Doliprane, Spasfon : Alerte danger ! 800 médicaments contiennent une substance cancérogène

Le magazine "Conso Kali" publie une liste impressionnante de 800 médicaments, certains très souvent prescrits ou sans ordonnance, composés en partie de dioxyde de titane. Cet ingrédient est "probablement cancérogène" une fois ingéré.

© ILLUSTRATION MAXPPP – PATRICK LEFEVRE

Doliprane, Spasfon, Imodium, ce sont des noms que tous les Français connaissent par cœur. En effet, ce sont trois médicaments qui peuvent s’acheter en pharmacie sans nécessairement avoir besoin d’une ordonnance. Maux de tête, maux de ventre, nausées ou coliques, ils sont le trio de médicaments le plus largement utilisé, avec le Doliprane loin devant en tête. Mais ce 22 décembre, une liste de 800 médicaments publiée par le magazine Conso Kali risque de remettre en cause nos habitudes de consommation médicamenteuse. Puisque les Doliprane, Spasfon et Imodium font partie de cette longue liste. Une liste qui met en lumière la composition inquiétante de ces médicaments donc. Car le dioxyde de titane est une substance « probablement cancérogène quand elle est ingérée »Objeko fait le point avec vous sur ces nouvelles informations qui vont interpeller le public.

Doliprane, Spasfon, Imodium… Des médicaments qui mettent en danger la santé des consommateurs ?

C’est un comble en effet de considérer que des médicaments puissent mettre en danger ses consommateurs. Un médicament a pour but de soigner, de servir de remède. Certes, tout le monde sait que l’automédication n’est pas recommandée ou recommandable. Puisque chacun sait qu’il peut être dangereux d’abuser des médicaments. En effet, même le Doliprane, en excès, peut avoir des effets néfastes, voire mortels. D’après le site Vidal : « Un surdosage de paracétamol peut provoquer une cytolyse hépatique susceptible d’entraîner une insuffisance hépatocellulaire, un saignement gastro-intestinal, une acidose métabolique, une encéphalopathie, un coma et le décès. »

Dès lors, même les médicaments accessibles sans ordonnance peuvent être de véritables poisons. Tout dépend de la façon de les consommer, du dosage. Néanmoins, même à faible dose, le Doliprane fait bien partie de la liste des 800 médicaments publiée dans la magazine Conso Kali, ce 22 décembre. Une liste de 800 médicaments qui comportent donc du dioxyde de titane. Interrogée par France Info, la rédactrice en chef de ce magazine explique les risques auxquels s’exposent les consommateurs. En rappelant que « le dioxyde de titane est interdit dans l’alimentation parce qu’il est probablement cancérogène quand il est ingéré et cancérogène certain quand il est inhalé. » 

Des propos qui font tomber de haut la rédaction d’Objeko. En effet, comment un produit interdit dans l’alimentation pourrait être autorisé dans les médicaments ? Est-ce parce que les médicaments ne se prennent pas au quotidien ? Pourtant, certaines personnes sont contraintes de prendre nombre de médicaments tous les jours. Les Doliprane, Spasfon, Imodium et tant d’autres peuvent être pris quotidiennement. Ou encore, une fois par mois sur quelques jours pour les femmes aux règles douloureuses notamment. Toutes ses personnes sont-elles alors plus susceptibles de développer un cancer ? Et au nom de quoi ?

Une nanoparticule probablement cancérogène, encore dans nos médicaments

Les journalistes Conso Kali et France Info tombent d’accord, dans cette liste de 800 médicaments, ce sont en effet des produits « que les gens peuvent prendre au quotidien »… Et le dioxyde de titane a une propriété qui n’entre même pas en jeu dans l’efficacité des médicaments. Il se trouve que cette substance ne sert en réalité qu’à rendre les médicaments plus blancs, ou plus brillants qu’ils ne le sont déjà. Christelle Pangrazzi, rédactrice en chef chez Conso Kali est formelle, les entreprises qui fabriquent les médicaments sont réfractaires à se débarrasser de cette subissante probablement cancérogène. Alors même qu’elle est interdite dans l’alimentation, certains produits en sont composés, il s’agit de l’ingrédient E71. Selon ces entreprises, les consommateurs « préfèrent des médicament plus blancs ».

Dans ce dossier inquiétant du magazine Conso Kali, le public trouvera diverses informations sur les nanoparticules nocives. En effet, si une liste de 800 médicaments pointe du doigt le dioxyde de titane, d’autres domaines pourraient rejoindre ce phénomène mais avec d’autres substances dangereuses. Cosmétique, alimentation, meubles et vêtements sont par exemple à l’étude. Objeko ne saurait donc que vous encourager à lire le dossier du magazine chapeauté par Christelle Pangrazzi. Car les nanoparticules nocives sont plus présentes que l’on pourrait le croire dans notre quotidien. Et leur impact certainement plus dangereux que nous pourrions le croire.

« Ce sont des substances extrêmement petites qui peuvent se loger au cœur des cellules et probablement les modifier. (…) Elles sont très nombreuses et nous demandons le retrait de certaines d’entre-elles, les plus dangereuses et certaines où les études convergent en expliquant qu’il y a probablement des risques sanitaires. », ajoutait enfin Christelle Pangrazzi sur le sujet. Et pour conclure, elle assurait aux auditeurs de France Info et aux lecteurs de Conso Kali qu’une pétition était en route, en direction du ministère de la santé et du ministère de la transition écologique.