillir ce service, ont expliqué Loomis et la Confédération :

« Le retrait d’espèces fait partie des services indispensables, que le réseau peut porter », estime Philippe Coy, président de la Confédération des buralistes, démontrant « l’utilité locale portée au quotidien » par un réseau au « maillage unique » et à la « très grande disponibilité » d’établissements ouverts « en moyenne 12 heures par jour, six jours sur sept ».

Cela permet aux buralistes de, notamment, bénéficier d’un service qui les aide à pallier la baisse des ventes de tabac, dont ils ont le monopole exclusif, et qui représente leur principale source de revenu. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par DrAli (@supernotes01)

Bientôt une France sans tabac ? 

C’est le souhait du gouvernement. Faire en sorte que les français ne fument plus. Il y a du travail tant la France est considérée comme un pays de fumeurs. Et si depuis des années les chiffres prouvent que les français fument de moins en moins, en 2020, tout a changé, sans que cela ne soit pour autant une conséquence du covid puisque les chiffres ci-dessous découlent de sondages opérés entre janvier et mars 2020. 

D’après Santé publique France (SpF), trois adultes de 18-75 ans sur dix déclaraient fumer au moins occasionnellement (31.8%) et un quart quotidiennement (25.5%). Les buralistes peuvent encore compter sur les fumeurs, mais également sur les vapoteurs. En effet, les bureaux de tabac sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à proposer des cigarettes électroniques ou des liquides pour cigarettes électroniques. Il s’agit d’un marché très intéressant et porteur. 

En effet, la cigarette électronique concerne majoritairement des anciens fumeurs qui ont réussi à arrêter grâce au vapotage. En proposant des produits pour la cigarette électronique, les buralistes ne perdent pas leur clientèle. Et quand on sait que plus de 700 000 français ont arrêté de fumer en passant à la cigarette électronique, on comprend pourquoi les bureaux de tabac évoluent. Outre les jeux à gratter, les magazines, les paris sportifs, les cigarettes et les produits de vapotage, il sera donc bientôt possible de retirer de l’argent chez son buraliste.